Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Climat, malbouffe, pollution de l’air : ce cocktail met en danger l’avenir existentiel des enfants

Menaces imminentes sur les enfants selon l’ONU

Climat, malbouffe, pollution de l’air : ce cocktail met en danger l’avenir existentiel des enfants

Commencez

Dérèglement climatique, malbouffe, marketing des fabricants de tabac et d’alcool, … La santé des enfants fait partout face à une « menace immédiate » et aucun pays dans le monde ne protège leur avenir de façon satisfaisante, avertit l’Organisation des Nations unies (ONU).

Des avancées ont été réalisées au cours des vingt dernières années dans le domaine de la santé des enfants et des adolescents, mais « ces progrès sont aujourd’hui au point mort », voire « menacés », estiment les auteurs d’un rapport publié ce 19 février dans la revue médicale britannique The Lancet.

Pour parvenir à cette conclusion sévère, ce groupe de 40 experts indépendants en santé infantile du monde entier, convoqués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef, a construit un nouvel indice mesurant la possibilité des enfants de s’épanouir, à partir des données de 180 pays (indicateurs de mortalité, d’état de santé, de nutrition, d’éducation…).

Sans surprise, ce sont des pays riches qui arrivent en tête. La Norvège, la Corée du Sud, les Pays-Bas, la France et l’Irlande sont considérés comme les meilleurs pays pour l’épanouissement d’un enfant au cours de ses premières années. La République centrafricaine, le Tchad, la Somalie, le Niger et le Mali sont, sur la base du même classement, les cinq derniers pays de la liste.

Mais si l’on compare les performances en tenant compte des émissions de carbone par habitant, le Burundi, le Tchad et la Somalie sont les plus performants, tandis que les États-Unis, l’Australie et l’Arabie saoudite figurent parmi les dix derniers pays.

« Lorsque les auteurs ont pris en compte les émissions de CO2 par habitant, les pays en tête [du classement de l’épanouissement de l’enfant] sont à la traîne : La Norvège est classée 156e, la République de Corée 166e et les Pays-Bas 160e », selon le rapport. Chacun de ces trois pays émet 210 % de CO2 par habitant de plus que son objectif pour 2030.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« Les seuls pays en voie de battre les objectifs d’émission de CO2 par habitant d’ici 2030 —c’est-à-dire les parmi les 70 premiers de la liste—, tout en obtenant des résultats satisfaisants (en matière de mesures d’épanouissement des enfants) sont : l’Albanie, l’Arménie, la Grenade, la Jordanie, la Moldavie, le Sri Lanka, la Tunisie, l’Uruguay et le Vietnam », indique le rapport.

La France met en danger les enfants du fait de son insuffisante action climatiqueLa France est classée en haut de tableau, en quatrième position en matière d’épanouissement des enfants, mais elle se classe avec les mauvais élèves, au 130e rang, pour ce qui est de la « réalisation des objectifs d’émissions de gaz à effet de serre ». Ce faisant, si on suit la logique des auteurs du rapport, elle fait partie des pays qui mettent le plus en danger ses enfants du fait de son insuffisante action climatique effective.

« Ces enfants sont confrontés à d’énormes défis pour leur santé et leur bien-être, et ils sont aussi aujourd’hui les plus désavantagés en raison de la crise climatique », affirment les rapporteurs. « Nous avons besoin de gains durables en matière de santé et de développement des enfants, ce qui signifie que les grands émetteurs de carbone doivent réduire leurs émissions pour que tous les enfants puissent s’épanouir, pauvres et riches ».

Menaces imminentes sur les enfants selon l’ONU

Les enfants d’aujourd’hui sont confrontés à un avenir incertain

Anthony Costello, pédiatre, professeur de santé mondiale et de développement durable à l’University College de Londres, a déclaré que la Commission appelait à repenser radicalement la santé des enfants dans le monde. « Le changement climatique menace l’avenir de nos enfants, c’est pourquoi nous devons mettre fin aux émissions de carbone dès que possible », a-t-il déclaré au Guardian. « Notre nouvel indice montre qu’aucun pays n’a obtenu de bons résultats à la fois pour le développement de l’enfant et pour les indicateurs d’émissions ».

Si beaucoup de pays à haut revenu ont un très bon score à l’index d’épanouissement, ils sont proches du bas du classement pour leur contribution à la durabilité écologiqueSelon ce rapport, malgré des améliorations spectaculaires en matière de survie, de nutrition et d’éducation au cours des vingt dernières années, « les enfants d’aujourd’hui sont confrontés à un avenir incertain », chaque enfant étant confronté à des « menaces existentielles ».

« En 2015, les pays du monde se sont mis d’accord sur les objectifs de développement durable (SDG), mais près de cinq ans plus tard, peu de pays ont enregistré de grands progrès dans leur réalisation », indique le rapport. « Le changement climatique, la dégradation écologique, les migrations de populations, les conflits, les inégalités généralisées et les pratiques commerciales prédatrices menacent la santé et l’avenir des enfants dans tous les pays », affirment les experts convoqués pour rédiger ce rapport alarmant.

