Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

L’Amérique de Trump ne parvient pas à se dépêtrer du coronavirus
/

L’Amérique de Trump ne parvient pas à se dépêtrer du coronavirus

Commencez

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

Alors que l’Union européenne s’apprête à rouvrir ses frontières extérieures à partir du 1er juillet, elle envisage d’interdire son territoire aux Américains, en raison de la pandémie de Covid-19, toujours très active aux Etats-Unis, indique le New York Times du 23 juin.
Il faut dire que les Etats-Unis affichent le pire bilan du monde en valeur absolue, avec plus de 120 000 morts et plus de 2,3 millions de cas détectés. Retour sur une gestion de crise façon Trump.

Le New York Times cite deux listes de pays dont les ressortissants seraient autorisés à se rendre en Europe et qui font l’objet de négociations au sein de l’UE. Les Américains sont pour l’instant exclus des deux listes, selon le quotidien. « Un coup dur pour la réputation des Américains dans le monde et un rejet de la manière dont le président Trump a géré le virus aux États-Unis« , analyse le journal.

L’Amérique de Trump semble ne pas parvenir à se dépêtrer de cette épidémie. Lorsque celle-ci a pris le monde par surprise, de nombreux pays ont évité le désastre en mettant en œuvre des réponses rapides et unifiées. La Corée du Sud a mis en place des tests à grande échelle pour retrouver les contacts des personnes exposées et alerter celles-ci. Taïwan a commencé à isoler chaque patient infecté et a lancé des campagnes numériques pour diffuser des informations sur la sécurité. La réaction des États-Unis, en revanche, a été terriblement lente.

Plus de cinq mois après le signalement du premier cas, le nombre moyen de nouveaux cas quotidiens s’approche des niveaux observés au plus fort de l’épidémie en avril. Les États-Unis ont signalé plus de 32 000 nouveaux cas quotidiens samedi, soit leur nombre le plus élevé depuis le 1er mai. Dimanche, la moyenne nationale de sept jours des nouveaux cas avait augmenté de 24 % par rapport à la semaine précédente. Au moins 23 États constatent une augmentation du nombre de cas quotidiens de coronavirus. En Floride par exemple, la moyenne des nouvelles infections sur sept jours a augmenté de près de 87 % par rapport à la semaine précédente.

Malgré cette tendance inquiétante, le groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus n’a pas tenu de point de presse quotidien depuis près de deux mois.

Le 16 juin, Anthony Fauci, le plus grand expert en maladies infectieuses du pays, a déclaré qu’il n’avait pas parlé au président Donald Trump depuis deux semaines. Le même jour, le vice-président Mike Pence a écrit dans le Wall Street Journal que les États-Unis « gagnaient la bataille » contre le coronavirus. Les craintes d’une seconde vague d’infections, a-t-il ajouté, étaient « exagérées« . Vendredi, le président Trump a déclaré au Wall Street Journal que les États-Unis approchaient de la fin de la pandémie.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

En réalité, les failles dans la réponse américaine font boule de neige alors que les cas menacent de devenir à nouveau incontrôlables.

Une réponse initiale bâclée

La réponse initiale des États-Unis à la pandémie a été entravée par des retards dans les tests, des critères de test restrictifs, un manque de contrôles dans les aéroports et une pénurie de fournitures médicales. Les laboratoires d’État n’ont pu commencer à tester le coronavirus que fin février et début mars – plus d’un mois après que les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies aient mis au point leur test de dépistage du coronavirus. Pendant cette période, les laboratoires privés ont été paralysés par la réglementation de la FDA (Food and Drug Administration) qui les empêchait de développer leurs propres tests de diagnostic.

Les directives strictes en matière de tests, mises en œuvre en partie à cause d’une pénurie de tests disponibles, ont sapé la capacité des responsables de la santé à trouver, isoler et retracer les patients infectés.

En mars, les États ont également commencé à signaler des pénuries de matériel médical, notamment de respirateurs et de masques. En février, le ministère américain de la santé et des services sociaux a demandé 2 milliards de dollars pour l’achat d’équipements médicaux supplémentaires, mais la Maison Blanche n’a accepté de ne financer que 500  000 dollars.

