Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

COP21 : Accord adopté. Le monde s’est mis en marche

Commencez

Samedi 12 décembre en fin d’après-midi, 195 Etats de la planète se sont réunis au Bourget pour signer un accord qui est d’ores et déjà qualifié d’historique. Le président François Hollande avait adressé, dans la matinée, un vibrant appel à tous les participants : « Vous êtes le monde ! » s’est-il exclamé.  « L’histoire est là, l’histoire arrive » leur a-t-il rappelé. « Il est rare d’avoir dans une vie l’occasion de changer le monde. » Ce jour est arrivé. Aujourd’hui.
 
Les commentateurs ne vont pas être avares de commentaires et exégèses sur le contenu de l’Accord. Les optimistes salueront le succès, les pessimistes, il y en a toujours, regretteront des lacunes, des compromis mous.
Accueilli comme un « vrai tournant » par Jennifer Morgan, du World Resources Institute cité par Le Monde, l’accord lance un « signal fort indiquant que les gouvernements sont engagés à s’aligner sur la science » en établissant un seuil de réchauffement à 2 °C, avec une référence au seuil de 1,5 °C, d’après Tasneem Essop, la chef de la délégation du WWF pour la COP21.
Plusieurs ONG se montrent toutefois assez critiques : « Les pays à l’origine du problème ont promis trop peu d’aide pour les populations sur les lignes de front du dérèglement climatique », estime Kumi Naidoo, directeur de Greenpeace International. May Boeve, directrice de 350.org, déplore « l’exclusion de la mention sur les droits des peuples indigènes, l’absence de financement pour les pertes et dommages, et (…) le fait que les engagements actuels des pays conduisent toujours vers un réchauffement de 3 °C. » Maxime Combes, porte-parole d’Attac France sur les enjeux climatiques, dénonce lui « l’absence d’engagements chiffrés de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour les années à venir ; sans feuille de route clairement établie, y compris en matière de financement, nous avons affaire à un accord sans ambition… ».
 
Toutefois, tous s’accordent à penser que ce qui est important dans cet accord, c’est l’accord lui-même.
En effet, ce à quoi nous assistons c’est à la naissance d’une Organisation des nations unies pour le climat. Une dynamique est en mouvement ; Paris marque un momentum d’accélération historique.
 
Le texte qui a été adopté samedi acte plusieurs avancées majeures. Il est juridiquement contraignant. Il affirme les responsabilités différenciées des pays dans les efforts contre le réchauffement ; il maintient un seuil de réchauffement « bien en deçà de 2 °C », en s’efforçant de le limiter à 1,5 °C ; il évoque une « nécessaire coopération sur les pertes et dommages » ; il fait de la somme de 100 milliards de dollars promis par les pays du Nord d’ici à 2020 une somme « plancher » pour après 2020 avec un nouvel objectif chiffré défini en 2025 ; il acte une clause de remise à niveau tous les cinq ans et des processus de contrôle des avancées.

LIRE DANS UP’ : Accord de Paris sur le climat : l’ambition n’a pas été sacrifiée

Mais ce qu’il faut observer dans cet accord de Paris, point d’orgue de cette COP 21 exceptionnelle, c’est, au-delà des chefs d’Etats et de leurs ministres, la mobilisation de la plupart des acteurs de la société civile autour du climat. Les mentalités ont changé. Le climat et les conséquences du réchauffement sont devenus des sujets majeurs, considérés désormais comme la clé de la sécurité du monde et de la survie de centaines de millions de terriens. Un nouvel ordre mondial s’est mis en marche partout sur le globe, et c’est maintenant à tous les acteurs de la société civile de s’emparer de cet accord et de le porter haut et fort, encore plus loin.
 
Cette quinzaine de COP 21 a été l’occasion d’une liste interminable de mesures, d’initiatives, de promesses venues de partout : des entreprises, des organisations non gouvernementales, des milieux sociaux, culturels, médicaux, religieux et, chose improbable il y a encore quelques années, des milieux de la finance. Un nouveau modèle économique est né à Paris.
L’accord préfigure ainsi une multitude d’actions très concrètes qui vont s’enclencher. On observe l’amorce de coalitions de pays mais aussi d’entreprises qui veulent accélérer la transition vers une croissance verte, profitable économiquement et capable de création d’emplois dans de nombreux secteurs.
Cette dynamique est irréversible. Ségolène Royal interrogée samedi déclare : « Les entreprises par exemple ont ainsi compris qu’investir dans le vert, ça rapporte. Il y a maintenant une convergence entre les intérêts des secteurs économiques et financiers et l’intérêt des peuples et des Etats ».  Ce phénomène est suffisamment nouveau pour être souligné.
 
Charles-Elie Guzman, UP’ Magazine
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Manifestation COP21
Article précédent

COP21 : Une dernière ligne droite semée d’embûches

Négociations à la COP21
Prochain article

Accord de Paris sur le climat : l’ambition n’a pas été sacrifiée

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print