Se débarrassera-t-on un jour du Covid ?

Se débarrassera-t-on un jour du Covid ?

Start

L’Agence européenne des maladies n’est pas très optimiste : « Le monde doit se préparer à ce que le coronavirus reste « parmi nous » pour longtemps malgré les vaccins », a averti sa directrice. Pourtant l’ensemble de la planète mise sur les vaccins pour sortir d’une crise qui s‘installe chaque jour plus profondément. Un pari contrarié par l’émergence de nouveaux variants mettant en doute l’efficacité des campagnes de vaccination, et par l’inégale distribution de ceux-ci sur le globe. Une situation périlleuse qui oblige les scientifiques à trouver d’urgence un vaccin pluripotent et mobilise désormais jusqu’au Conseil de sécurité de l’ONU.  

Maintenant il semble qu’il soit plus probable qu’il reste » plutôt qu’il ne disparaisse, a déclaré ce 12 février dans un entretien à l’AFP, Andrea Ammon, directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), une agence de l’Union européenne. « Il semble très bien adapté aux humains. Donc nous devons nous préparer à ce qu’il reste parmi nous », a-t-elle ajouté. « Ce ne serait pas le premier virus à rester parmi nous pour toujours, donc ce n’est pas une caractéristique inhabituelle pour un virus », a pointé la responsable de l’agence sanitaire européenne basée à Stockholm.

Si les vaccins permettent de réduire très drastiquement le risque de contracter le Covid-19, les scientifiques ne savent pas encore s’ils empêchent également la transmission du virus, ni dans quelle mesure. Dans combien de temps saura-t-on plus clairement si les vaccins stoppent la transmission ? Selon Mme Ammon, « cela va prendre quelques mois. Des études sont en place mais il faut un plus grand volume de gens vaccinés pour pouvoir suivre ".

Nationalisme vaccinal

De plus, les vaccins contre le Covid-19 ne permettront pas de mettre un terme à la pandémie si une condition majeure n’est pas respectée : tous les pays devront recevoir des doses de façon rapide et équitable.

Les auteurs d’une lettre ouverte published in the review The Lancet estiment que l’accumulation des doses de vaccins dans les pays les plus riches, risque de prolonger la crise sanitaire. A cause de ce « nationalisme vaccinal », le Covax, dispositif onusien destiné à distribuer des vaccins anti-Covid aux pays défavorisés, pourrait faire face à un manque de doses pendant plusieurs années.

La vérité nue est que le monde a besoin de plus de doses de vaccins anti-Covid qu’aucun autre vaccin dans l’Histoire pour immuniser suffisamment de personnes pour atteindre l’immunité collective », indique l’auteur principal, Olivier Wouters, de la London School of Economics and Political Science. « À moins que les vaccins ne soient distribués plus équitablement, il pourrait s’écouler des années avant que le coronavirus soit sous contrôle au niveau mondial ".

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Les pays pauvres ont en effet d’énormes défis à surmonter pour se procurer les doses et les administrer à leurs populations, du manque d’argent pour acheter les vaccins aux infrastructures de transport et de stockage (notamment pour les vaccins à ARN qui doivent être conservés à très basse température). Et malgré les investissements publics et privés sans précédent dans le développement et la fourniture de vaccins, Covax estime avoir besoin de 6,8 milliards de dollars supplémentaires en 2021 pour pouvoir délivrer des vaccins à 92 pays en développement.

Se basant sur les données commerciales disponibles, les auteurs de la lettre ouverte notent que les gouvernements de pays riches représentant 16% de la population mondiale ont obtenu 70% des doses, soit suffisamment pour vacciner plusieurs fois chacun de leurs citoyens. « Sécuriser de grandes quantités de vaccins de cette manière revient à placer la vaccination générale de sa population au-dessus de la vaccination des soignants et des personnes à risque dans les pays pauvres », a regretté un autre auteur, Mark Jit, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.

La lettre appelle les fabricants à accélérer les transferts de technologie vers les pays en développement pour qu’ils puissent produire des doses localement, ainsi qu’à mettre en place un contrôle des prix des vaccins sur le marché, actuellement « prohibitifs » selon les auteurs. Selon eux, les vaccins développés par la Chine ou la Russie pourraient aider à améliorer la situation, une fois leur approbation par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Un enjeu de sécurité mondiale

L’enjeu est mondial. Dans ses discours, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres ne cesse de répéter qu’avec la propagation du virus et de ses variants, la sécurité ne sera assurée que si tout le monde bénéficie de la même protection. Il appelle inlassablement à ce que les vaccins deviennent un « bien public commun », sans réelle concrétisation jusqu’à présent.

