Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Lettre à mes petits élèves

Commencez

Le mardi 12 mai, je devrais être à l’école…huit semaines après vous avoir quittés dans la sidération et la précipitation. Je devrais être à l’école et je ne sais pas comment sera alors notre école…

Y-aura-t-il des marques blanches tracées devant chaque classe, à un mètre de distance pour que vous vous rangiez en rang d’oignons ? Vous qui jusqu’alors entriez en classe librement quand je vous y invitais à la fin de la récréation, sans sonnerie stridente.

Y-aura-t-il une façon de rentrer en classe sans que vous vous croisiez ? Vous qui aviez l’habitude d’aller vous serrer les uns à côté des autres pour qu’on se salue, qu’on se dise bonjour et comment ça va ce matin ?

Et comment vais-je faire quand toi, Léanna, tu vas te précipiter pour te coller à moi en criant « Bonjour maîtresse ! » ? Et Nesma aussi, et Yasmina ? Et Mehdi ? Et Dehya ?… Certains d’entre vous me serrent entre leurs bras à chaque séparation et retrouvailles… trois ou quatre fois par jour !

Je dois vous apprendre à lire cette année…Comment imaginer vous priver des livres de la classe ?

Comment condamner la bibliothèque où vous allez rêver, chercher, regarder, lire ? Comment « lire » sans livre ? Quel sens donner à cet apprentissage fondamental si je vous en interdis son plus beau messager ?

Bien sûr, je vais vous expliquer les gestes barrières et vous envoyer vous laver les mains aussi souvent que nécessaire. Bien sûr, je vais organiser différemment l’espace de la classe. Bien sûr, je vais vous distribuer à chacun du matériel que je vous demanderai de ne pas prêter, bien sûr, bien sûr…

Je remercie vos parents de vous garder, quand ils le peuvent…ils vous connaissent bien et ils vous aiment…et je sais que ceux d’entre vous que je vais accueillir me seront confiés la peur au ventre, avec autant d’amour mais moins de choix… et ma responsabilité envers eux n’en sera que plus saillante.

Mais pourtant, comment respecter ce protocole désincarné et renoncer à tout ce qui fait l’essence et la valeur de mon métier ?

Alors….

Si tu cours vers moi, je t’accueillerai, si tu lis un livre je te laisserai t’y plonger, si tu prêtes ton crayon à ton voisin, fut-il à un mètre de toi, je fermerai les yeux et si tu viens me souffler un secret je t’écouterai…

Sinon, je m’étiolerai à te regarder perdre ton humanité et la mienne avec.

Sabine Gessain, Enseignante

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

La question des « Instits' »

Prochain article

Comment répondre au décrochage scolaire ? Par un été en plein air !

Derniers articles de Education et savoirs

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
35 Partages
Partagez35
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print