/

Couleurs climatiques d’un monde qui change

Restes de forêt

A l’occasion du sommet sur le climat organisé par l’ONU à New York en septembre dernier, le prix du photographe environnemental de l’année a été attribué. Les lauréats dont nous présentons ici les œuvres ont montré, tout au long de l’année 2019 une planète qui souffre, qui subit, qui résiste face aux dérèglements climatiques. Mais une planète colorée, où la pâte humaine est la plus tendre, la plus fragile. Des photos qui célèbrent la capacité innée de l’humanité à survivre et à innover, nous donnant l’espoir que nous pouvons relever les défis pour vivre durablement.

Marée haute à Mumbai

Marée haute à Mumbai

Une énorme vague déferle sur un bidonville, jetant un pêcheur hors de chez lui à Bandra, Mumbai, en Inde. Il est entraîné par les forts courants, mais il a été secouru par d'autres pêcheurs avant que la mer ne l'engloutisse. Mumbai est menacée d'inondations côtières, une conséquence du changement climatique.
Photographie : SL Shanth Kumar/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Tuvalu sous les eaux

Tuvalu sous les eaux

Des arbres tombés jonchent une plage et les vagues de la lagune de Funafuti à Tuvalu les encerclent. L'érosion des sols a toujours été un problème pour le pays du Pacifique Sud, mais les problèmes s'intensifient à mesure que le niveau de la mer monte. Les mers montantes sont sur le point de submerger complètement les petites îles de l'archipel.
Photographie : Sean Gallagher/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Nouvel An pollué à Mexicali, Baja California, Mexique

Nouvel An pollué à Mexicali, Baja California, Mexique

Le 1er janvier 2018, Mexicali était l'une des villes les plus contaminées du monde en raison du changement climatique, de sa situation géographique, de son industrie et de ses voitures.
Photographie : Eliud Gil Samaniego/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Eau rare à Kakamega au Kenya

Eau rare à Kakamega au Kenya

Un jeune garçon boit de l'eau sale à cause du manque de points d'eau dans la région provoqué par la déforestation. Le manque d'eau propre augmente considérablement le risque de maladies diarrhéiques telles que le choléra, la fièvre typhoïde, la dysenterie et autres maladies tropicales d'origine hydrique.
Photographie : Dharshie Wissah/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Poubelle, Istanbul, Turquie

Poubelle, Istanbul, Turquie

Nettoyage sous-marin dans le Bosphore dans le cadre du projet Zero Waste Blue
Photographie : Sebnem Coskun/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

La fatigue à Dhaka, Bangladesh

La fatigue à Dhaka, Bangladesh

Une jeune femme dort dans le lit pollué d’une rivière
Photographie : Amdad Hossain/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Jeu de plastique à Ouagadougou, Burkina Faso

Jeu de plastique à Ouagadougou, Burkina Faso

Un garçon joue avec un sac en plastique. Environ 380 millions de tonnes de plastique sont produites chaque année dans le monde. La production a augmenté de façon exponentielle, passant de 2,3 millions de tonnes en 1950 à 448 millions de tonnes en 2015. Chaque jour, environ 8 millions de morceaux de plastique se retrouvent dans nos océans.
Photographie : Aragon Renuncio/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Doux rêves, Burkina Faso

Doux rêves, Burkina Faso

Une fille dort sur un bureau dans sa salle de classe. Les pluies extrêmes ont triplé au Sahel au cours des 35 dernières années en raison du réchauffement climatique. Celui-ci a provoqué 70 épisodes de pluies torrentielles au cours de la dernière décennie, bien que paradoxalement la région souffre également de graves sécheresses.
Photographie : Aragon Renuncio/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Raccommodage à Phu Yen, Vietnam

Raccommodage à Phu Yen, Vietnam

Alors que les stocks de poissons diminuent, les méthodes de pêche deviennent de plus en plus extrêmes. La pêche destructrice avec des filets à petits trous dévaste l'environnement marin
Photographie : Tran Tuan Viet/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Transport de charbon à Dhaka, Bangladesh

Transport de charbon à Dhaka, Bangladesh

Des milliers de pauvres viennent chaque année à Dhaka, la capitale, pour trouver du travail. Beaucoup sont forcés de faire des travaux pénibles, comme porter du charbon sur leur tête.
Photographie : Yousuf Tushar/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Invisible à Sisdol, Nepal

Invisible à Sisdol, Nepal

Dans la décharge de Sisdol au Népal, des collecteurs de déchets fouillent les ordures toute la journée à la recherche de matériaux ou d'objets de valeur à vendre. Cette décharge temporaire située près de Katmandou est en activité depuis 2005.
Photographie : Valerie Leonard/2019 Ciwem - Photographe environnemental de l'année

Source : Le prix CIWEM du photographe environnemental de l’année

Image d’en-tête :
Restes de forêt à Niederzier, Allemagne 
La forêt de Hambach avait près de 12 000 ans lorsqu’elle a été achetée par une compagnie d’électricité pour extraire le lignite enterré en dessous. L’ancienne forêt avait autrefois la taille de Manhattan. Aujourd’hui, il n’en reste plus que 10 %.
Photographie : J Henry Fair/2019 Ciwem – Photographe environnemental de l’année

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Rapport du GIEC sur les océans : rien ne va plus
Article précédent

Rapport du GIEC sur les océans : rien ne va plus

Prochain article

Antonio Guterres, Secrétaire général de l’ONU : Appel à la mobilisation générale

Derniers articles de Climat