Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Nouveau confinement : 100.000 morts de plus ?

TRIBUNE LIBRE

Commencez

La vérité sur les morts prématurées induites par le confinement ne pourra plus être occultée et les comptes seront terribles pour les experts et décideurs politiques. Face à l’épidémie de Covid-19, l’échec de la stratégie « Dépister, Tracer, Isoler » (DPI), avec 50 000 contaminations quotidiennes à ce jour, laisse les autorités sanitaires tétanisées. Telles des mules devant l’obstacle, elles n’envisagent que de renforcer les « mesures-barrière » — après l’écarlate, quel coloris pour les villes fautives ? — voire un reconfinement de régions entières, en attendant l’incertain vaccin… Faut-il nous résigner à un nouveau cycle ? Car le rebond actuel était inévitable, la population n’ayant pu s’immuniser avec le (semi)-confinement, et l’on semble revenu à la situation de février 2020, avec la menace de saturation des urgences.

Pas tout à fait quand même. Entre-temps, il y a eu 33 000 décès attribués au Covid-19 — ceci signant l’échec du confinement non ciblé à protéger les personnes vulnérables [1] —, mais aussi l’induction par ce confinement d’un nombre effarant de morts prématurées à venir. Pour une raison étrange, ces morts prématurées ne sont jamais évoquées par le Conseil Scientifique ou le Ministère de la Santé. Nous n’avons même aucune projection relative aux effets délétères du confinement, projection qui pourtant devrait commander toute décision de santé publique à l’impact si lourd.

Effets mortifères du confinement

Cependant, la vérité tragique commence à percer. Par exemple, une étude de l’Institut Gustave Roussy (Villejuif) prévoit entre 2 % à 5 % de surmortalité sur les cinq ans à venir, en raison du retard de dépistage et de soins pour les cancers. Bien évidemment, un tel retard vaut aussi pour les pathologies cardio-vasculaires ou les autres types de pathologies mortelles, et si l’on admet de façon générale 2 % au moins de surmortalité pour ces retards de dépistage ou de soins — sans doute une estimation très basse —, 60 000 décès au moins devraient leur être imputables dans les cinq ans à venir.

Mais il y a eu aussi les morts directes. Par exemple, sur la région parisienne, il a été constaté le doublement des arrêts cardiaques sur infarctus (ce qui implique aussi une altération grave de l’espérance de vie des victimes lorsqu’elles ont survécu).

Et qu’en est-il de l’impact du report de dizaines de milliers d’interventions chirurgicales ? De l’explosion de facteurs de morbidité majeurs ? Quelle sera la surmortalité pour le million de personnes pauvres supplémentaires (6 à 8 années de vie en moins) ? Pour les centaines de milliers de personnes en surpoids par confinement (1 à 10 ans d’années de vie en moins) ? Pour les centaines de milliers de personnes ayant déclenché un trouble mental sévère (13 à 16 ans d’années de vie en moins si le trouble persiste) ?

Bien sûr, on peut contester un tel calcul morbide, mais pourquoi n’avons-nous pas d’évaluation publique des effets mortifères de ces décisions de confinement ? Pourquoi des mesures sont-elles prises sans peser leurs conséquences dramatiques potentielles ?

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Une autre stratégie est possible

N’y aurait-il d’autre stratégie possible que celle du (semi-)confinement en attendant le vaccin ? En fait, la stratégie naturelle dans ce type d’épidémie est de laisser la population non vulnérable s’immuniser tout en protégeant avec tout le soutien affectif et humain nécessaire la minorité de personnes vulnérables (facteurs sévères de risque cardiaque, rénal, pulmonaire… survenant souvent sur un terrain de grand âge ou d’obésité). Plus de 15 000 chercheurs et médecins dans le monde ont signé la déclaration de Barrington qui précise les principes d’une telle stratégie de focused protection (« protection ciblée ») — une majorité silencieuse de professionnels de santé semble soutenir désormais ce type de stratégie.

