La guerre en Ukraine démontre qu’on ne peut isoler la crise alimentaire de la crise climatique
//

La guerre en Ukraine démontre qu’on ne peut isoler la crise alimentaire de la crise climatique

Start

L’interruption des exportations de denrées alimentaires de la Russie et de l’Ukraine pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les régions qui souffrent déjà d’insécurité alimentaire en raison notamment du changement climatique. 263 millions de personnes pourraient être précipitées dans l’extrême pauvreté.

Depuis le début de la guerre de Russie en Ukraine, on parle beaucoup de la crise énergétique actuelle et de la nécessité pour le monde d’une transition vers une énergie propre. Aujourd’hui, une autre crise se dessine comme un effet de contagion de la guerre : le risque de pénurie alimentaire, qui pourrait à son tour provoquer la malnutrition, la famine et des troubles dans le monde entier, en particulier dans les pays les plus pauvres. Le changement climatique joue à nouveau un rôle important dans cette crise, en reliant les questions d’agriculture, de commerce, de justice et de diplomatie. Il s’agit d’un enchevêtrement de questions, face auquel il est essentiel de prendre du recul pour avoir une vue d’ensemble.

Une histoire de crises multifactorielles

La version courte de l’histoire de la crise alimentaire consiste à simplement dire que l’interruption des exportations alimentaires de la Russie et de l’Ukraine pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les régions qui sont déjà en situation d’insécurité alimentaire en raison notamment du changement climatique. En version longue, il faut d’abord faire un détour en Afrique de l’Est.

Pendant trois saisons des pluies consécutives, l’Afrique de l’Est s’est retrouvée à sec. Dans des pans entiers du Kenya, de l’Éthiopie, de la Somalie et de Djibouti, la terre est stérile. Les réserves d’eau sont épuisées. Sous l’effet du changement climatique, la chaleur et la sécheresse historiques tuent le bétail et détruisent les cultures, y compris les céréales essentielles comme le millet, le riz et le blé, qui constituent une grande partie du régime alimentaire de la région. Des problèmes similaires touchent d’autres parties du continent subsaharien, mais la situation est particulièrement grave en Afrique de l’Est, où quelque 13 millions de personnes sont confrontées à des « pénuries aiguës de nourriture et d’eau », selon le programme des Nations unies pour l’environnement ; d’ici le milieu de l’année, 25 millions de personnes supplémentaires risquent de subir le même sort.

La guerre en Ukraine aggrave la situation car, à elles deux, la Russie et l’Ukraine représentent plus d’un quart des exportations mondiales de blé, dont jusqu’à 90 % des importations de blé de l’Afrique de l’Est. La Russie et l’Ukraine ont également été des exportateurs clés de carburant, d’engrais et d’huile de tournesol, tous essentiels aux systèmes alimentaires de nombreux pays en développement. Dans un contexte de guerre, la Russie et l’Ukraine ont limité les exportations de produits de base essentiels, dont le blé. Le commerce russe est encore plus limité par les sanctions ; l’Ukraine, quant à elle, est incapable d’exploiter les ports de la mer Noire ou les chemins de fer qui transportent ses produits par voie terrestre. Avant la guerre, comme c’était le cas, le changement climatique réduisait les rendements des cultures ukrainiennes. Aujourd’hui, on s’attend à ce qu’une grande partie des terres agricoles du pays deviennent une zone de guerre ; là où cela ne se produit pas, on ne sait pas si les agriculteurs auront les ressources et la main-d’œuvre nécessaires pour récolter les cultures et planter pour la saison suivante.

Il en résulte une flambée des prix des denrées alimentaires dans le monde entier, à un moment où les prix étaient déjà élevés en raison des problèmes d’approvisionnement liés au Covid-19 et des difficultés agricoles induites par le changement climatique. Le Programme alimentaire mondial estime que l’Afrique de l’Est sera la plus touchée par la hausse des prix. La Turquie, l’Égypte, l’Indonésie et le Bangladesh, qui sont tous de grands importateurs de blé russe et ukrainien, sont également touchés. Le blé étant commercialisé comme une marchandise mondiale, le choc des prix sera également ressenti dans les pays riches producteurs de blé, dont la Chine et les États-Unis.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Cette situation est une démonstration puissante non seulement de la folie de la guerre, mais aussi de la façon dont le changement climatique relie de nombreuses questions et exacerbe d’autres problèmes.

