Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Océans en surchauffe

Océans en surchauffe

Record de chaleur battu en 2022

Commencez

Les océans du monde ont été les plus chauds jamais enregistrés en 2022, démontrant les changements profonds et généralisés que les émissions d’origine humaine ont apportés au climat de la planète. Les tendances océaniques à long terme suggèrent que les océans Atlantique et Austral absorbent la plus grande quantité de chaleur provenant de nos émissions de gaz à effet de serre. Le réchauffement des eaux océaniques contribue à amplifier les tempêtes, les ouragans et les précipitations extrêmes, ce qui accroît les risques de graves inondations, de submersions marines et d’élévation du niveau des eaux.

La quantité de chaleur excédentaire enfouie dans les océans de la planète, un marqueur fort du changement climatique, a atteint un niveau record en 2022, reflétant plus d’énergie thermique stockée que pour n’importe quelle année depuis que des mesures fiables sont disponibles à la fin des années 1950, a rapporté un groupe de scientifiques ce mercredi 11 janvier. Ce chiffre éclipse le record de chaleur océanique établi en 2021 – qui a battu le record établi en 2020, et qui a éclipsé celui établi en 2019. Et cela contribue à expliquer un schéma apparemment en constante escalade de phénomènes météorologiques extrêmes ces derniers temps, dont beaucoup trouvent un carburant supplémentaire de l’énergie qu’ils tirent des océans.

« Si nous continuons à battre des records, c’est un peu comme un disque rayé« , déclare John Abraham, chercheur en climatologie à l’université de St. Thomas dans le Minnesota et l’un des auteurs de la nouvelle recherche publiée dans Advances in Atmospheric Sciences.

Plus de 90 % de l’excès de chaleur piégé par les émissions de gaz à effet de serre est absorbé par les océans. Les relevés, qui commencent en 1958, montrent une augmentation inexorable de la température des océans, avec une accélération du réchauffement après 1990.

Les températures de surface des océans ont une influence majeure sur le temps qu’il fait dans le monde. Des océans plus chauds favorisent les phénomènes météorologiques extrêmes, entraînant des ouragans et des typhons plus intenses et une plus grande humidité dans l’air, ce qui provoque des pluies plus intenses et des inondations. L’eau plus chaude se dilate également, faisant monter le niveau des mers et mettant en danger les villes côtières.

2022 année record pour la septième fois

La température des océans est beaucoup moins affectée par la variabilité naturelle du climat que la température de l’atmosphère, ce qui fait des océans un indicateur indéniable du réchauffement de la planète. En effet, la température de l’air de la planète augmente depuis des décennies, mais elle oscille entre les hauts et les bas et ne bat pas de records chaque année. Le Copernicus Climate Change Service européen a récemment classé l’année 2022 comme la cinquième année la plus chaude jamais enregistrée pour l’atmosphère, et d’autres classements d’experts suivront bientôt.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

En 2022, nous avons assisté au troisième épisode La Niña consécutif, qui est la phase la plus froide d’un cycle climatique irrégulier centré sur le Pacifique et qui affecte les régimes climatiques mondiaux. Lorsque El Niño reviendra, les températures atmosphériques mondiales seront encore plus élevées.

L’équipe internationale de scientifiques qui a produit la nouvelle analyse de la chaleur des océans conclut ainsi sa recherche : « Les cycles de l’énergie et de l’eau de la Terre ont été profondément modifiés en raison de l’émission de gaz à effet de serre par les activités humaines, entraînant des changements profonds dans le système climatique de la Terre. »

Le professeur John Abraham, de l’université de St Thomas dans le Minnesota et membre de l’équipe chargée de l’étude, a déclaré : « Si vous voulez mesurer le réchauffement de la planète, vous devez mesurer où va le réchauffement. » Mesurer les océans est le moyen le plus précis de déterminer le déséquilibre de notre planète. Plus de 90 % de l’excès de réchauffement qui résulte du déséquilibre énergétique planétaire, dans lequel plus de chaleur solaire entre dans le système terrestre qu’elle ne s’échappe à nouveau vers l’espace, se retrouve dans l’océan, affirment les chercheurs.

Conditions extrêmes

« Les conditions météorologiques extrêmes se multiplient en raison du réchauffement des océans, ce qui a des conséquences considérables dans le monde entier. » Le professeur Michael Mann, de l’université de Pennsylvanie, également membre de l’équipe, fait observer : « Le réchauffement des océans signifie qu’il y a plus de potentiel pour des événements de précipitations plus importants, comme nous l’avons vu l’année dernière en Europe, en Australie et actuellement sur la côte ouest des États-Unis.« 

Selon lui, l’analyse montre une couche d’eau chaude de plus en plus profonde à la surface de l’océan : « Cela conduit à une intensification plus importante et plus rapide des ouragans – ce que nous avons également constaté l’année dernière – puisque les vents ne barattent plus l’eau froide de subsurface qui, autrement, freinait l’intensification. »

Les recherches publiées ce lundi 9 janvier par la National Oceanic and Atmospheric Administration américaine ont montré que de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes survenus en 2022 avaient été rendus plus probables et plus intenses par la crise climatique, comme les fortes pluies qui ont provoqué des inondations dévastatrices au Tchad, au Niger et au Nigeria.

