Alzheimer's disease was "exceptionally" rare among the ancient Greeks and Romans

Alzheimer's disease was "exceptionally" rare among the ancient Greeks and Romans

Start

Des chercheurs californiens ont passé au peigne fin une série de textes classiques sur la santé humaine rédigés entre le VIIIe siècle avant notre ère et le IIIe siècle de notre ère, et ont trouvé étonnamment peu de références aux troubles cognitifs chez les personnes âgées. Contrairement à ceux qui vieillissent aujourd’hui, les Grecs et les Romains antiques ne connaissaient pas de problèmes de mémoire. Un indice de plus du rôle des modes de vie et de l’environnement dans l’épidémie d’Alzheimer qui sévit de nos jours.

Selon Caleb Finch, qui étudie les mécanismes du vieillissement à l’université de Californie du Sud, et l’historien Stanley Burstein, de l’université d’État de Californie, il est possible que les pertes de mémoire graves aient été une conséquence extrêmement rare du vieillissement il y a plus de 2 000 ans. Et ce n’est pas parce que les anciens Romains et Grecs ne vivaient pas jusqu’à un âge avancé.

Si l’espérance de vie moyenne avant l’ère commune était environ la moitié de ce qu’elle est aujourd’hui, l’âge de 35 ans était loin d’être considéré comme « vieux » à l’époque. L’âge médian de la mort dans la Grèce antique était, selon certaines estimations, plus proche de 70 ans, ce qui signifie que la moitié de la société vivait encore plus longtemps. Hippocrate lui-même, le célèbre médecin grec, considéré comme le père de la médecine, serait mort vers 80 ou 90 ans.

Aucun équivalent avec des cas modernes

L’âge est actuellement considéré comme le principal facteur de risque de démence, puisque près d’un tiers des personnes âgées de plus de 85 ans en souffrent aujourd’hui. Le nombre de diagnostics chez les personnes âgées de plus de 65 ans double tous les cinq ans.

La perte de mémoire est une caractéristique très courante du vieillissement dans le monde moderne, mais il n’en a pas toujours été ainsi. Dans l’Antiquité, Finch et Burstein n’ont trouvé aucune mention de la perte de mémoire dans les écrits médicaux d’Hippocrate, de ses disciples ultérieurs ou même d’Aristote.

Dans les textes grecs des IVe et IIIe siècles avant notre ère, la vieillesse était associée à de nombreux symptômes de déclin physique, notamment la surdité, les vertiges, l’insomnie, la cécité et les troubles digestifs. Mais d’après la littérature disponible – qui est, il est vrai, limitée – les troubles graves de la mémoire ne semblaient pas être un problème notable.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

« Nous n’avons pas trouvé d’équivalent aux rapports de cas modernes [de maladie d’Alzheimer et de démences apparentées] », write Finch et Burstein. « Aucun de ces anciens récits de perte cognitive ne peut être considéré comme une donnée de qualité clinique au sens moderne du terme.

Alzheimer, un produit de la vie moderne

Les conclusions de cette étude historique suggèrent que l’épidémie de démence que connaissent aujourd’hui de nombreux pays dans le monde pourrait bien être un produit de la vie moderne. En effet, des études récentes ont établi un lien entre la démence et son sous-type le plus courant, la maladie d’Alzheimer, d’une part, et d’autre part, les problèmes cardiovasculairesthe pollution de l’airthe régime alimentaire and environnements urbains, qui sont tous des effets négatifs courants de la modernité.

Dans l’Antiquité, cependant, Finch et Burstein ont trouvé des preuves que si « le déclin mental était reconnu », il était « considéré comme exceptionnel ». À l’époque d’Aristote et d’Hippocrate, disent-ils, seuls quelques textes mentionnent des symptômes qui pourraient indiquer un stade précoce ou moyen de la maladie d’Alzheimer, sans aucune mention de pertes majeures de mémoire, d’élocution ou de raisonnement.

Même l’homme d’État romain Cicéron ne mentionne pas les pertes de mémoire dans ses textes sur les « quatre maux » de la vieillesse, ce qui suggère qu’il s’agissait encore d’un symptôme inhabituel de l’âge au milieu du Ier siècle avant notre ère.

Pollution au plomb

Ce n’est que lorsque Finch et Burstein sont parvenus à des textes historiques datant du Ier siècle de notre ère qu’ils ont trouvé une mention de perte de mémoire sévère liée à l’âge. Le premier cas avéré a été consigné par Pline l’Ancien, décédé en 79 de notre ère, et décrit un célèbre sénateur et orateur romain qui a oublié son propre nom avec l’âge.

Au IIe siècle, le médecin personnel de l’empereur romain, un médecin grec nommé Galien, a écrit sur les survivants de deux pestes qui ne pouvaient apparemment pas se reconnaître ou reconnaître leurs amis.

À cette époque, la pollution de l’air était répandue dans la Rome impériale et l’exposition au plomb provenant des récipients de cuisson et du système de plomberie de l’époque était endémique.

Selon Finch et Burstein, ces facteurs auraient pu exposer la population à un risque accru de maladie d’Alzheimer, en déclenchant des symptômes inhabituels de vieillesse rarement observés à l’époque.

En l’absence de données supplémentaires, il est impossible de dire pourquoi les symptômes graves de démence sont plus fréquents dans les archives de la Rome impériale que dans celles de la Grèce antique.

Le poids des facteurs environnementaux

Le fait qu’il existe aujourd’hui des sociétés où le taux de démence est inférieur à 1 % étaye la théorie selon laquelle les facteurs environnementaux pourraient avoir un impact sur le déclin cognitif plus important que le vieillissement.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Les Tsimané modernes et les Moseten de l’Amazonie bolivienne ont une incidence de démence inférieure de 80 % à celle des États-Unis ou de l’Europe. Leur cerveau ne semble pas vieillir comme ailleurs dans le monde et leur mode de vie n’est pas fondé sur l’industrialisation ou l’urbanisation, mais sur des méthodes traditionnelles d’agriculture et de recherche de nourriture.

Finch et Burstein appellent maintenant à une « enquête plus large » sur l’histoire de la démence dans les temps anciens et pré-modernes, afin de déterminer quand et pourquoi les pertes de mémoire graves ont commencé à se manifester chez les personnes âgées.

L’étude a été publiée dans le Journal of Alzheimer’s Disease.

Image d’en-tête : Raphaël « L’École d’Athènes » (détail) – Fresque (440cm x 770cm) 1509-1510 – Musée du Vatican à Rome. Platon (à gauche) et Aristote (à droite en tunique bleue)

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Microplastics present in all human placentas
Previous article

Microplastics present in all human placentas

The climate is changing, and babies are suffering
Next article

The climate is changing, and babies are suffering

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Register and read three articles for free. Subscribe to our newsletter to keep up to date with the latest news.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print