Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

António Guterres : « Si nous ne changeons pas de cap, c'est du suicide »

António Guterres (ONU) : « Si nous ne changeons pas de cap, c’est du suicide »

Commencez

L’Accord de Paris en est déjà à son cinquième anniversaire. Il a grand besoin d’être redynamisé tant les retards et les inerties sont grandes en matière de lutte contre les dérèglements climatiques. Le temps pesse car l’horloge de l’emballement de la planète s’accélère. C’est pourquoi les Nations Unies, sous la houlette du Secrétaire général António Guterres, appellent à une mobilisation immédiate. Dans une interview exclusive accordée au consortium international de médias Covering Climate Now dont UP’ Magazine est membre, le secrétaire général de l’ONU nous prévient : ne pas changer de cap serait un suicide de l’humanité.  Pourtant, des mesures courageuses pourraient être prises pour changer le cours des choses.

Dans le cadre d’une action diplomatique extraordinaire, quoique largement méconnue, la plupart des principaux émetteurs mondiaux ont déjà rejoint la coalition « net zero by 2050 » des Nations unies, y compris l’Union européenne, le Japon, le Royaume-Uni et la Chine (qui est la plus grande source d’émissions annuelles au monde et s’est engagée à atteindre la neutralité carbone « avant 2060 »). 

L’Inde, quant à elle, troisième émetteur annuel au monde, est le seul pays du G20 en voie de limiter la hausse des températures à 2 degrés Celsius d’ici 2100, malgré la nécessité de sortir de la pauvreté un grand nombre de ses habitants, une réalisation que António Guterres a qualifiée de « remarquable ». « C’est tout à l’honneur de l’Inde, maintenant nous devons faire en sorte que tous les pays du G20 fassent de même ». Le secrétaire général vise ainsi la Russie et les États-Unis qui ont été les seuls à refuser de s’engager, après que Donald Trump eut annoncé qu’il retirait les États-Unis de l’accord de Paris peu après avoir été élu président il y a quatre ans. 

Les nouvelles promesses pourraient mettre les objectifs de l’Accord de Paris « à portée de main », à condition que les promesses soient tenues, a conclu une analyse du groupe de recherche indépendant Climate Action Tracker.  Si c’est le cas, la hausse de la température pourrait être limitée à 2,1°C, ce qui serait plus élevé que l’objectif de 1,5 à 2°C fixé par l’Accord, mais constituerait une amélioration majeure par rapport aux 3 à 5°C qui se profilent si nous maintenons le statu quo.

« Les objectifs fixés à Paris ont toujours été censés être augmentés au fil du temps », a rappelé António Guterres.  « Maintenant, nous devons aligner ces engagements sur un avenir à 1,5° C, et ensuite vous devez les mettre en œuvre ».

« Nous ne pouvons pas laisser aux jeunes générations une planète en ruine. » Réitérant l’avertissement des scientifiques selon lequel l’humanité est confrontée à « une urgence climatique« , le secrétaire général a déclaré qu’il était impératif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 pour éviter des impacts « irréversibles » qui seraient « absolument dévastateurs pour l’économie mondiale et pour la vie humaine ».  Il a déclaré que les pays riches doivent honorer leur obligation, en vertu de l’accord de Paris, de fournir 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en développement à limiter leur propre pollution climatique et à s’adapter aux vagues de chaleur, aux tempêtes et à l’élévation du niveau de la mer déjà en cours. 

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Les milliards de dollars actuellement investis pour relancer les économies frappées par la pandémie doivent également être dépensés de manière « verte », a fait valoir António Guterres. « Nous dépensons des milliards de dollars [pour relancer les économies mondiales], et ces dollars sont empruntés. Nous laissons une montagne de dettes aux jeunes générations – nous ne pouvons pas leur laisser aussi une planète en ruine ».

 

L’interview du secrétaire général, réalisée au nom du consortium journalistique Covering Climate Now, s’inscrit dans le cadre d’une campagne menée par les Nations unies pour redynamiser l’accord de Paris avant une conférence de suivi l’année prochaine.  Cette conférence, connue sous le nom de 26e Conférence des parties, ou COP 26, devait avoir lieu cette semaine mais a été reportée en raison de la pandémie.  Le 12 décembre 2020, António Guterres marquera le cinquième anniversaire de la signature de l’accord de Paris en organisant un sommet mondial sur le climat avec Boris Johnson, qui, en tant que premier ministre du Royaume-Uni, est l’hôte officiel de la COP 26, qui aura lieu à Glasgow, en Écosse, en novembre prochain.

Au total, 110 pays ont rejoint la coalition « net zéro d’ici 2050 », a déclaré le secrétaire général, une évolution qu’il a attribuée à la reconnaissance croissante des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents et destructeurs que le changement climatique déclenche dans le monde entier et à la « pression énorme » à laquelle les gouvernements sont confrontés de la part de la société civile, notamment les millions de jeunes qui manifestent dans pratiquement tous les pays ainsi qu’une part de plus en plus importante du secteur privé. 