Les mesures fiables de la température des océans remontent à 1940, mais il est probable que les océans sont actuellement à leur niveau le plus chaud depuis 1 000 ans et qu’ils se réchauffent plus rapidement qu’à n’importe quel moment au cours des 2 000 dernières années.

Chaleur, salinité, stratification : un cocktail explosif

L’analyse, publiée dans la revue Advances in Atmospheric Sciences, s’est appuyée sur des données de température recueillies par une série d’instruments dans les océans et a combiné des analyses distinctes effectuées par des équipes chinoises et américaines pour calculer le contenu thermique des 2 000 premiers mètres, où se produit la majeure partie du réchauffement. L’étude a été menée par Lijing Cheng, de l’Académie chinoise des sciences, avec de nombreux collaborateurs dans des institutions en Chine, en Italie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis. Elle se fonde sur deux ensembles distincts de données sur la chaleur des océans, l’un provenant de l’Académie chinoise des sciences et l’autre de la National Oceanic and Atmospheric Administration. Les deux constatent que 2022 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée pour les océans, suivie de 2021, 2020, 2019 et 2017.

Les océans ont absorbé environ 10 zettajoules de chaleur de plus en 2022 qu’en 2021, ce qui équivaut à l’explosion d’environ cinq bombes Hiroshima de plus dans l’océan par seconde, 24 heures sur 24 et 365 jours par an. Autre comparaison : la quantité de chaleur ajoutée en 2022 est environ cent fois plus importante que la production mondiale totale d’électricité en 2021, ont déclaré les chercheurs dans un communiqué de presse.

Les chercheurs ont également analysé la salinité, qui, avec la température, détermine la densité de l’eau et constitue un facteur essentiel de la circulation océanique. Un indice de la variabilité de la salinité dans les océans a atteint un niveau record en 2022, ce qui montre une amplification continue du cycle hydrologique mondial.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Une autre caractéristique importante des océans est la stratification de l’eau en fonction de la densité qui devient plus forte. Cela limite le mélange des eaux plus profondes, plus froides et plus riches en nutriments avec les eaux de surface. La tendance à long terme à l’augmentation de la stratification s’est poursuivie en 2022, ont constaté les scientifiques, avec « d’importantes conséquences scientifiques, sociétales et écologiques ».

L’une de ces conséquences, a déclaré M. Abraham, est que la diminution du mélange dans l’océan signifie que la couche de surface absorbe moins de dioxyde de carbone de l’atmosphère, ce qui accroît le réchauffement de la planète. L’océan perd également de l’oxygène, car les eaux plus chaudes ne peuvent pas en contenir autant, ce qui peut conduire à des zones de faible teneur en oxygène, une menace pour la vie marine. L’océan devient également plus salé dans de nombreuses régions, car l’évaporation de l’eau plus chaude laisse derrière elle davantage de sel, mais dans d’autres régions, il devient en fait plus frais grâce à l’augmentation des précipitations. Selon l’étude, il s’agit d’un « modèle salé de plus en plus salé, frais de plus en plus frais », l’évaporation l’emportant dans certaines régions et les précipitations dans d’autres.

Les chercheurs ont également déclaré : « On observe de plus en plus de vagues de chaleur et de sécheresses qui battent des records dans l’hémisphère nord, ce qui est cohérent avec le réchauffement intensif des océans Pacifique et Atlantique aux latitudes moyennes. »

Kevin Trenberth, coauteur de l’étude et chercheur au National Center for Atmospheric Research, affirme que le réchauffement de l’océan peut avoir des conséquences directes sur les événements qui se déroulent sur terre. Par exemple, l’eau plus chaude dans les couches supérieures de l’océan peut contribuer à alimenter des tempêtes plus intenses et les pluies torrentielles qui les accompagnent.
« Ces températures supérieures de la surface de la mer ont de graves conséquences sur toute tempête qui se présente« , a-t-il déclaré, ajoutant : « Je pense que nous voyons certaines des répercussions dans les tempêtes qui frappent la Californie… Les fortes pluies sont une conséquence directe de cette anomalie du contenu thermique des couches supérieures de l’océan. »

Cela s’explique en partie par le fait qu’une augmentation de la chaleur se traduit par une augmentation de l’humidité dans l’air, ce qui peut surcharger les tempêtes qui se matérialisent. Pour chaque degré Fahrenheit d’augmentation de la température de l’air, l’atmosphère peut contenir environ 4 % d’eau en plus.

Le réchauffement des océans et ses conséquences sur les phénomènes météorologiques extrêmes s’intensifieront jusqu’à ce que l’humanité atteigne des émissions nettes nulles.

En octobre, l’Organisation météorologique mondiale a indiqué que la concentration atmosphérique de tous les principaux gaz à effet de serre – dioxyde de carbone, méthane et oxyde nitreux – avait atteint des sommets. Le chef de l’OMM, le professeur Petteri Taalas, a déclaré : « Nous allons dans la mauvaise direction« .

Sources : The Guardian / Covering Climate Now

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Le monde est assis sur une bombe à retardement
Article précédent

Le monde est assis sur une bombe à retardement

Une farce qui va coûter cher à la planète
Prochain article

Une farce qui va coûter cher à la planète

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez6
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email