Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Santé mentale des Français : une troisième vague au bout du tunnel ?

Santé mentale des Français : une troisième vague au bout du tunnel ?

Le Covid nous a tapé sur le système

Commencez

A force de nous confiner, déconfiner, reconfiner, déconfiner encore mais au compte-goutte cette fois, à force de mobiliser toutes nos peurs, celles du virus, de l’autre, de la crise, de la dégringolade économique personnelle comme publique… À force, la santé mentale des Français s’est dégradée dans des proportions inquiétantes. Une récente étude fait état d’un accroissement inédit des arrêts de travail, des dépressions, dans toutes les classes d’âge et singulièrement chez les plus jeunes. Un phénomène qui risque d’être durable et pourrait compromettre l’attendue reprise, après le passage du Covid.

Celle-là aussi ils ne l’avaient pas vu venir. De nombreuses voix s’étaient pourtant élevées pour s’inquiéter de cette mise sous cloche de la population, de ces nouveaux usages devenus imposés comme porter un masque, craindre l’autre au point de le tracer électroniquement, rester enfermé chez soi ou exhiber en tremblant un mot d’excuse pour toute sortie considérée a priori comme coupable. Le gouvernement tout obnubilé par la surcharge des lits de réanimation à l’hôpital n’avait pas prévu les conséquences de ces actes : la population craque mentalement.

Bombe à retardement

Nous sommes en présence d’une bombe à retardement psychique que le gouvernement semble venir tout juste de découvrir. Lors de son point presse devenu le grand rendez-vous des décomptes macabres, le directeur de la Santé, Jérôme Salomon, a alerté le 17 novembre dernier sur la dégradation de la santé mentale des Français : « Cette épidémie est stressante, anxiogène et peut générer une souffrance psychologique pour nombre d’entre nous. La crise sanitaire du Covid-19 a révélé la fragilité psychique de nombreux Français. On observe ainsi une augmentation importante des états dépressifs. Le nombre de personnes concernées a en effet doublé entre fin septembre et début novembre », a -t-il indiqué sobrement. Deux jours plus tard, le ministre de la Santé, Olivier Véran, semble découvrir un scoop : l’augmentation des syndromes dépressifs qui concerne « tous les profils sociaux-démographiques ».

Nombreux étaient pourtant les psychiatres et psychologues, et aussi les médecins généralistes, qui s’étaient inquiété dès le premier confinement de l’émergence d’une vague de troubles mentaux. « Les effets psychologiques sont parfois lents et retardés. Or l’épidémie continue et, dans ce contexte de stress important, il risque d’y avoir des conséquences psychologiques », affirmait ainsi en septembre denier Antoine Pelissolo, psychiatre, chef du service de psychiatrie de l’hôpital Henri-Mondor. Le processus semble s’être accéléré avec les mesures de couvre-feux et de deuxième confinement. Gladys Mondière, psychologue et co-présidente de la Fédération française des psychologues et de psychologie (FFPP) constatait déjà à la rentrée une hausse des consultations. Mais, même si elle redoutait la suite, elle ne s’attendait pas à ce qu’elle constate aujourd’hui :  » Ce nouveau confinement a un effet ricochet qui n’est même pas atténué, il est presque une bombe à retardement », confie-t-elle au HuffPost.

Les Français sont malades

Depuis les premiers feux de l’épidémie et la déclaration de guerre lancée par le président de la République au virus, le temps s’est distendu. Avec en toile de fond psychologique cette impression que cela ne finira jamais ; certains responsables gouvernementaux projetant même l’épidémie jusqu’en 2021. Une lassitude s’est installée malgré les premiers élans de solidarité vite oubliés. Les Français sont las, épuisés psychologiquement, encagés. Les braises de l’angoisse, au début attisées par les risques de la maladie, se trouvent entretenus par l’incohérence des mesures prises et les pugilats scientifiques auxquels personne ne comprend plus rien. Rien d’étonnant à ce que les théories du complot fleurissent comme coquelicots au soleil.

Résultat : les Français sont malades. Bernard-Henri Lévy titrait son petit livre-coup de colère sorti entre les deux confinements : Ce virus qui rend fou (Grasset). Nous n’en sommes pas encore là mais presque. Troubles anxieux, dépressions, syndrome d’épuisement… Le nombre d’arrêts maladie de longue durée a progressé de 33% par rapport aux douze mois précédents. C’est ce que révèle une enquête Ifop pour Malakoff Humanis. Parmi les pathologies qui ont entraîné un arrêt de travail, la « maladie ordinaire » arrive en tête (29% des arrêts), loin devant le Covid-19 (6%). On retrouve en deuxième position les troubles musculo-squelettiques (17%) puis les troubles psychologiques (15%). Le taux de salariés arrêtés pour troubles psychologiques est en effet passé de 9% début 2020 à 14% pendant le confinement, puis à 18% lors du déconfinement.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Le ministre de la Santé révélait lui-même, lors de sa dernière conférence de presse, que près de 20.000 appels étaient passés chaque jour au numéro vert d’aide psychologique mis en place.

