Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Serons-nous capables de prévenir la prochaine pandémie ?
/

Serons-nous capables de prévenir la prochaine pandémie ?

Commencez

La pandémie de coronavirus laissera des traces profondes. Elle a fauché des millions de vies et plongé le monde dans une situation inédite devant laquelle les dirigeants ont semblé désemparés. Ont-ils tiré des leçons de cette crise sanitaire majeure ? Aux côtés du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, et du président du Conseil européen, Charles Michel, les dirigeants de 23 pays ont publié une tribune aux accents de « plus jamais ça ». Tous, la main sur le cœur, ils ont appelé à un nouveau traité international pour la préparation et la réponse aux pandémies. L’accent qu’ils mettent sur la préparation de nos systèmes de santé à réagir plus rapidement et mieux à la prochaine épidémie est extrêmement important. Mais ces mesures n’empêcheront pas l’émergence de nouvelles maladies.

Les plus grands experts en santé publique sont d’accord. Nous avons vu comment même les pays les mieux équipés ont lutté et échoué dans leurs efforts pour ralentir la propagation du Covid-19. Ce n’est que lorsque nous préviendrons les nouvelles maladies avant qu’elles ne se déclarent — à la source, là où les humains et les animaux entrent en contact étroit — que nous deviendrons moins vulnérables aux agents pathogènes qui déjouent systématiquement nos meilleurs efforts pour les contenir.

Cet argument n’est pas nouveau.  Les biologistes et les experts en santé publique ont averti que nos rencontres accrues et négligentes avec les animaux sauvages rendaient inévitable une pandémie comme celle du Covid-19, mais les politiciens ont ignoré ces avertissements.

Le débordement

Le Covid-19, ainsi que d’autres nouvelles maladies comme le VIH/SIDA, le H1N1, le SRAS et le MERS, ont tous un point commun. Ce sont des virus qui sont passés d’autres espèces à l’homme, un processus connu sous le nom de « spillover » (débordement). Ce phénomène est plus susceptible de se produire lorsque les humains ou nos animaux domestiques ont davantage de contacts avec la faune sauvage qui abrite d’innombrables milliers de variétés de virus non décrites.

Des études ont montré que l’agriculture, l’urbanisation et d’autres activités humaines qui dégradent les forêts et d’autres écosystèmes ont inauguré une nouvelle ère de débordements. Le commerce légal et illégal des espèces sauvages — qui se rejoignent souvent dans les marchés humides — et la manipulation d’animaux pour la production de bétail contribuent à une propagation encore plus importante des maladies.

Malgré les preuves évidentes que nous mettons nos vies en danger en détruisant la nature, la dévastation continue.  La dernière analyse de Global Forest Watch a révélé que la perte de forêts tropicales primaires a augmenté de 12 % entre 2019 et 2020. Un pourcentage stupéfiant de 64 % des forêts tropicales du monde a été défriché ou dégradé.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Avec l’augmentation des contacts résultant du déplacement des animaux sauvages de leurs habitats habituels, ces virus peuvent plus facilement faire le saut vers les humains. Ils peuvent également muter en cours de route lorsqu’ils se propagent d’homme à homme, provoquant des épidémies locales isolées, des épidémies régionales ou de véritables pandémies mondiales.

Il ne faut pas grand-chose

Mais il y a de bonnes nouvelles. Nous pouvons protéger les forêts, assainir et réduire le commerce des espèces sauvages, améliorer les pratiques agricoles et étendre la surveillance pour détecter les débordements au moment où ils se produisent pour environ 10 milliards de dollars par an. Comparé au coût humain et économique massif d’une autre pandémie, ce prix est minuscule.

Des investissements minimes et des programmes soigneusement planifiés avec les communautés locales peuvent contribuer grandement à réduire les comportements à risque qui créent des opportunités de débordement — tout en améliorant la santé publique et en protégeant les forêts tropicales. Par exemple, un projet mené dans une région forestière de Bornéo présentant des taux élevés déforestation, de pauvreté et de besoins sanitaires non satisfaits, a révélé que les villageois locaux à court d’argent se tournaient vers l’exploitation forestière illégale pour payer les frais médicaux.  L’amélioration de l’accès à des soins de santé moins chers et de meilleure qualité a entraîné une diminution de la déforestation. Il existe de nombreux exemples de ce type qui peuvent être mis à l’échelle.

