Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Par temps du corona : le grand péril amazonien
/

Par temps du corona : Grand péril en Amazonie

Commencez

Répartis sur 7 millions de kilomètres carrés, soit une surface de douze fois la taille de la France, à cheval sur neuf pays, les Indiens du bassin amazonien recensent, depuis un peu plus d’un mois, leurs contaminations au coronavirus. D’une région à l’autre, les cas se multiplient et pourraient prendre des proportions catastrophiques. Dans une indifférence presque générale, un génocide se joue.

Nemonte Nenquimo, est considérée comme la « gardienne de la forêt ». Cette femme, leader indigène Waorani de la forêt amazonienne équatorienne, a vu sa famille et ses amis indiens retourner en toute hâte sur leur territoire, pour tenter d’échapper à la menace du coronavirus qui sévit dans la région. Certains ont voyagé en voiture ou en bus, d’autres ont pris un avion charter ou ont remonté la rivière en bateau, au cœur de la forêt tropicale où il n’y a pas de routes. Nenquimo, elle, est restée dans la ville de Shell, disant qu’elle avait trop voyagé, parlé à trop de gens et embrassé trop de joues au cours des dernières semaines. Il serait trop risqué de retourner dans sa communauté maintenant ; si elle était porteuse silencieuse du COVID-19, cela pourrait être dévastateur pour la population indigène de cette région.

Une extermination de la population indigène du bassin de l’Amazone.La Confédération des nationalités indigènes de l’Amazonie équatorienne (Confeniae) a fermé tout accès à la forêt tropicale, refusant l’entrée aux touristes et aux ressortissants équatoriens. Elle a également exigé que toutes les compagnies pétrolières, minières, hydroélectriques et forestières qui opèrent dans la forêt tropicale cessent de faire tourner leur personnel et de faire venir des gens des villes, et suspendent toutes les activités à proximité des communautés.

Village de la communauté Waorani en Amazonie équatorienne. Mitch Anderson/Amazon Frontlines

Si la contagion atteint le territoire indigène, « ce serait une extermination de la population indigène du bassin de l’Amazone« , explique le président de la Confeniaie, Merlon Vargas. Cela inclurait les 11 nationalités, soit plus de 500 000 indigènes, qui vivent actuellement en Amazonie équatorienne, ajoute-t-il.

État d’urgence

La population indigène est de plus en plus inquiète après la confirmation de plusieurs cas de coronavirus dans la région amazonienne. Le premier cas signalé était relevé dans la province septentrionale de Succumbios. Un touriste voyageant dans la réserve naturelle de Cuyabeno a été testé positif au COVID-19. L’autre a été identifié dans la province méridionale de Morona Santiago, où un habitant de la ville de Gualaquiza a contracté le virus après le retour d’Espagne de son partenaire. Les deux patients ont été immédiatement mis en quarantaine, mais le nombre de cas dans les deux provinces est depuis passé à six chacun.

Actuellement, il y a plus de 31 000 cas de COVID-19 confirmés en Équateur à la date du 5 mai. 1 569 personnes sont décédées des suites du virus. La grande majorité des cas se trouvent dans la province côtière de Guayas, où se trouve la plus grande ville du pays, Guayaquil.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Dès la mi-mars, le gouvernement équatorien a déclaré l’état d’urgence national, ordonnant à tout le monde de rester chez lui, sauf s’il achète de la nourriture, des médicaments ou s’il va travailler. Les personnes qui enfreignent cet ordre sont passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 6 000 dollars ou de trois ans de prison. Le gouvernement a également fermé les frontières, annulé tous les vols internationaux entrants et sortants, interdit les voyages nationaux et instauré un couvre-feu strict à 14 heures dans tout le pays.

La Confeniae a traduit ces règlements et d’autres mesures préventives dans diverses langues indigènes. Le hashtag des médias sociaux #StayAtHome, a également été traduit en kichwa et shuar, #WasipiSakiri et #JeminPujusta respectivement, pour atteindre le plus grand nombre de personnes possible.

90 % de la population indigène des Amériques a été anéantie par la grippe et la rougeole, entre autres maladies, apportées par les Européens.Selon Merlon Vargas, les communautés sont à juste titre nerveuses, et il rappelle les maladies passées comme la fièvre jaune, le choléra et le virus H1N1 qui ont provoqué une alarme similaire. Certains estiment qu’au début du XVIIe siècle, jusqu’à 90 % de la population indigène des Amériques a été anéantie par la grippe et la rougeole, entre autres maladies, apportées par les Européens.

Erika Arteaga Cruz, spécialiste de la santé mondiale et communautaire à l’Association latino-américaine de médecine sociale (Alames) et au Mouvement pour la santé des peuples, affirme que rien ne prouve que les communautés indigènes soient plus exposées au virus COVID-19 que le reste de la population, puisque tout le monde y est simultanément exposé pour la première fois. Mais leurs conditions sociales les rendent plus vulnérables à la contagion.

Des gestes barrières impraticables

Le mode de vie des Amazoniens ne connait souvent pas l’utilisation de savon, de désinfectant pour les mains ou d’eau propre dans certaines régions ; mais le plus grand risque est leur éloignement et le manque d’accès aux hôpitaux, aux médecins et aux médicaments, explique Erika Arteaga.

Dans le cas de Nenquimo, l’hôpital le plus proche de sa communauté de Nemonpare se trouve dans la ville amazonienne de Puyo, qui est à au moins 30 minutes en avion charter, ou à huit heures de route en aval du port le plus proche.

