Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

climat
/

L’eau, un enjeu d’attractivité vital

Commencez

Si Rhône-Alpes se lance maintenant dans l’adaptation au changement climatique, l’eau sera son atout. La reconquête de la qualité de nos cours d’eau avance fort : la pollution organique de nos cours d’eau a été divisée par dix en 15 ans. Nous avons sorti de la médiocrité les rivières les plus abimées. Mais les enjeux devant nous restent immenses.

Le changement climatique vient appuyer sur les points sensibles : les fuites de nos réseaux d’eau – hors d’âge – atteignent souvent la moitié de l’eau pompée. Cette eau viendrait gravement à nous manquer si nous n’investissons pas en urgence dans une grande chasse au gaspillage, estimée à 1,5 milliard d’euros de travaux par an pour la France. Cette chasse au gaspi vise aussi l’irrigation agricole. Ces économies ne peuvent pas attendre parce que la compétition pour l’eau s’aiguise. D’après l’INSEE, Rhône-Alpes va accueillir 20% d’habitants en plus d’ici 2040, passant de 6,2 millions d’habitants à plus de 7,4. Ces gens-là auront soif.

Les territoires de Rhône-Alpes sont vulnérables

L’agriculture aussi craint l’assèchement des sols qui vient et verra ses besoins en eau s’accentuer, surtout en zone de montagne. Dans le même temps, l’économie touristique hivernale va subir la réduction du nombre de jours de neige, avec des conditions d’enneigement moins garanties en moyenne montagne.

Tous les territoires de Rhône-Alpes sont vulnérables au changement climatique : le caractère méditerranéen du sud s’accentuera, avec des sécheresses plus sévères et des précipitations plus brutales. Les Alpes seront encore plus affectées avec des glaciers réduits à la portion congrue, une fonte des neiges plus rapide au printemps, des températures d’plus élevées.

Pour se préparer au changement climatique nous devons aussi oser désimperméabiliser nos villes pour laisser l’eau se réinfiltrer vers les nappes phréatiques. Ce n’est pas seulement une nécessité vitale, c’est aussi moins cher : Lyon a divisé par 3 sa facture sur un projet d’aménagement en préférant des réinfiltrations à la parcelle à la solution classique « tout-tuyau » !

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Enfin on redécouvre aujourd’hui les vertus d’une rivière qui fonctionne naturellement. A force d’avoir enserré nos rivières entre des digues trop étroites, on se retrouve avec des crues dramatiquement aggravées. Le secteur des travaux publics va revenir dans les rivières mais, cette fois-ci, pour leur redonner un cours plus naturel. Le gouvernement promet une grande loi cadre de la biodiversité pour 2014.

Trame verte et bleue

L’Isère s’est déjà fait connaître comme le premier département à avoir porté une politique forte de trame verte et bleue. La région Rhône-Alpes reprend le flambeau dans son nouveau « schéma régional de cohérence écologique » à paraître prochainement et l’agence de l’eau finance 400M€ sur 6 ans pour la restauration des milieux.

Paris accueillera fin 2015 la conférence mondiale sur le climat, suite de Kyoto. En préparation, les 5 régions du sud-est, l’agence de l’eau et le préfet de Rhône-Alpes, préfet coordonnateur du bassin Rhône-Méditerranée se sont fédérés pour lancer un plan d’adaptation au changement climatique qui donne la carte des vulnérabilités de nos territoires et propose quelques innovations de rupture administrative comme une mesure de compensation de chaque m² qu’on imperméabilise en plus par la mise en place d’une réinfiltration de l’équivalent de la pluie tombant sur 1,5m². Il lance aussi une grande chasse au gaspillage et le retour à bon rendement de nos réseaux d’eau pour 2030.

Si nous nous attelons à ces priorités, l’eau peut devenir un atout plus fort encore d’attractivité de Rhône-Alpes.

Martin Guespereau, Directeur général de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Déclaration sur l’éthique de la biosphère

climat
Prochain article

Lima : un accord a minima ?

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print