Chargé de garantir la paix et la sécurité dans le monde, le Conseil de sécurité de l’ONU ne dispose d’aucune compétence particulière en matière de santé mondiale. Il va pourtant entrer dans le débat. À l’initiative du Royaume-Uni, qui se targue d’avoir mis en place un processus efficace de vaccination, le Conseil de sécurité de l’ONU discutera mercredi 17 février de l’accès aux vaccins contre le Covid-19 et doit aborder plusieurs questions susceptibles de diviser ses membres. Notamment celle d’assurer une diffusion mondiale des vaccins et éviter qu’ils ne soient préemptés par les pays riches de l’hémisphère nord aux dépens de l’hémisphère sud.

Les vaccins, la vaccination, ce n’est pas vraiment le job du Conseil de sécurité », relève sous couvert d’anonymat un ambassadeur d’un pays membre du Conseil. Mais « le Conseil peut apporter une contribution », ajoute-t-il à l’AFP, excluant l’adoption d’une résolution dès la session ministérielle organisée cette semaine. En juillet 2020, le Conseil de sécurité avait adopté au terme de plus de trois mois de laborieuses négociations, otages d’un duel sino-américain, son unique résolution à ce jour sur la pandémie. Elle visait alors à encourager à cesser les hostilités dans les pays en conflit afin de faciliter la lutte contre la propagation de la maladie.

Selon des diplomates, le Royaume-Uni a récemment partagé avec quelques pays un projet de résolution sur la gestion des vaccins. « Il y a un projet de résolution, les négociations viennent de débuter, cela va prendre du temps », indique l’un d’eux. La vaccination, « c’est le grand défi du moment ; il faudra beaucoup de temps avant que tout le monde soit vacciné », souligne l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) auprès de l’ONU, le Suédois Olof Skoog. Il rappelle que l’UE a contribué à créer le mécanisme Covax qui, sous l’égide de l’ONU, doit permettre « la livraison d’au moins 2 milliards de doses avant fin 2021, dont au moins 1,3 milliard à 92 pays à revenus inférieurs ".

Ce que nous ne voulons pas, c’est d’un vaccin-apartheid » avec un Nord qui en dispose et un Sud qui n’arrive pas à obtenir de doses, comme l’a récemment dénoncé l’Afrique du Sud, explique l’ambassadeur s’exprimant anonymement. Selon lui, les négociations sur une résolution au Conseil de sécurité risquent « d’être compliquées », certains membres du Conseil n’étant guère favorables à l’idée de « transparence » qui devrait accompagner a priori un engagement universel à ne laisser aucun pays de côté. Plusieurs États, dont la Chine, la Russie ou certains pays du Golfe, se sont déjà lancés dans la « diplomatie du vaccin », mettant en avant leur production nationale ou facilitant un accès à des doses. Toujours avec des arrière-pensées et des jeux d’influence géostratégique.

Un vaccin pluripotent pour se débarrasser du problème des variants

Les variants, surtout sud-africain et brésilien, compliquent considérablement la donne car on suspecte qu’ils puissent remettre en question l’efficacité des vaccins actuels. C’est pourquoi l’appel de deux éminents scientifiques, le professeur d’immunologie et microbiologie Dennis Burton et le professeur de médecine moléculaire Eric Topol, tous deux membres de l’institut Scripps Research en Californie, dans un post publié dans la revue Nature, tombe au bon moment et mérite d’être entendu.

Les deux scientifiques demandent aux agences de santé d’investir dans le développement de vaccins qui seraient largement efficaces contre de nombreuses variantes et souches différentes de virus pandémiques potentiels. Ils appellent les gouvernements à fournir un soutien financier important pour la conception rationnelle de vaccins basés sur des anticorps largement neutralisants.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

De tels anticorps offrent une puissance à large spectre contre les virus, une caractéristique précieuse qui ouvre la porte à des vaccins qui pourraient fournir une immunité contre les nombreux variants qui pourraient évoluer à partir d’un virus à mutation rapide. Ils pourraient également être utilisés comme médicaments pour prévenir et traiter les infections.

Les professeurs Burton et Topol notent que le développement rapide de vaccins efficaces contre le COVID-19 a été possible grâce à certaines propriétés du virus du SRAS-CoV-2, en particulier la protéine de pointe à la surface du virus. Mais ils avertissent qu’un virus ou un variant évolué, à l’origine de la prochaine pandémie, pourrait ne pas constituer une cible aussi facile, ce qui pourrait ralentir considérablement le processus de développement d’un nouveau vaccin. « Même le SRAS-CoV-2 pourrait devenir plus problématique pour les vaccins en raison de l’émergence de nouveaux variants », écrivent-ils. « Nous appelons à une autre approche de la préparation à la pandémie. "

Les deux médecins indiquent que les anticorps largement neutralisants sont une voie prometteuse pour le développement de vaccins et de thérapies qui pourraient être facilement adaptés aux virus pandémiques nouvellement apparus ou à ceux qui évoluent rapidement pour échapper aux vaccins traditionnels. « Ces anticorps pourraient être utilisés comme médicaments de première ligne pour prévenir ou traiter les virus d’une famille donnée, y compris les nouvelles lignées ou souches qui n’ont pas encore émergé », écrivent les auteurs. « Plus important encore, ils pourraient être utilisés pour concevoir des vaccins contre de nombreux membres d’une famille de virus donnée ".