Grand débat sur les solutions

Comme pour la crise énergétique, il y aura un débat à travers le monde sur la façon de compenser les pénuries alimentaires, étant donné que les conséquences de la guerre en Ukraine sont susceptibles de persister pendant un certain temps, même si la guerre est de courte durée. La production alimentaire représente environ un tiers des émissions totales de gaz à effet de serre de l’humanité. Alors que les pays sont tenus de réduire leurs émissions, les experts estiment que ce n’est pas le moment de revenir sur certaines des pratiques agricoles et industrielles qui sont à l’origine du changement climatique et qui ont contribué à créer ce désordre. Autrement dit, cette crise pourrait être l’occasion de mettre en œuvre des changements respectueux du climat dans nos systèmes alimentaires mondiaux, qui sont de toute façon nécessaires.

En Afrique, en particulier, qui subit l’un des pires impacts climatiques alors qu’elle ne contribue qu’à hauteur de 3 % aux émissions mondiales de carbone, il est urgent de rendre les pays moins dépendants des importations étrangères et de rendre les systèmes alimentaires plus résistants au changement climatique. « Pour de nombreux Africains, c’est l’adaptation ou la mort », a said récemment Patrick Verkooijen, qui dirige le Global Center on Adaptation, sur Africanews, un réseau affilié à Euronews qui diffuse des émissions dans toute l’Afrique subsaharienne.

Les solutions sont à portée de main – notamment des cultures tolérant la sécheresse, des outils numériques pour les agriculteurs et des systèmes d’alerte précoce qui aident les communautés à se préparer aux catastrophes liées au climat – et, sur tout le continent, les gouvernements et les organisations de développement s’empressent de les mettre en œuvre. Mais l’adaptation coûte cher, puisqu’elle représente 33 milliards de dollars par an à l’échelle du continent, selon M. Verkooijen. Dans le cadre des accords internationaux sur le climat, les pays riches étaient censés verser 100 milliards de dollars par an aux pays pauvres à partir de 2020, afin de soutenir les efforts d’adaptation et d’atténuation. Pourtant, la majeure partie de cet argent ne s’est jamais matérialisée. « Les pays riches doivent faire un effort », a déclaré Verkooijen à Africanews, « et c’est maintenant qu’il faut agir ».

La crise alimentaire en Afrique de l’Est n’est qu’un avant-goût de ce que les experts veulent dire lorsqu’ils qualifient le changement climatique de « multiplicateur de menaces ». Nous verrons pire encore si le réchauffement de la planète se poursuit sans être maîtrisé, esteems Andrew McCormick, le directeur adjoint de Covering Climate Now.

263 millions de personnes précipitées dans la misère

D’ores et déjà les conséquences sur des millions d’humains sont tragiques. Selon l’ONG Oxfam, la hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie due à l’invasion russe risque de précipiter 263 millions de personnes dans la misère.

L’ONG, pour qui “ces nouveaux facteurs sont venus s’ajouter aux crises économiques créées par le Covid-19”, réclame des “mesures d’urgence” en amont des réunions de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) la semaine prochaine. Et suggère “l’annulation des remboursements de la dette des pays les plus pauvres”, explique le quotidien britannique The Guardian.

La directrice générale d’Oxfam international, Gabriela Bucher, déclare : “Si des mesures radicales, concrètes et immédiates ne sont pas prises, nous risquons de voir l’extrême pauvreté et les souffrances se propager avec une violence inédite.”

Le rapport d’Oxfam publié ce mardi 12 avril souligne que les États les plus endettés “pourraient être contraints de réduire leurs dépenses publiques pour faire face à la hausse des coûts d’importation de carburant et de l’alimentation”. L’annulation des remboursements pour 2022 et 2023 libérerait quelque 30 milliards de dollars (27,6 milliards d’euros), selon l’ONG.

En 2022, avait déjà annoncé la Banque mondiale, 198 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté en raison de la pandémie. Avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la hausse des cours de l’énergie, Oxfam y ajoute 65 millions de personnes, dont 28 millions “souffriront de malnutrition”.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
La guerre de Poutine montre comment autocraties et combustibles fossiles vont de pair.
Previous article

La guerre de Poutine montre comment autocraties et combustibles fossiles vont de pair

Le dernier rapport du Giec 2022 en 20 questions
Next article

Le dernier rapport du Giec 2022 en 20 questions

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share14
Tweet
Share
WhatsApp
Email