Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Vers la transparence climatique des entreprises ?
/

Vers la transparence climatique des entreprises ?

Commencez

Les pays du G7 ont fait un grand pas vers l’obligation pour les entreprises de dévoiler leur risque climatique. Un changement crucial pour la transition énergétique, même si un accord reste à trouver au niveau mondial et malgré les réserves d’ONG. « Nous sommes favorables à la publication obligatoire des données financières liées au climat, qui apportent des informations fiables et utiles à la décision pour les participants de marché », écrit le G7 Finances dans son communiqué à l’issue de sa réunion de deux jours à Londres.

Les déclarations obligatoires visées, qui comprennent par exemple les émissions de CO2 ou les projets d’investissements, doivent concerner toutes les grandes entreprises commerciales. L’objectif est de leur permettre de mieux évaluer l’impact financier de la crise climatique et d’accompagner la transition verte des pays qui veulent être neutres en carbone en 2050. Elle est essentielle en outre pour les investisseurs qui sont amenés à financer des grands groupes et qui sont de plus en plus préoccupés par l’impact du climat sur les entreprises, que ce soit leur performance ou leur réputation.

Le G7 dit suivre les recommandations du groupe de travail sur les informations financières liées au climat (TCFD pour Task-force on climate-related financial disclosures), mis en place en 2017 sous l’égide du G20. Les ministres des Finances sont même allés plus loin en saluant la création du TNFD (Task-force on nature-related financial disclosures), qui ne concerne plus seulement le climat mais également la nature et la biodiversité.

Une finance pro-nature ?

Pour l’association WWF France, c’est « un signal important qui devrait permettre de doter cette initiative mondiale d’un mandat lors de la réunion des chefs d’Etat du G20 en octobre prochain », évoquant la nécessité d’une « finance pro-nature ».

Sur les risques financiers climatiques, le défi est que chaque pays prenne ses responsabilités et impose la mesure à ses entreprises, et qu’il existe une entente dans la mise au point des règles comptables communes. Le Royaume-Uni donne l’exemple puisqu’il va forcer les entreprises à rendre public cet impact à partir de 2025, ce qui en fait le plus avancé du G20 en la matière, selon le gouvernement britannique. Une mesure qui n’est cependant pas encore obligatoire dans un premier temps : les entreprises dans le pays sont seulement tenues de publier ces données ou d’expliquer pourquoi elles ne le font pas.

Le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau estimait le 2 juin dans un entretien au Financial Times qu’un accord à l’échelle mondiale pourrait voir le jour pour la COP26 à Glasgow en novembre. « Une publication devrait être obligatoire. C’est une première étape (…) Personne ne s’attendait il y a six mois à ce que nous allions si vite et que nous pourrions avoir une conclusion positive à la COP26 », déclarait-il au quotidien des affaires.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Sortir des énergies fossiles

Les investisseurs eux-mêmes poussent les puissances du G7 à en faire plus, à l’image de l’association britannique des gérants d’actifs, l’IA, qui presse les régulateurs financiers à s’engager à rendre obligatoire la publication des risques climatiques. « Avoir des données de haute qualité et comparables sur les risques climatiques des entreprises est crucial pour respecter les objectifs de neutralité carbone », souligne Chris Cummings, directeur général de l’IA.

De leur côté, les ONG préviennent que la mesure ne garantit pas à elle seule que le monde des affaires prendra sa part dans la transition énergétique. « Les publications auraient dû être obligatoires il y a longtemps, mais à ce stade de la crise climatique et écologique, l’appel pour de meilleures données est une distraction dangereuse », estime David Barmes, de l’association Positive Money. « Les marchés ne seront pas les sauveurs », prévient-il. Selon lui, les gouvernements du G7 doivent surtout travailler avec les banques centrales et les régulateurs « pour vraiment désengager la finance des énergies fossiles ».

Des ONG estimaient la semaine dernière dans un rapport que les pays du G7 avaient raté une occasion de verdir leur réponse économique à la crise sanitaire, en subventionnant massivement des secteurs polluants, comme l’aérien, malgré leurs engagements sur le climat.

Avec AFP

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L’ONU prévient : nous nous dirigeons vers un enfer climatique
Article précédent

L’ONU prévient : nous nous dirigeons vers un enfer climatique

Le CO2 atmosphérique vient d'atteindre un pic jamais vu sur Terre depuis 4 millions d'années
Prochain article

Le CO2 atmosphérique vient d'atteindre un pic jamais vu sur Terre depuis 4 millions d'années

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez4
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email