Une autre étude de la Fondation Jean Jaurès établit que les conséquences pourraient être plus terribles encore, avec une hausse des suicides et pensées suicidaires à envisager dans les années à venir. Parmi les personnes à risque, celles qui vivent très mal les mesures de restrictions imposées par le gouvernement ou qui ne les comprennent pas. Ainsi, 25% des artisans-commerçants ont envisagé sérieusement de se suicider, et 27% des chômeurs et dirigeants d’entreprise. 16% des chômeurs ont pris des antidépresseurs au cours des douze derniers mois, contre 10% de la totalité des Français.

Selon le Secours Catholique, la France compte aujourd’hui près de 10 millions de personnes pauvres. Les associations d’aide aux plus démunis notent une augmentation significative des bénéficiaires de distribution alimentaire depuis le début du confinement. D’après le dernier baromètre du Secours populaire, près de la moitié des Français craignent, avec la crise sanitaire et économique, de basculer dans la pauvreté. Chômage partiel, licenciement massif, faillite d’entreprises, perte de petits boulots étudiants… Les indicateurs sont au rouge.

LIRE DANS UP’ : La génération perdue du Covid ?

Hors-circuit

Une troisième vague est donc en train de se former. Elle va mettre des millions de Français hors du circuit économique, compromettant gravement toute reprise. Toute la vie économique et sociale du pays sera impactée en obligeant les entreprises à jongler, au moment crucial où celles qui le pourront devront redémarrer, avec une part importante de leur personnel en arrêt maladie. 

Car le dernier baromètre OpinionWay révèle que 49% des salariés (+7 par rapport à mai 2020) sont en situation de détresse psychologique dont 18% en détresse psychologique élevée (+1).

Le taux de détresse psychologique est également « en hausse très nette pour la hiérarchie » avec 58% de détresse psychologique pour les managers (+10) dont 25% de détresse élevée (+4) et 72% (+6) pour les managers de managers. Il culmine à 35% de salariés en état d’épuisement émotionnel sévère et environ un million en burn out sévère (soit 5%). 24% des salariés interrogés déclarent avoir déjà été en arrêt de travail à cause du stress ou de l’anxiété (74% de détresse psychologique), soit environ 5,5 millions, avance même Opinionway à partir de ses projections.

Le télétravail semble être un facteur aggravant puisque 58 % des salariés en télétravail à temps complet se déclarent en détresse psychologique.

Cette dimension de la crise sanitaire a été largement sous-anticipée par le gouvernement. Il réagit seulement maintenant, en « envisageant » de charger Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, de « faire des propositions » sur le sujet de la santé mentale. Avec l’idée d’évaluer les mesures qui pourraient être prises, alors que ce sujet avait largement été mis de côté depuis le début de la pandémie. Il est grand temps. Car les fêtes de fin d’année approchent. Pour Samuel Dock, psychologue clinicien, co-auteur de Le nouveau malaise dans la civilisation (Plon), « Si Noël se passe confiné, ce sera probablement un carnage psychologique. Pour beaucoup, c’est l’ultime occasion de faire du lien social. Et pour eux, d’une certaine manière, si le coronavirus prend Noël, il aura tout pris. »

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Membre
jjp.bazire***
10 mois

Les francais sont malades parce que leurs dirigeants sont des grands malades. Le corp français est malade parce que la tête est malade ! Notre pays est retourné 100ans en arrière, ce qui le prélude à de grands chaboulements dans la douleur et pourquoi pas une guerre civile ? Ça ne peut pas continuer comme ça ! A force de tirer sur tous les élastiques nos dirigeants vont se les faire péter dans la tronche et ce sera jn grand soulagement. Il y aura des victimes, tjrs les memes, celles du peuple qui n aspire qu au bonheur dans la… Lire la suite »

Membre
paublo***
10 mois

Les prétendues démocraties modernes ne sont-elles pas toutes maltraitantes parce que fondées essentiellement sur le profit et la répression ? L’actuelle crise sanitaire ne met-elle pas en évidence une réalité que nous préférons habituellement occulter ?

Mortalité et Covid-19 : Le virus a trouvé le point de vulnérabilité de nos sociétés
Article précédent

Mortalité et Covid-19 : Le virus a trouvé le point de vulnérabilité de nos sociétés

Prochain article

La psychiatrie au temps du Covid : quelle considération et quels moyens ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez261
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print