Quant aux pays les plus pauvres, si leurs émissions de gaz à effet de serre sont parmi les plus faibles, « beaucoup sont exposés aux effets les plus sévères d’un changement climatique rapide ».

Seuls neufs pays sont à la fois en mesure d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 par habitant fixés pour 2030, tout en étant situés dans les 70 meilleurs scores pour l’index d’épanouissement : l’Albanie, l’Arménie, la Grenade, la Jordanie, la Moldavie, le Sri Lanka, la Tunisie, l’Uruguay et le Vietnam.

« Les pays doivent revoir leur approche de la santé des enfants et des adolescents en faisant en sorte, non seulement de prendre soin d’eux aujourd’hui, mais en protégeant le monde dont ils hériteront », souligne Helen Clark, ancienne Première ministre de Nouvelle-Zélande et co-présidente de la commission d’experts convoquée par l’OMS et l’Unicef.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Parmi les menaces pesant sur la santé des générations futures, le rapport évoque en premier lieu la pollution de l’air et l' »intensification des menaces climatiques ». Si le réchauffement climatique dépasse 4°C comme le prévoient les projections actuelles, cela entraînera des conséquences sanitaires désastreuses pour les enfants, en raison de la hausse du niveau des océans, des vagues de chaleur, de la prolifération de maladies telles que le paludisme et la dengue.

Malnutrition et malbouffe

Les rapporteurs pointent aussi comme danger imminent sur les enfants les questions liées à l’alimentation. Outre les ravages de la malnutrition, les experts dénoncent aussi des « pratiques commerciales néfastes » pour la santé des enfants, exposés au marketing de marques d’aliments ultra-transformés, de boissons sucrées, d’alcool, de cigarettes électroniques ou de tabac.

Le pédiatre Anthony Costello dénonce : « Des données indiquent que les enfants de certains pays voient jusqu’à 30 000 publicités à la télévision en une seule année, alors que l’exposition des jeunes aux publicités sur les cigarettes électroniques a augmenté de plus de 250 % aux États-Unis en deux ans, touchant plus de 24 millions de jeunes ».

L’autorégulation de l’industrie a échoué, ajoute M. Costello, précisant qu’en Australie, par exemple, « les enfants et les adolescents étaient exposés à 51 millions de publicités télévisées pour l’alcool pendant seulement une saison de football, de cricket et de rugby». « La réalité pourrait être bien pire encore », souligne-t-il. « Nous disposons de peu de faits et de chiffres sur l’énorme expansion des publicités et des algorithmes des médias sociaux destinés à nos enfants ».

Le Dr Anthony Costello alerte les autorités : « Nous demandons également une plus grande réglementation de la commercialisation du tabac, de l’alcool, du lait maternisé, des boissons sucrées et des jeux de hasard auprès des enfants, ainsi que des sociétés de médias sociaux qui ciblent les enfants par le biais d’algorithmes secrets et d’une utilisation inappropriée de leurs données personnelles ».

LIRE DANS UP’ : À quand une loi pour protéger les enfants de la malbouffe ?

Autre danger imminent pour les enfants, l’obésité infantile et adolescente. Celle-ci a été multipliée par 11, faisant passer de 11 millions en 1975 à 124 millions en 2016 le nombre d’enfants obèses. Sont à cet égard incriminées dans le rapport la commercialisation de la restauration rapide et les boissons sucrées. Aussi, ils appellent les gouvernements nationaux à durcir leur réglementation en la matière.

LIRE DANS UP’ : Des médecins accusent les Big Food : ce que nous mangeons nous tue et détruit la planète.

La Commission qui a eu la charge de la rédaction de ce rapport appelle les gouvernements à mettre en place des mesures « pour garantir que les enfants bénéficient de leurs droits dès maintenant et d’une planète vivable dans les années à venir ». Elle leur recommande de s’attaquer « avec la plus grande urgence » aux émissions de CO2, de prendre en compte la voix des plus jeunes dans les décisions politiques et d’évaluer systématiquement les effets de ces décisions sur la santé infantile.

« Nous vivons à une époque comme nulle autre. Nos enfants sont confrontés à un avenir plein de possibilités, mais ils se trouvent au bord du précipice d’une crise climatique… notre défi est grand et nous semblons paralysés », conclue-t-elle.

Avec AFP

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Le dérèglement climatique favorise l’émergence de nouvelles épidémies
Article précédent

Le dérèglement climatique favorise l’émergence de nouvelles épidémies

Climat qui s’emballe, épidémie pandémique, effondrement annoncé… Ça va le moral ?
Prochain article

Climat qui s’emballe, épidémie pandémique, effondrement annoncé… Ça va le moral ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
26 Partages
Partagez26
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print