Pour couronner le tout, les contrôles effectués dans les aéroports n’ont pas permis d’empêcher une grande partie des voyageurs contaminés d’entrer dans le pays. Un rapport de mai de la commission de surveillance et de réforme de la Chambre des représentants a révélé que le ministère de la sécurité intérieure n’avait contrôlé, entre janvier et mars, la température d’à peine 10 % des passagers arrivant dans les aéroports américains en provenance de pays où les voyages sont limités.

Ensemble, ces facteurs ont permis à l’épidémie de se propager.

Des messages erratiques

Les conseils des autorités ont également été régulièrement entachés d’incohérences. En janvier, le président Trump a insisté sur le fait que l’épidémie était « totalement sous contrôle« . Le mois suivant, il a certifié que le virus « disparaîtrait » d’ici avril.

Le CDC, l’agence responsable de la santé publique a également tergiversé sur ses recommandations concernant le port du masque. Après avoir affirmé pendant trois mois que les masques n’étaient pas nécessaires, l’agence a fait marche arrière le 3 avril. Les États ont alors suivi une approche décousue, certains exigeant des masques et d’autres ne les recommandant pas du tout.

Au lieu d’une direction et d’une orientation forte des autorités de santé fédérales, il y a eu un enchevêtrement de recommandations de différents États qui n’étaient pas nécessairement guidés par des principes, mais plutôt par l’opportunisme et la peur.

Certes les Américains ont rattrapé leur retard en matière de tests. Ils ont considérablement augmenté au cours du mois dernier. Ce 23 juin, les États-Unis avaient administré plus de 27 millions de tests de diagnostic, soit plus que tout autre pays. Ils sont encore toutefois toujours à la traîne derrière plusieurs nations, dont Singapour et la Russie, en termes de tests par habitant.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Le président Trump a attribué le nombre élevé de cas – plus de 2,3 millions d’infections – à cette capacité de dépistage accrue. « Quand vous faites des tests à ce point, vous allez trouver plus de gens, vous allez trouver plus de cas« , a tonné M. Trump lors d’un meeting électoral samedi à Tulsa dans l’Oklahoma. Il a ajouté qu’il avait demandé à son personnel de « ralentir les tests, s’il vous plaît« . Il est vrai que quand on s’appelle Ubu-Trump, le meilleur moyen de faire baisser la fièvre est de casser le thermomètre.

Les experts en santé publique disent que la récente augmentation du nombre de cas ne peut pas s’expliquer par la seule augmentation des tests. « La raison pour laquelle nous constatons une augmentation des cas ici à Houston est due aux décisions que notre gouverneur a prises pour ouvrir l’économie de manière assez agressive« , a déclaré à Business Insider Cedric Dark, médecin urgentiste à Houston.

Les directives de la Maison Blanche ont certes suggéré que les États devraient voir soit une diminution de deux semaines du nombre de cas, soit une diminution de deux semaines de leur part de tests positifs au coronavirus avant de déconfiner. Mais 18 des 30 États qui ont commencé à rouvrir à partir du 7 mai voyaient encore augmenter le nombre de nouveaux cas quotidiens, selon les données du New York Times. Neuf des 30 États n’avaient pas vu la diminution recommandée de leur part de tests positifs. Six ont déconfiné sans répondre à aucun des critères : Utah, Iowa, Nebraska, Kansas, Oklahoma et Missouri.

Selon le dernier sondage Harvard CAPS/Harris Poll publié par The Hill, l’ancien vice-président américain et candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a doublé son avance sur le président Trump à 12 points, les électeurs ayant exprimé leur désapprobation face à la gestion calamiteuse par l’administration Trump de la crise du coronavirus, avant les tensions raciales et l’économie.

Sources : AFP, Business Insider, New-York Times

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Invité
LEGENDRE Jean-Yves
13 jours

On peut même s’interroger sur le cynisme de certains de l’administration républicaine, fédérale ou d’état, de s’accommoder du décès de populations à risque: personnes âgées, pauvres et afro.

Article précédent

Déconfinement de la culture : entre flou, omerta, injonction et manque de courage

Trump rafle le stock mondial du Remdesivir, le traitement le plus prometteur contre le Covid-19
Prochain article

Trump rafle le stock mondial du Remdesivir, le traitement le plus prometteur contre le Covid-19

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
169 Partages
Partagez169
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print