Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

/

Nous salons beaucoup trop notre planète. Et c’est très mauvais pour sa santé

Des chercheurs montrent que l'homme perturbe le "cycle du sel" naturel à l'échelle mondiale

Commencez

Une étude révèle que les activités humaines rendent l’air, le sol et l’eau douce de la Terre plus salés, ce qui pourrait constituer une « menace existentielle » pour l’environnement et la santé humaine si les tendances actuelles se poursuivent. Dirigée par Sujay Kaushal, professeur de géologie à l’université du Maryland, l’étude publiée dans la revue Nature Reviews Earth & Environment établit pour la première fois que l’homme affecte la concentration et le cycle du sel à une échelle globale et interconnectée.

Les processus géologiques et hydrologiques amènent les sels à la surface de la Terre au fil du temps, mais les activités humaines telles que l’exploitation minière et l’aménagement du territoire accélèrent rapidement le « cycle du sel » naturel. L’agriculture, la construction, le traitement des eaux et des routes ainsi que d’autres activités industrielles peuvent également intensifier la salinisation, ce qui nuit à la biodiversité et rend l’eau potable impropre à la consommation dans les cas extrêmes.

« Si l’on considère la planète comme un organisme vivant, l’accumulation d’une telle quantité de sel peut affecter le fonctionnement d’organes vitaux ou d’écosystèmes« , a déclaré le professeur Kaushal. « L’élimination du sel de l’eau nécessite beaucoup d’énergie et coûte cher, et la saumure obtenue est plus salée que l’eau de mer et ne peut pas être facilement éliminée. »

Kaushal et ses coauteurs ont décrit ces perturbations comme un « cycle du sel anthropogénique », établissant pour la première fois que l’homme affecte la concentration et le cycle du sel à une échelle globale et interconnectée.

« Il y a vingt ans, nous ne disposions que d’études de cas. Nous pouvions dire que les eaux de surface étaient salées dans tel endroit ou dans l’approvisionnement en eau potable dans tel autre« , a déclaré Gene Likens, coauteur de l’étude et écologiste à l’université du Connecticut et au Cary Institute of Ecosystem Studies. « Nous montrons maintenant qu’il s’agit d’un cycle – des profondeurs de la Terre à l’atmosphère – qui a été considérablement perturbé par les activités humaines« .

La nouvelle étude s’est penchée sur une variété d’ions salins que l’on trouve dans le sous-sol et dans les eaux de surface. Les sels sont des composés de cations chargés positivement et d’anions chargés négativement, dont les plus abondants sont les ions calcium, magnésium, potassium et sulfate.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« Lorsque les gens pensent au sel, ils ont tendance à penser au chlorure de sodium, notre sel de table, mais nos travaux au fil des ans ont montré que nous avons perturbé d’autres types de sels, y compris ceux liés au calcaire, au gypse et au sulfate de calcium« , observe M. Kaushal.

Lorsqu’ils sont délogés à des doses plus élevées, ces ions peuvent causer des problèmes environnementaux. Kaushal et ses coauteurs ont montré que la salinisation causée par l’homme affectait environ 10 millions de km2 de sol dans le monde, soit une superficie équivalente à celle des États-Unis. Les ions de sel ont également augmenté dans les ruisseaux et les rivières au cours des 50 dernières années, ce qui coïncide avec une augmentation de l’utilisation et de la production de sels à l’échelle mondiale.

Le sel s’est même infiltré dans l’air. Dans certaines régions, les lacs s’assèchent et envoient des panaches de poussière saline dans l’atmosphère. Dans les régions enneigées, les sels de voirie utilisés pour dégeler les routes peuvent se transformer en aérosols, créant des particules de sodium et de chlorure.

La salinisation est également associée à des effets en cascade. Par exemple, la poussière saline peut accélérer la fonte des neiges et nuire aux communautés dont l’approvisionnement en eau dépend de la neige. En raison de leur structure, les ions salins peuvent se lier aux contaminants présents dans les sols et les sédiments, formant ainsi des « cocktails chimiques » qui circulent dans l’environnement et ont des effets néfastes. « Le sel a un faible rayon ionique et peut se coincer très facilement entre les particules du sol« , explique M. Kaushal. « En fait, c’est ainsi que les sels de voirie empêchent la formation de cristaux de glace.

Limite planétaire du sel

Les auteurs de l’étude ont également appelé à la création d’une « limite planétaire pour une utilisation sûre et durable du sel », de la même manière que les niveaux de dioxyde de carbone sont associés à une limite planétaire pour limiter le changement climatique. Selon M. Kaushal, s’il est théoriquement possible de réguler et de contrôler les niveaux de sel, cela pose des problèmes particuliers.

« Il s’agit d’une question très complexe, car le sel n’est pas considéré comme un contaminant primaire de l’eau potable, et le réglementer serait donc une entreprise de grande envergure« , a déclaré M. Kaushal. « Mais est-ce que je pense qu’il s’agit d’une substance qui augmente dans l’environnement à des niveaux nocifs ? Réponse : Oui.« 

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Comment la Chine s'apprête à dominer les grands fonds marins et leurs richesses en métaux rares
Article précédent

Comment la Chine s'apprête à dominer les grands fonds marins et leurs richesses en métaux rares

Dix ans de poison de plus
Prochain article

Dix ans de poison de plus

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print