Les pandémies futures sont en effet particulièrement préoccupantes en ce qui concerne les virus qui sont « forts en évasion », ce qui signifie que leurs caractéristiques biologiques les rendent difficiles à traiter avec des médicaments ou à prévenir avec des vaccins. L’exemple extrême de ce type de virus est le VIH, qui peut rester dans l’organisme pendant des années, en se cachant du système immunitaire de l’hôte.

Burton et ses collègues de Scripps Research comme ceux d’autres organismes de recherche dans le monde, mettent actuellement au point des vaccins basés sur des anticorps largement neutralisants dans l’espoir de produire les premiers vaccins anti-VIH vraiment efficaces. Ils cherchent également à utiliser des anticorps largement neutralisants comme thérapies et vaccins contre la grippe, un autre virus évasif et principal candidat aux futures pandémies. « De tels vaccins panvirus pourraient être fabriqués à l’avance et déployés avant que la prochaine infection émergente ne devienne une pandémie », écrivent Burton et Topol. « Nous demandons que l’on investisse dès maintenant dans la recherche fondamentale afin de constituer des stocks de vaccins largement efficaces ".

Contrairement à un programme réactif qui entre en action lorsqu’un nouvel agent pathogène apparaît, la proposition des deux scientifiques pourrait commencer immédiatement à grande échelle. Grâce aux travaux déjà réalisés sur d’autres virus, en particulier le VIH et la grippe, ils affirment que les approches sont comprises et l’infrastructure est en place. « Les investissements réalisés jusqu’à présent dans les sciences fondamentales – notamment la virologie, la génomique, l’immunologie et la biologie structurelle – nous ont offert une occasion remarquable de prendre de l’avance sur l’évolution du SRAS-CoV-2 et nous ont mis dans une position de force pour nous préparer à l’apparition de nouveaux agents pathogènes viraux » observent-ils, incitant à passer une nouvelle étape : « l’investissement par virus, du banc d’essai à la phase I, devrait être de l’ordre de 100 à 200 millions de dollars sur plusieurs années. Nous envisageons que ces coûts soient pris en charge par des partenariats public-privé entre les gouvernements, la philanthropie et l’industrie. » Un coût largement inférieur à celui des conséquences humaines, sociales et économiques d’une pandémie. Nous en avons la démonstration en temps réel avec le Covid.

La production d’anticorps neutralisants très larges et très puissants permettant de créer des vaccins pluripotents  est certes ardue.  Mais la recherche visant à trouver les meilleurs anticorps et à les améliorer a été couronnée de succès ces dernières années.  « Il existe déjà des poches de promesses. La conception rationnelle a permis d’obtenir un vaccin favorable, actuellement en phase III d’essais, contre le virus respiratoire syncytial – la cause de maladies graves, parfois mortelles, chez les très jeunes enfants. Ce virus a défié les efforts de développement de vaccins conventionnels pendant plus de 50 ans. » laissent-ils espérer. Il n’est pas toujours possible d’obtenir l’éventail idéal de réponses pour toute une famille de virus. Mais des compromis peuvent être faits, et les méthodes d’administration de cocktails d’anticorps (deux ou trois, par exemple) et de vaccins deviennent selon eux réalisables.

Il est essentiel de contenir ou d’éradiquer rapidement un variant ou un virus émergent afin de réduire considérablement la probabilité qu’il développe une résistance aux anticorps et aux vaccins. Pour cela, il faut prendre des décisions dès maintenant pour accélérer l’approvisionnement en vaccins si l’on veut vaincre pour longtemps l’actuelle — aussi bien que les futures — pandémies.

Avec AFP, Nature, The Lancet

2 Comments
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
Cdelginiesse***
7 months

Je pense que l’urgence est de mettre fin aux causes des pandémies notamment les zoonoses qui sont de plus en plus fréquentes suites au mode de production agricole intensif, la déforestation des forêts tropicales et le transport mondiale des denrées alimentaires brutes (Poussins, vaches, oeufs, etc)

Director
7 months

« Se débarrassera-t-on un jour du Covid ? » est l’un des textes les plus intéressants parus sur le sujet. Il est important en effet de se reporter à la précédente et grave pandémie, celle du Sida avec l’observation et la mise en lumière sur les similitudes, à défaut de parenté, entre Covid et VIH, Sras et rétro-virus. Ce n’est pas seulement pour sa position de pouvoir que depuis le début on a eu recours au Pr Delfraissy. Mais bien pour ses compétences et le fait qu’il ait été justement, un acteur au cœur de la lutte contre le Sida… Read more "

Variant : Une seule personne a suffi pour que le virus touche le jackpot
Previous article

Variant : Une seule personne a suffi pour que le virus touche le jackpot

Le retard français dans le séquençage des variants pose un problème de santé publique
Next article

Le retard français dans le séquençage des variants pose un problème de santé publique

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share31
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print