Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

/

Un texte nécessaire, d’Alexandre Postel

Commencez

Face au coronavirus et confinement qu’il entraîne, les éditions Gallimard mettent en ligne gratuitement chaque jour un à deux « Tracts de crise » signés par les grandes plumes de la Maison comme Erik Orsenna, Sylvain Tesson, Cynthia Fleury, Régis Debray ou Danièle Sallenave, afin de réfléchir aux questions que soulève l’épidémie et garder le lien avec le lecteur. 33 titres sont parus à ce jour. UP’ a choisi de vous offrir chaque jour un extrait d’un texte et auteur sélectionné.


 « Pas de réflexion ! copions ! »
Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet

En temps de crise, les écrivains s’interrogent sur la valeur de la littérature. Je suis pour ma part immunisé contre ces doutes. Depuis le commencement du confinement, j’écris tous les jours ; et je peux certifier, sans forfanterie, que j’écris de mieux en mieux.
Je ne tiens pas un journal. Je ne consigne pas mes pensées sur la vie, la mort, la littérature et les épidémies. Un nouveau roman ? Non, ce n’est pas sous mon toit que mille fictions fleuriront.
Le texte qui m’occupe est d’une absolue nécessité.
Mon secret ?Tous les matins, mon imprimante étant hors d’usage, je rédige à la main mon attestation de déplacement dérogatoire. Pour qui a, comme moi, perdu l’habitude de l’écriture manuscrite, l’exercice est ardu.

À vrai dire, cette activité m’a toujours posé problème. L’été précédent mon entrée au cours préparatoire, je me suis cassé le bras droit : c’est donc de la main gauche que j’ai appris à tenir mon stylo. Une fois le plâtre retiré, le pli était pris et j’ai continué, de la main droite, à écrire à la manière d’un gaucher : la main placée non pas sous la ligne d’écriture et à l’aplomb de celle-ci, mais au-dessus et recourbée.

Or cette posture inorthodoxe me vouait à saloper mes lignes d’écriture au fur et à mesure de mon avancée, du fait de cette main droite qui, avec une fatale gaucherie, venait s’étaler sur la ligne à peine écrite, en estomper l’encre encore humide et envelopper mes mots d’une sorte de brouillard bleu. Ce qui m’exposait aux furieux sarcasmes de quelque maîtresse fort peu maîtresse d’elle-même.

L’application inquiète qui était alors la mienne, je la retrouve en copiant l’attestation. De nature craintive et prudente, je souhaite présenter aux forces de l’ordre, le cas échéant, un document impeccable.

Alexandre Postel, « Tracts de crise » n° 32, Gallimard, 3 avril – 20h 

LIRE LA SUITE

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Le retirement du monde, d'Alain Borer

Prochain article

Un sol commun : Lutter, habiter, penser, de Marin Schaffner

Derniers articles de ARTS & CULTURES

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
5 Partages
Partagez5
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print