Nous n’avons pas le luxe du temps

La création d’un nouveau traité mondial prend généralement de nombreuses années de négociations pénibles et lentes. « Nous n’avons pas le luxe du temps » affirment plusieurs organisations et plus particulièrement Sonila Cook et le Dr Nigel Sizer, cofondateurs de l’initiative  » Prevent Pandemics at the Source  » (Prévenir les pandémies à la source). Dans une tribune publiée par Mongabay, ils exhortent les dirigeants des grands pays à montrer la voie lors du sommet du G7 cet été, et à annoncer un soutien commun, avec d’autres membres, à un nouveau Fonds mondial pour la prévention et la préparation aux pandémies. Le nouveau Fonds devrait combiner le renforcement des systèmes de santé avec des actions visant à réduire le risque de débordement dans des régions telles que l’Amazonie, l’Afrique centrale et occidentale, l’Asie du Sud et du Sud-Est, où le danger de débordement futur est le plus grand.

Ils affirment que « ce n’est que lorsque nous préviendrons les nouvelles maladies avant qu’elles ne se déclarent – à la source, là où les humains et les animaux entrent en contact étroit – que nous deviendrons moins vulnérables aux agents pathogènes. » Ils font valoir que la prévention est beaucoup moins coûteuse que la lutte contre les pandémies une fois qu’elles ont commencé. « Nous pouvons protéger les forêts, nettoyer et réduire le commerce des espèces sauvages, améliorer les pratiques agricoles et étendre la surveillance pour détecter les débordements au moment où ils se produisent pour environ 10 milliards de dollars par an », écrivent-ils. « Comparé au coût humain et économique massif d’une autre pandémie, ce prix est minuscule. »

Enfin, ils lancent un cri d’alerte : « Alors que nous nous efforçons de surmonter le COVID-19, n’oublions pas la source de cette pandémie – et la source des futures pandémies probables ».

Image d’en-tête : photo Adrian Stern

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

4 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
allotoxconsulting***
1 jour

La fable du Pangolin mordu par une chauve-souris enragée et consommée par de pauvres chinois sur un marché alimentaire à côté d’un laboratoire P4 de Wuhan, perdure, même chez les beaux esprits, alors que l’hypothèse de la contamination accidentelle par négligence des procédures de protection se précise. Le labo P4 de Wuhan (un réacteur virologique très dangereux) livré par la France via l’Institut Pasteur, a échappé au contrôle des chercheurs français, qui ont noté, dès le début, un laxisme dans les procédures de protection du laboratoire de Wuhan. Dès les années 2010, suite aux précédents débuts de pandémies (SARS 1… Lire la suite »

gilliane l
1 jour

Voir aussi le labo militaire US, Fort Detrick, fermé pour cause de fuites en Août 2019, deux mois avant les jeux militaires mondiaux qui ont eu lieu à Wuhan .

allotoxconsulting@yahoo.fr
16 heures
Reply to  gilliane l

Effectivement , je l’avais oublié.
Alors la fable du pangolin …

HélèneDIX
1 jour

Il manque un point fondamental dans ce réquisitoire, l’état du système immunitaire dans les pays pauvres en raison de la dénutrition visible, mais aussi dans les pays riches en raison de la malnutrition qui provoque une dénutrition cachée, le manque d’activité physique et le manque de soleil. La mortalité se concentre sur des personnes qui avaient déjà des problèmes de santé ou très affaiblies ( personnes agées), les fameuses co-morbidités. On redécouvre que pour lutter contre les maladies, il faut être en bonne santé mais avec une vision holistique. Le grand absent de la lutte contre le covid, c’est une… Lire la suite »

Les autotests sont-ils la panacée pour contrôler l’épidémie ?
Article précédent

Les autotests sont-ils la panacée pour contrôler l’épidémie ?

Vaccin : Comment expliquer l’échec de Sanofi ?
Prochain article

Vaccin : Comment expliquer l’échec de Sanofi ?

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
18 Partages
Partagez18
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print