Et si on remontait à la source de la pollution plastique ?

Et si on remontait à la source de la pollution plastique ?

Deux petites dizaines d’entreprises seulement produisent plus de la moitié des déchets plastiques qui ravagent la planète

Start

Des montagnes de déchets plastiques sont rejetées chaque minute dans notre environnement, dans l’air et dans les océans. Ils forment une des pollutions les plus massives que la planète connait. Pourtant, des gens sont payés et des entreprises s’enrichissent en produisant cette pollution. Une nouvelle étude approfondie révèle qu’ils ne sont pas si nombreux que cela. Vingt entreprises seulement dans le monde produisent à elles seules plus de la moitié des déchets plastiques. L‘origine du problème est maintenant clairement identifié. Et si on remontait à la source pour enrayer cette production polluante ?

In a rapport inédit, des chercheurs ont établi un indice identifiant les 100 principaux producteurs mondiaux de polymères à usage unique qui finissent en déchets. La nouvelle analyse, préparée par des chercheurs de la Fondation Minderoo, une organisation philanthropique australienne, va le plus loin possible dans la chaîne d’approvisionnement en plastique, en examinant les entreprises qui fabriquent les polymères qui composent les plastiques à usage unique, comme les bouteilles de Coca-Cola et d’innombrables autres articles « jetables », y compris les masques en plastique.

En se concentrant sur les polymères « vierges » obtenus à bas prix à partir de combustibles fossiles — qui représentent environ 98 % de la production totale de polymères — les chercheurs ont identifié environ 1 200 installations de production dans le monde qui fabriquent les cinq principaux polymères des plastiques à usage unique : le polypropylène (PP), le polyéthylène haute densité (PEHD), le polyéthylène basse densité (PEBD), le polyéthylène basse densité linéaire (PEBDL) et le polyéthylène téréphtalate (PET).

Selon les chercheurs, ces 1 200 installations sont détenues et exploitées par environ 300 entreprises différentes, mais les 100 premières contribuent de loin le plus au problème global, produisant environ 90 % de tous les déchets plastiques à usage unique générés dans le monde.

Parmi ces entreprises, les 20 premières occupent le cœur de la crise. Ces 20 entreprises productrices de polymères — avec en tête les sociétés américaines ExxonMobil et Dow, la société chinoise Sinopec occupant la troisième place — sont responsables d’environ 55 % des déchets plastiques à usage unique dans le monde, qui représentaient au total plus de 130 millions de tonnes métriques de déchets en 2019.

S’attaquer à la base de la chaîne d’approvisionnement

L’analyse donne un aperçu sans précédent du petit nombre d’entreprises pétrochimiques, et de leurs bailleurs de fonds, qui produisent la quasi-totalité des déchets plastiques à usage unique dans le monde. Les trois premières entreprises ont fabriqué à elles seules environ 16 pour cent de ces déchets, chacune produisant plus de 5 millions de tonnes métriques de déchets – mais les principaux producteurs du problème du plastique échappent largement à l’attention, affirment les chercheurs. « Aujourd’hui, la réglementation vise essentiellement les dizaines de milliers d’entreprises qui vendent des produits finis utilisant des plastiques à usage unique », écrivent les auteurs dans le rapport.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Une solution plus efficace serait de s’attaquer à la crise des déchets plastiques via les producteurs de polymères à la base de la chaîne d’approvisionnement, qui sont relativement peu nombreux. Les améliorations apportées à ce stade se répercuteraient en cascade sur toute la chaîne d’approvisionnement, avec un impact considérable sur la circularité et la pollution plastique. "