Nemonte Nenquimo, cheffe Waorani, Amazonie équatorienne.  Mitch Anderson/Amazon Frontlines

Andres Guncay, épidémiologiste responsable de la surveillance de la santé publique dans les provinces de Morona Santiago, Canar et Azuay, affirme que les communautés indigènes sont plus exposées au coronavirus car beaucoup d’entre elles souffrent de malnutrition. « Cela pourrait compromettre leur système immunitaire et leur capacité à combattre le virus s’ils l’attrapent ».

Nemonte Nenquimo se dit très préoccupée par les populations âgées, également appelées « pikenanis » à Waorani, qui sont extrêmement importantes pour la communauté et le maintien de leur culture. « C’est un virus qui tue les personnes âgées dans le monde entier, et cela m’inquiète. Pour nous, nos aînés sont les sages, les autorités, ceux qui nous guident« , confie-t-elle.

Mais Andres Guncay pense que si le COVID-19 arrive dans la communauté, le risque serait « beaucoup plus grave« . Beaucoup vivent dans la jungle humide, dans des maisons ouvertes sans murs, ou partagent une chambre avec toute la famille, ce qui rend la distanciation sociale presque impossible, et la propagation serait difficile à contenir.

D’autant que les mesures strictes de maintien à domicile seront difficiles pour certains. Les fortes pluies ont provoqué le débordement de plusieurs rivières en Amazonie centrale qui ont emporté les maisons, les cultures communautaires, les systèmes d’eau potable et les panneaux solaires des territoires indigènes Kichwa de Sarayaku et Papayaku, et des communautés environnantes.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous sommes à la veille d’un génocide

Si les gens ne changent pas leurs habitudes de destruction et d’exploitation de la nature, des inondations, des maladies et des pandémies plus graves vont forcément se produire, affirme Merlon Vargas. »C’est le moment de réfléchir et d’agir« , ajoute-t-il.

Nenquimo est d’accord. Pendant des siècles, les indigènes ont bien vécu dans la forêt tropicale, ils ont protégé la nature et sont restés en bonne santé, et il est temps que les gens commencent à écouter leur combat, dit-elle. « Nous avons été les combattants et les protecteurs de la nature, mais les gens continuent à en profiter et à vouloir la détruire. C’est de là que viennent les maladies, c’est de là que vient le changement climatique » ; Elle ajoute : « Je suis très inquiète ; je vois que le monde ne se réveille pas« .

Sebastião Salgado – Photo: David Fernandez/EPA

« Nous sommes à la veille d’un génocide« , affirme au Guardian Sebastião Salgado, ce photographe de réputation mondiale qui a passé près de quatre décennies à documenter l’Amazonie et ses habitants.

« Il y a cinq siècles, ces groupes ethniques ont été décimés par les maladies apportées par les colons européens… Maintenant, avec ce nouveau fléau qui se répand rapidement au Brésil… [ils] pourraient disparaître complètement puisqu’ils n’ont aucun moyen de combattre Covid-19« , écrit le photojournaliste dans une lettre ouverte. Entouré d’artistes et personnalités de renom, il en appelle au président populiste Jair Bolsonaro pour déclarer que les intrus, notamment les chercheurs d’or et les bûcherons illégaux, soient expulsés immédiatement des terres indigènes pour les empêcher d’importer la maladie.

 

Rien ne protège les peuples indigènes du risque de génocide « Rien ne protège les peuples indigènes du risque de génocide causé par une infection introduite par des étrangers qui entrent illégalement sur leurs terres« , ont affirmé les signataires de la lettre ouverte. Ils avertissent que les 300 000 indigènes de l’Amazonie brésilienne risquent d’être purement et simplement anéantis.

« Dans certains des villages que je connaissais, la rougeole a tué 50% de la population. Si le Covid fait la même chose, ce serait un massacre », s’inquiète Carlo Zaquini, un missionnaire italien qui a passé des décennies à travailler avec les Yanomami. La ville brésilienne la plus touchée par le coronavirus jusqu’à présent est Manaus, la capitale de l’Amazonas, l’État où se trouve une partie de la réserve des Yanomami.

Sebastião Salgado — qui demande la création d’un groupe de travail dirigé par l’armée pour expulser les intrus des zones protégées — a admis que Bolsonaro n’agirait pas de son plein gré. Mais il pense que la pression internationale pourrait forcer le gouvernement à le faire, comme cela s’est produit l’année dernière lorsque l’indignation mondiale a entraîné le déploiement de l’armée pour éteindre les incendies en Amazonie. « Rien que dans l’Amazonie brésilienne, nous avons 103 groupes indigènes qui n’ont jamais été contactés – ils représentent la préhistoire de l’humanité« , a déclaré le photographe. « Nous ne pouvons pas permettre que tout cela disparaisse« .

Sources : Reportage de Kimberley Brown pour Al Jazeera News, The Guardian / partenariat éditorial de UP’ avec Covering Climate Now

Image d’en-tête : Membres de la tribu Suruwaha d’Amazonie. Photo: © Sebastião Salgado

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Beyrouth
Article précédent

Par temps du corona : Beyrouth au désespoir

Prochain article

Comment les arts servent la justice dans le Liban d'après-guerre

Derniers articles de Population - Migrations

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
84 Partages
Partagez84
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print