mobility

Impatient chronicle of daily mobility

Start

Chronique impatiente de la mobilité quotidienne, d’Olivier Razemon

Edition Rue de l’échiquier, janvier 2019 – 224 Pages

Pourquoi les maires qui défendent les lignes de chemin de fer ne prennent-ils jamais le train ? Est-il vrai qu’on ne peut plus se garer dans les centres-villes ? Le Grand Paris Express va-t-il à coup sûr désengorger les transports en région parisienne ? Le « plan vélo » sera-t-il efficace ? Pourquoi les feuilles mortes empêchent-elles les trains d’avancer ? Comment expliquer la défaillance d’Autolib ? Qui sont les fraudeurs dans les transports ? Que disent les panneaux de signalisation de notre société ?
Ces questions, et tant d’autres, montrent que la mobilité de tous les jours ne se résume pas à l’expérience individuelle que chacun d’entre nous peut vivre lorsqu’il se déplace. On ne peut pas évoquer la mobilité sans aborder les questions environnementales, sociales, géographiques ou urbanistiques qui s’y attachent.
Dans cette Chronique impatiente de la mobilité quotidienne, Olivier Razemon, journaliste spécialiste des transports, a sélectionné et mis à jour 52 billets issus de son blog, « L’interconnexion n’est plus assurée », qu’il anime depuis 2012 sur le site du Monde.
Cet ouvrage regroupe les réflexions de l’auteur sur les différents modes de transports et leurs usages, mais aussi sur l’aménagement et l’organisation de l’espace urbain, au gré de sa curiosité ou de l’actualité. Ce recueil participe ainsi de la déconstruction des idées reçues et replace l’enjeu de la mobilité dans son contexte, alors que le traitement médiatique instantané se contente souvent de célébrer les grandes infrastructures ou d’espérer une technologie rédemptrice.
 
L’impatience passe pour un vilain défaut. Pour le chroniqueur,  ce serait plutôt une vertu, et même un allié. L’impatience aiguise en effet l’observation et stimule la réflexion. Lorsqu’on se déplace, on a le droit d’être impatient […] L’impatience conduit à relever les incohérences des politiques publiques […] Observer les transports c’est également considérer la ville, ses multiples facettes, son fonctionnement, ses atouts secrets. Enfin, la sélection ne serait pas complète sans la figuration de quelques panneaux de signalisation, médias bien plus éloquents qu’on imagine. »
 
Journaliste indépendant, Olivier Razemon travaille notamment pour Le Monde. Voyageur, reporter et observateur du monde d’aujourd’hui, il a écrit de nombreux articles sur les transports, l’urbanisme et les modes de vie. Aux éditions Rue de l’échiquier, il a déjà publié Comment la France a tué ses villes (2016), Le pouvoir de la pédale (2014), La tentation du bitume (2012) et Les transports, la planète et le citoyen (2010). Son blog, « L’interconnexion n’est plus assurée » (transports.blog.lemonde.fr), est désormais une référence sur le sujet de la mobilité.
 
 

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
planet revolution
Previous article

Towards a positive revolution: 20 citizen solutions to change the world

safe society
Next article

The safety eye

Latest articles from Company Books

Work metamorphosis

Metamorphosis of work, by Christine Afriat with the participation of Evelyne Bertin,

Disobey me?!

Disobey me?! Crossed views on civil disobedience in democracy, in the face of

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
0 Shares
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print