Jusqu’à présent, les gouvernements pensaient qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient « Jusqu’à présent, les gouvernements pensaient dans une certaine mesure qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient », a déclaré António Guterres.  « Mais maintenant, nous voyons les jeunes se mobiliser de manière fantastique dans le monde entier ».  Et comme l’énergie solaire et les autres sources d’énergie renouvelables sont désormais moins chères que les équivalents en carbone, les investisseurs se rendent compte que « plus vite ils passeront … à des portefeuilles liés à la nouvelle économie verte et numérique, mieux ce sera pour leurs propres actifs et leurs propres clients ».

Le passage au « zéro net » d’ici 2050 représente un changement tectonique.Pour une économie mondiale qui dépend toujours du pétrole, du gaz et du charbon pour la majeure partie de son énergie et de sa production alimentaire, le passage au « zéro net » d’ici 2050 représente néanmoins un changement tectonique – d’autant plus que les scientifiques calculent que les émissions devraient avoir diminué de moitié environ au cours des dix prochaines années pour atteindre l’objectif de 2050.  La réalisation de ces objectifs nécessitera des changements fondamentaux dans les politiques publiques et privées, notamment la suppression progressive des centrales au charbon existantes, a déclaré António Guterres. 

« Cela n’a aucun sens que l’argent des contribuables soit dépensé pour détruire la planète »Les gouvernements doivent également réformer les pratiques en matière de fiscalité et de subventions. Il ne devrait plus exister « de subventions pour les combustibles fossiles », a appelé le secrétaire général.  « Cela n’a aucun sens que l’argent des contribuables soit dépensé pour détruire la planète ».  En même temps, nous devrions déplacer la taxation des revenus vers le carbone, des contribuables vers les pollueurs.  « Je ne demande pas aux gouvernements d’augmenter les taxes.  Je demande aux gouvernements de réduire les taxes sur les salaires ou sur les entreprises qui s’engagent à investir dans l’énergie verte et d’appliquer ce niveau de taxation à la pollution par le carbone ».

Les gouvernements doivent également assurer une « transition juste » pour les personnes et les communautés touchées par l’élimination progressive des combustibles fossiles, en offrant aux travailleurs des allocations de chômage et en leur permettant de se recycler dans la nouvelle économie verte.  « Lorsque j’étais au gouvernement [en tant que premier ministre du Portugal], nous avons dû fermer toutes les mines de charbon », a-t-il rappelé.  « Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour nous assurer que l’avenir de ceux qui travaillaient dans ces mines soit garanti ».

« Le cycle du pétrole en tant que moteur clé de l’économie mondiale est terminé »« Le cycle du pétrole en tant que moteur clé de l’économie mondiale est terminé », a prédit António Guterres.  D’ici la fin du XXIe siècle, le pétrole pourrait encore être utilisé « comme matière première pour différents produits… mais le rôle des combustibles fossiles en tant que [source d’énergie] sera minime ».  Quant aux ambitions déclarées des entreprises de combustibles fossiles de continuer à produire plus de pétrole, de gaz et de charbon, António Guterres a déclaré que tout au long de l’histoire, divers secteurs économiques ont connu des hauts et des bas et que le secteur numérique a maintenant remplacé le secteur des combustibles fossiles au centre de l’économie mondiale.  « Je suis totalement convaincu qu’une grande partie du pétrole et du gaz qui se trouve aujourd’hui dans le sol », a-t-il déclaré, « restera dans le sol ».

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

« La façon dont nous avançons est un suicide »« La façon dont nous avançons est un suicide », a-t-il avancé, et la survie de l’humanité sera « impossible » sans que les États-Unis ne rejoignent l’accord de Paris et n’atteignent le « zéro émission nette » de carbone d’ici 2050, comme l’a promis le nouveau gouvernement Biden.  Les États-Unis sont la plus grande source cumulée d’émissions de piégeage de la chaleur et la plus grande puissance militaire et économique du monde, a noté António Guterres, de sorte que « nous ne pouvons pas résoudre le problème [climatique] … sans un leadership américain fort ». « 2021 est l’année où nous mobilisons une coalition mondiale pour le « net zéro ». Nous sommes sur le point de rendre le changement climatique irréversible… et c’est pourquoi notre objectif aux Nations unies est de mettre en place une coalition mondiale pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 » afin de garantir un monde à 1,5°C d’ici 2100. Plus de 100 pays se sont engagés à atteindre cet objectif, dont de grands émetteurs comme la Chine, le Japon, l’UE et le Canada, et António Guterres espère que la nouvelle administration américaine fera de même.


Covering Climate NowCet article est publié ici dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L’avenir de la Méditerranée est à un point de bascule
Article précédent

L’avenir de la Méditerranée est à un point de bascule

Dérèglement climatique : personne sur cette planète n’est à l’abri
Prochain article

Dérèglement climatique : personne sur cette planète n’est à l’abri

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
386 Partages
Partagez386
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print