Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La région méditerranéenne se transforme en désert plus vite qu’ailleurs

La région méditerranéenne se transforme en désert plus vite qu’ailleurs

Commencez

Dans la région méditerranéenne, le sol se dégrade et les terres se transforment en désert plus rapidement que partout ailleurs dans l’Union européenne, selon une nouvelle analyse. Les experts préviennent que les effets combinés de pratiques foncières non durables et du changement climatique ont épuisé une ressource finie jusqu’à un point critique.

Une récente publication d’une commission européenne sur la santé des sols a révélé que jusqu’à 70 % des sols de l’UE perdaient leur capacité à assurer des fonctions écologiques essentielles. Les sols peu profonds de la Méditerranée sont particulièrement sensibles à l’intrusion de l’eau de mer, à l’érosion, à la sécheresse et aux incendies de forêt. En fait, cette région présente les taux d’érosion les plus élevés de l’UE et les niveaux les plus bas de matière organique du sol. Parallèlement, la densité de population dans cette région a également entraîné l’étalement des rues en béton ou en asphalte et la contamination des sols par des métaux lourds et des pesticides.

Lorsque le sol est sain, il stocke et draine l’eau. Il permet également de faire pousser 95 % des aliments consommés par les humains. Lorsque le sol est dégradé, ses processus vitaux de base ne fonctionnent pas correctement.  La Méditerranée est prisée pour ses tomates, ses raisins et ses olives, mais ce précieux régime alimentaire et cette économie sont de plus en plus difficiles à soutenir.

Malgré cela, très peu de recherches ont été menées sur les facteurs potentiels de dégradation des sols dans la région. De nombreuses études incluses dans l’examen se sont concentrées sur la dégradation des sols par l’érosion, mais seules quelques-unes ont pris en compte les effets de la dégradation biologique. Les sécheresses se sont multipliées en Méditerranée depuis les années 1950, et elles ont déjà contraint certains agriculteurs à abandonner leurs terres, au risque de les désertifier. Cela peut également augmenter les risques d’incendies de forêt.

« Les modifications des systèmes agricoles, ainsi que d’autres changements d’utilisation des terres, entraînent des niveaux critiques de perte d’habitat », écrivent les auteurs.  » C’est une préoccupation particulière car la région méditerranéenne est caractérisée par une biodiversité extraordinaire, avec un grand nombre d’espèces endémiques… « 

Cette étude, la première à examiner et à résumer l’état des sols dans la Méditerranée européenne, souligne qu’il n’existe toujours pas de législation européenne spécifique protégeant les sols ruraux de l’urbanisation. La salinisation n’est pas non plus abordée dans les politiques spécifiques de l’UE, bien que l’examen ait révélé qu’elle constitue une menace importante pour les sols.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« Dans l’ensemble, il n’y a pas d’évaluations systématiques régulières des sols méditerranéens, ni d’autorité officielle chargée de compiler et de synthétiser les informations disponibles », concluent les auteurs. Si l’Union européenne veut éviter que les sols ne continuent à se dégrader, elle doit cesser de les traiter comme des déchets écrivent les auteurs de cette étude publiée dans Science of the Total Environment.

La Méditerranée à l’agonie

Ce n’est pas la première fois qu’un rapport de scientifiques alerte sur l’état catastrophique de la région méditerranéenne. L’Union pour la Méditerranée, organisation intergouvernementale créée en 2008, qui regroupe 43 pays dont les 28 États membres de l’Union européenne, avait confié e, octobre 2019 au réseau Medecc regroupant plus de 80 scientifiques de toute la région euro-méditerranéenne le soin d’établir le premier rapport d’évaluation scientifique sur les impacts du changement climatique et environnemental dans le bassin méditerranéen. Le constat dressé était édifiant et pointait l’extrême urgence de la situation.

En région Méditerranée, les températures annuelles moyennes sont aujourd’hui environ 1,5°C au-dessus des moyennes avant la révolution industrielle (1880-1899) et supérieures aux tendances mondiales en matière de réchauffement (+1,1°C). Le climat y change 20 % plus vite que n’importe où ailleurs sur le globe.

Les scientifiques auteurs du rapport précisaient qu’une augmentation de 2°C de la température de l’atmosphère à l’échelle mondiale devrait entraîner une baisse d’environ 10 à 15 % des précipitations estivales dans le sud de la France, le nord-ouest de l’Espagne et les Balkans, ainsi qu’une baisse de 30 % en Turquie. Une augmentation de la température de 2 à 4°C dans le sud de l’Europe en 2080 provoquerait une baisse importante et généralisée des précipitations pouvant atteindre jusqu’à 30 %.

Pour chaque degré de hausse de la température au niveau mondial, les experts associent une baisse de 4 % des précipitations dans la majeure partie de la région et notamment dans le sud. Si la température mondiale augmentait à 1.5°C, chiffre dont on s’approche chaque jour, les épisodes de sécheresse croîtraient de 7 % et, en même temps, mais pas au même endroit, les épisodes de pluies diluviennes augmenteraient de 20 %.

La disponibilité de l’eau du bassin méditerranéen sera réduite en raison de trois facteurs : baisse des précipitations, hausse des températures, et croissance démographique, en particulier dans les pays où l’approvisionnement en eau est déjà insuffisant. La population méditerranéenne considérée comme « pauvre en eau » (c’est-à-dire disposant de moins de 1000 m3 par habitant et par an) devrait passer de 180 millions en 2013 à plus de 250 millions dans les 20 prochaines années.

Le bassin méditerranéen est un haut lieu de la biodiversité dans le monde, mais de nombreux écosystèmes sont menacés par le changement climatique, la gestion des sols, la pollution et la surexploitation. Ces changements climatiques, environnementaux et socio-économiques représentent une menace pour la sécurité alimentaire et la sécurité générale en région Méditerranée. Les facteurs affectant les secteurs de l’agriculture et de l’élevage dans le bassin méditerranéen comme la pénurie en eau, la dégradation des sols et l’érosion vont se multiplier. Les événements climatiques extrêmes, comme les sécheresses, les canicules et les fortes précipitations, entraîneront des pertes de production imprévues contribuant à menacer la sécurité globale et accroître l’instabilité de cette région.

Publié la première fois dans UP’ Magazine le 21/02/2022

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Le dernier rapport du Giec 2022 en 20 questions
Article précédent

Le dernier rapport du Giec 2022 en 20 questions

Le changement climatique multiplierait les « rivières dans le ciel »
Prochain article

Le changement climatique multiplierait les « rivières dans le ciel »

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez86
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email