Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Dernières études : bonnes et mauvaises nouvelles sur Omicron

Dernières études : bonnes et mauvaises nouvelles sur Omicron

Commencez

Les chercheurs du monde entier se dépensent sans compter pour tâcher de comprendre le coronavirus et plus particulièrement le variant Omicron qui fait trembler le monde. Trois études viennent d’être publiées ; elles comprennent des recherches qui méritent d’être approfondies pour corroborer les résultats et qui n’ont pas encore été certifiées par un examen par les pairs. Elles ouvrent néanmoins des pistes intéressantes et méritent notre attention. 

Le coronavirus laisse des anticorps auto-agressifs qui peuvent attaquer des tissus sains

Selon de nouvelles recherches, plusieurs mois après s’être remis d’une infection par le SRAS-CoV-2, les survivants présentent des taux élevés d’anticorps susceptibles d’attaquer par erreur leurs propres organes et tissus, même s’ils n’ont pas été gravement malades.

Parmi 177 travailleurs de la santé qui s’étaient rétablis d’infections confirmées à coronavirus contractées avant la disponibilité des vaccins, tous présentaient des auto-anticorps persistants, notamment ceux qui peuvent provoquer une inflammation chronique et des lésions des articulations, de la peau et du système nerveux. « Normalement, nous ne nous attendions pas à voir une telle diversité d’auto-anticorps élevés chez ces personnes ou à ce qu’ils restent élevés aussi longtemps, six mois après une guérison clinique complète », a déclaré Susan Cheng du Cedars-Sinai Smidt Heart Institute à Los Angeles. Les modèles d’autoanticorps élevés varient entre les hommes et les femmes, ont rapporté les chercheurs, ce 30 décembre 2021, dans le Journal of Translational Medicine.

« Nous ne savons pas encore combien de temps, au-delà de six mois, les anticorps resteront élevés et/ou entraîneront des symptômes cliniques importants », a déclaré Susan Cheng. « Il sera essentiel de surveiller les individus à l’avenir ». Son équipe cherche à savoir si les élévations d’autoanticorps sont liées à des symptômes persistants chez les personnes atteintes de Covid de longue date et prévoit d’étudier les niveaux d’autoanticorps après des infections par des variantes plus récentes du virus.

Les effets des cellules B sont affaiblis mais pas annulés par Omicron

Les effets des anticorps produits par les « cellules B à mémoire » du système immunitaire contre la variante Omicron du coronavirus, bien qu’affaiblis, pourraient encore être significatifs, estiment les chercheurs.

Une fois que l’organisme a appris à reconnaître le SRAS-CoV-2, soit après une infection, soit après une vaccination, les cellules B produisent de nouveaux anticorps contre le virus s’il n’y a pas déjà suffisamment d’anticorps en circulation dans le sang qui peuvent le neutraliser. Dans une étude publiée sur bioRxiv avant l’examen par les pairs, les chercheurs ont analysé la force de plus de 300 anticorps produits par des cellules B à mémoire obtenues de volontaires vaccinés, dont certains avaient déjà été infectés par le SRAS-CoV-2.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« L’Omicron semble échapper à une très grande partie du pool de cellules B à mémoire », ont déclaré les chercheurs, ajoutant qu’il « semble encore être reconnu efficacement par 30 % des anticorps totaux et près de 10 % de tous les anticorps neutralisants puissants », ont déclaré Matthieu Mahevas et Pascal Chappert de l’Université de Paris dans un courriel commun. Selon eux, la forte capacité des cellules B à mémoire à proliférer et à produire des anticorps pourrait compenser « en moins de deux jours » la baisse d’efficacité de ces anticorps.

En combinaison avec d’autres composants du système immunitaire, notamment les lymphocytes T, les effets des cellules B contribuent probablement à expliquer pourquoi la plupart des personnes vaccinées qui sont infectées ne deviennent pas suffisamment malades pour nécessiter une hospitalisation, ont-ils ajouté.

L’activité des variants du virus dans les cellules les rend plus efficaces

Outre les mutations des pointes (spikes) qui aident le coronavirus à pénétrer dans les cellules, les mutations qui modifient le comportement du virus à l’intérieur des cellules expliquent en grande partie pourquoi certains variants sont plus transmissibles, ont découvert des chercheurs.

Les résultats, publiés dans Nature, montrent que les scientifiques « doivent commencer à s’intéresser aux mutations en dehors du pic », qui a jusqu’à présent été le principal objectif des vaccins et des anticorps, a déclaré Nevan Krogan de l’Université de Californie à San Francisco. En étudiant la variante Alpha, son équipe a trouvé une mutation sur un site sans pic qui amène les cellules infectées à augmenter leur production d’une protéine appelée Orf9B. Orf9b désactive à son tour une protéine appelée TOM70 que les cellules utilisent pour envoyer des signaux au système immunitaire. Lorsque des niveaux plus élevés d’Orf9B désactivent TOM70, le système immunitaire ne réagit pas aussi bien et le virus peut mieux échapper à la détection, ont déclaré les chercheurs.

À propos de l’augmentation du taux d’Orf9B, Krogan a déclaré : « Il est rare que les mutations « remontent » une protéine. C’est une chose très sournoise de la part de ce virus ». La même mutation a été identifiée sur Delta, « et bien sûr, presque la même mutation se trouve sur Omicron », a-t-il dit, ce qui suggère qu’ils peuvent avoir des effets similaires sur le système immunitaire. Ces nouvelles informations pourraient favoriser le développement de médicaments qui ciblent l’interaction entre Orf9b et TOM70.

 Avec Reuters

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Omicron : la piste du rhume
Article précédent

Omicron : la piste du rhume

Peut-on espérer la fin du Covid avec Omicron ?
Prochain article

Peut-on espérer la fin du Covid avec Omicron ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez29
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email