Mais nos experts officiels ont préféré dénigrer systématiquement la notion d’immunisation collective. Une étude de deux pages, présentée sur le blog Sciences2 du site du Monde comme un calcul scientifique, a prétendu qu’une immunité collective s’obtiendrait au prix d’au moins 100 000 morts en France… Ces experts ont tout simplement ignoré la protection ciblée ! On en est venu à nier ce truisme : plus la population est immunisée, plus les sujets vulnérables sont protégés — alors que la logique de la peur multiplie malheureusement les morts. (Les facteurs de stress, non seulement sont le premier facteur de saturation des urgences, mais accroissent la sévérité de l’infection par le Covid-19.[2])

Logique de la peur

Dans leur panique, les « autorités » sanitaires ne font que renforcer cette logique de la peur — la saturation des urgences étant d’autant plus redoutée que l’on commence à prendre conscience des conséquences dramatiques des retards de soins pour toutes les pathologies hors infection par le Covid-19 —, et en sont réduites à faire miroiter le vaccin salvateur, se préparant ainsi à vacciner dans une confusion totale la population entière (qui n’en a nul besoin hormis les sujets vulnérables).

À la fin de l’épidémie, la vérité sur les morts prématurées induites par le confinement ne pourra plus être occultée et les comptes seront terribles pour les experts et décideurs politiques. Les procès sanitaires sont détestables car ils visent généralement des « responsables non coupables », qui ne disposaient pas des connaissances nécessaires pour décider autrement. Mais, s’agissant des effets du confinement, aujourd’hui nous savons. Au moins 100 000 morts prématurées d’ici cinq ans. Une espérance de vie altérée à l’échelle de la population. Un million de nouveaux pauvres… Qui niera avoir été averti ?

Dr Arnaud Plagnol, psychiatre, professeur de psychologie à l’Université Paris 8, docteur en sciences cognitives et en philosophie

[1] NDLR : Une étude controversée de l’École des Hautes Études de la Santé Publique (EHESP) publiée fin mars évaluait à un peu plus de 60 000 le nombre de décès qui auraient été évités grâce au confinement. Cette étude a servi au gouvernement à justifier sa politique de confinement généralisé. Lire dans UP’ : Aurons-nous été confinés pour rien ?  
[2] Seul le stress peut expliquer le doublement de la hausse des décès chez les personnes nées à l’étranger (INSEE, 7 juillet 2020, https://www.insee.fr/fr/statistiques/4627049

Photo d’en-tête : Photo de l’exposition de rue #StayHome organisée par la Ville de Montreuil jusqu’au 9 novembre 2020 (œuvres de 14 photographes internationaux sélectionnés parmi les finalistes du concours #StayHome, organisé par l’application mobile de photographie Agora, ainsi que celles de 2 photographes montreuillois qui a regroupé 15.000 photos en moins d’un mois et demi de participation).
Auteur : @claror (Espagne) – Copyrights : @claror / Agora 
« Je me suis mise au défi de prendre une photo par jour pendant toute la durée du confinement. Cela m’a permis de réaliser que mes voisins sont maintenant des personnes très importantes dans ma vie. J’ai dû passer ce confinement seule chez moi, et j’ai fêté mon anniversaire avec eux depuis mon balcon, c’est pourquoi j’ai voulu les faire participer à mon challenge. »
Lieu : Grilles du Square Patriarche, Place Jean Jaurès, 93100 Montreuil (M° Mairie de Montreuil – ligne 9) – Libre accès et ouvert à tous.

3 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Membre
jdmichel@bluewin.ch
27 jours

Merci pour cet excellent article, qui apporte la pièce du puzzle complémentaire qu’il ne faut surtout pas omettre dans nos analyses !

Sarahetcheverry1@gmail.com
26 jours

Merci, enfin des voix différentes sur les solutions possibles. Nous avons besoin de cela.

guepard62-jetable10@yahoo.com
19 jours

Article intéressant. Il faut toutefois se pencher plus avant sur l’analyse des chiffres. Dans l’évaluation de l’incidence du confinement sur le nombre d’arrêts cardiaque notamment, le doublement dont parle l’article du Lancet compare la semaine la plus mortifère du confinement avec la semaine la plus mortifère en moyenne des 8 années précédentes de la même période. Une manière de faire parler les chiffres dans un sens non objectif. Sans contester l’effet délétère du confinement sur la survenance de ces cas, c’est en toute logique le nombre total de décès sur la période du confinement qu’il faut comparer par rapport à… Lire la suite »

Article précédent

Appel à la mobilisation générale pour les hôpitaux

L’immunité des personnes atteintes du Covid-19 ne serait pas durable
Prochain article

L’immunité des personnes atteintes du Covid-19 est-elle durable ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
205 Partages
Partagez205
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print