En plus de répertorier les producteurs de polymères à l’origine de la crise du plastique, les chercheurs ont également identifié les 100 premiers actionnaires de ces producteurs (qu’il s’agisse d’États, comme l’Arabie saoudite en première position, ou d’institutions privées), ainsi que les 100 premières banques qui financent les producteurs de polymères — les cinq premières étant toutes des banques basées au Royaume-Uni ou aux États-Unis ; le Crédit Agricole se situant dans le peloton des dix premiers financeurs de l’industrie plastique. « C’est la première fois que les flux financiers et matériels de la production de plastique à usage unique sont cartographiés à l’échelle mondiale et remontent jusqu’à leur source », a déclaré Toby Gardner, co-auteur de l’étude, de l’Institut de l’environnement de Stockholm. « Révélant l’ampleur de la crise mondiale que nous avons sur les bras, il est essentiel que nous rompions avec l’inaction"

Rompre avec l’inaction

L’étape la plus importante, selon les chercheurs, consiste à abandonner la production de polymères vierges — issus de combustibles fossiles et responsables d’énormes quantités d’émissions de gaz à effet de serre — au profit de plastiques fabriqués à partir de matériaux recyclés, qui ne représentent actuellement qu’environ 2 % de la production totale de plastiques.

Tout comme la divulgation des émissions de gaz à effet de serre a été la première étape vers la création d’objectifs mondiaux de réduction, la divulgation du financement et de la production de plastique à usage unique est nécessaire pour inverser la tendance de ce problème croissant », écrit l’ancien vice-président américain Al Gore dans un avant-propos du rapport. Il poursuit en affirmant que cette analyse révolutionnaire montre comment les entreprises de combustibles fossiles s’empressent de passer à la production de plastique alors que deux de leurs principaux marchés — le transport et la production d’électricité — sont en cours de décarbonisation. « Comme la plupart des plastiques sont fabriqués à partir de pétrole et de gaz, notamment le gaz de fracturation, la production et la consommation de plastique sont en train de devenir un facteur important de la crise climatique », observe M. Gore. « De plus, les déchets plastiques qui en résultent —en particulier les plastiques à usage unique — s’accumulent dans les décharges, le long des routes et dans les rivières qui en transportent de grandes quantités dans l’océan. "

La crise des déchets plastiques s’amplifie chaque année. Au cours des cinq prochaines années, la capacité mondiale de production de polymères vierges pour les plastiques à usage unique pourrait augmenter de plus de 30 %. « Une catastrophe environnementale s’annonce : une grande partie des déchets plastiques à usage unique qui en résulteront finiront en pollution dans les pays en développement dotés de systèmes de gestion des déchets médiocres », indiquent les auteurs du rapport. « Le taux de croissance prévu de l’offre de ces polymères vierges […] empêchera probablement les nouveaux modèles circulaires de production et de réutilisation d’être  » hors de prix  » sans incitation réglementaire. "

Selon le rapport, l’industrie du plastique à travers le monde a été autorisée à fonctionner avec une réglementation minimale et une transparence limitée pendant des décennies. « Ces entreprises sont à l’origine de la crise du plastique à usage unique : leur production de nouveaux polymères « vierges » à partir de matières premières issues du pétrole, du gaz et du charbon perpétue la dynamique « prendre-faire-déposer » de l’économie du plastique. "

La pollution plastique est l’une des menaces les plus importantes et les plus critiques auxquelles notre planète est confrontée », martèle le Dr Andrew Forrest AO, président de la Fondation Minderoo. « Les perspectives actuelles sont appelées à s’aggraver et nous ne pouvons tout simplement pas permettre à ces producteurs de plastiques dérivés de combustibles fossiles de continuer comme ils l’ont fait sans contrôle. Alors que nos océans s’étouffent et que le plastique a un impact sur notre santé, nous avons besoin d’une intervention ferme des producteurs, des gouvernements et du monde de la finance pour briser le cycle de l’inaction. "

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Ces scientifiques comptent utiliser des bactéries pour éliminer les microplastiques polluants
Previous article

Ces scientifiques comptent utiliser des bactéries pour éliminer les microplastiques polluants

rice
Next article

CO2 overdose: collapse of the nutritional value of our foodstuffs

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share108
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print