Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Une farce qui va coûter cher à la planète

Une farce qui va coûter cher à la planète

Commencez

LE BILLET D’HUMEUR

La nouvelle est tombée ce 12 janvier par un communiqué qui prenait soudain des allures de poisson d’avril. La prochaine COP qui se tiendra à Dubaï en novembre prochain sera présidée par le PDG de la compagnie pétrolière Abu Dhabi National Oil Company. Un roi du pétrole au sommet du climat. On marche sur la tête .

La prochaine COP numéro 28, sensée accorder les 196 États du monde sur une réduction des gaz à effet de serre, donc à la consommation de combustibles fossiles, sera dirigée par Sultan Al Jaber, ministre émirati de l’industrie et patron d’un des groupes pétroliers les plus importants du monde. Un homme qui avait insisté, lors d’une conférence pétrolière en 2021 à « « investir 600 milliards de dollars tous les ans dans le pétrole jusqu’en 2030, pour satisfaire la demande énergétique mondiale ».

La dernière COP qui s’était tenue en Égypte avait vu le débarquement de centaines de lobbyistes des combustibles fossiles qui n’avaient cessé de polluer le terrain des négociations pour faire aboutir un texte où la réduction du recours aux fossiles était à peine mentionnée. Désormais, les lobbyistes ont pris du galon, leur roi est président.

On pourrait en rire si la crise climatique causée essentiellement par le déversement de gaz issus de la combustion des énergies fossiles n’atteignait des pentes sans retour en arrière possible. Nous allons tout droit vers des catastrophes climatiques à répétition, des crises alimentaires, des populations entières qui vont être englouties et, pour régler le problème, le monde fait entrer le renard pour surveiller le poulailler.

Dur à avaler pour les défenseurs du climat car la COP28 est cruciale. Ce sera le moment ou jamais de mettre un coup de frein radical à la production et la consommation d’énergies fossiles. Face à cet enjeu, la grand-messe climatique est confiée à un des États qui contribue le plus à pourrir la planète. Plus qu’un conflit d’intérêt, une trahison. Pourquoi ce choix ? Les Émirats ont mis sur la table leurs équipement et leurs moyens financiers sans limite. Comme certains se payent des coupes du monde de football, d’autres se payent des COP. A chacun ses bons plaisirs.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Océans en surchauffe
Article précédent

Océans en surchauffe

Quelques bonnes nouvelles sur le climat
Prochain article

Quelques bonnes nouvelles sur le climat

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez43
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email