Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

cdanslair

France Télévisions continue à innover sur HbbTV

Commencez

Début avril 2012, France Télé­vi­sions a conti­nué sa course en avant dans l’interactivité en lan­çant une appli­ca­tion HbbTV dédiée à l’émission « C dans l’Air » d’Yves Calvi dif­fu­sée quo­ti­dien­ne­ment sur France 5. Cette appli­ca­tion illustre bien le poten­tiel d’HbbTV pour com­plé­ter les pro­grammes en direct. Dans cet article, nous allons ren­trer dans le détail des fonc­tion­na­li­tés inter­ac­tives de cette émis­sion et lever le voile sur la manière dont elle est réa­li­sée en fai­sant un petit tour dans son stu­dio et sa régie. Nous trai­te­rons au pas­sage de quelques autres nou­veau­tés dans l’interactivité autour de chaînes comme TF1 et Arte.

Com­ment ça marche ?

L’application HbbTV de l’émission « C dans l’air » se lance sur une TV connec­tée sup­por­tant HbbTV, donc un modèle de grande marque sorti en France après le prin­temps 2011. Lorsque l’émission est dif­fu­sée en direct en fin d’après-midi ou redif­fu­sée en fin de soi­rée et que HbbTV est activé, sur la TV appa­rait une infor­ma­tion en haut à droite de l’écran en « over­lay » (super­po­si­tion au signal TV) indi­quant que l’on peut poser ses ques­tions en direct. Il faut cli­quer sur le bou­ton OK de la télé­com­mande, contrai­re­ment à l’habituel bou­ton rouge qui est pro­posé pour accé­der au por­tail HbbTV des prin­ci­pales chaines de la TNT.

Cette « pop-up » s’appuie sur la fonc­tion­na­lité pro­met­teuse appe­lée « DSM-CC Stream Events » du pro­to­cole HbbTV. Elle est envoyée dans le flux du canal broad­cast DVB et non via Inter­net. C’est la pre­mière fois qu’elle est uti­li­sée en Europe. Elle est déclen­chée par une com­mande envoyée à par­tir de la régie de l’émission et cor­res­pond à des moments bien pré­cis dans l’émission ; ici, en retour pla­teau après dif­fu­sion d’un repor­tage et lorsque l’animateur invite les télé­spec­ta­teurs à poser leurs questions.

NB : les écrans ci-dessous m’ont été four­nis par France Télé­vi­sions et sont des mon­tages Pho­to­shop qui reflètent exac­te­ment l’interface pro­po­sée aux télé­spec­ta­teurs. Il est mal­heu­reu­se­ment dif­fi­cile d’obtenir des pho­tos de qua­lité d’écrans de TV !

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

On accède alors au ser­vice inter­ac­tif de cette émis­sion. Mais cela prend quelques bonnes et longues secondes à se lan­cer (entre 10 et 15s) ! La rai­son est tech­nique : l’ordre est envoyé aux ser­veurs d’injection des don­nées vers le mul­ti­plex R1 de la TNT chez TDF qui le traite puis le trans­met par­tout en France sur ce canal de France 5 avec deux flux HbbTV gérés simul­ta­né­ment autour du même canal de TNT : celui du por­tail de France Télé­vi­sions et celui contex­tuel à cette émis­sion. La ges­tion de cette double dif­fu­sion HbbTV au sein d’un même canal a été mise au point par les équipes tech­niques de France Télévisions.

Le ser­vice pro­pose alors cinq grandes fonc­tion­na­li­tés qui com­mencent par la ques­tion du jour à laquelle on peut répondre et visua­li­ser en temps réel le résul­tat, ici por­tant sur la cam­pagne d’Eva Joly :

ecrantele1

On peut poser ses ques­tions sachant que la sai­sie avec une télé­com­mande est un peu labo­rieuse. Ces ques­tions vont ali­men­ter l’oreillette du jour­na­liste Yves Calvi qui anime l’émission, ainsi que le fil de ques­tions qui appa­rait en ban­deau défi­lant à la fin de l’émission. Ce n’est pas le seul canal pour envoyer ses ques­tions puisqu’on peut déjà le faire sur le site web de France 5 depuis pas mal de temps. On peut aussi le faire en SMS, sur le site de France 5 et via Twitter.

ecrantele2

On peut égale­ment obte­nir le som­maire de l’émission pour en connaitre le thème du jour, un plus du direct sous HbbTV et inha­bi­tuel dans les guides de pro­grammes des FAI et autres ser­vices en ligne, qui n’accèdent pas à des don­nées aussi précises.

ecrantele3

Puis, une petite promo pour les livres récents publiés par les invi­tés. Pour être invité dans cette émis­sion, il vaut en effet mieux avoir sorti un livre, c’est une règle impli­cite de nom­breuses émis­sions à la TV. Dans le cas de « C dans l’air », la pro­mo­tion peut se faire à répé­ti­tion car les invi­tés reviennent sou­vent, et notam­ment Chris­tophe Bar­bier, Roland Cay­rol, ainsi que Brice Tein­tu­rier. Mais cela dépend du sujet.

ecrantele4

Enfin, on peut accé­der aux cinq der­nières émis­sions de la série avec une par­ti­cu­la­rité : la consom­ma­tion en dif­féré est, elle aussi, habillée avec les fonc­tion­na­li­tés HbbTV que nous venons de voir, à l’exception du vote en direct. Cepen­dant, ces émis­sions ne sont pas acces­sibles à par­tir du por­tail HbbTV de France Télé­vi­sions, uni­que­ment dans l’application HbbTV de l’émission lors de sa dif­fu­sion l’après-midi ou sa redif­fu­sion en fin de soi­rée. Par com­pa­rai­son, le por­tail HbbTV de la chaîne ARTE contient une belle offre de TV de rat­tra­page avec notam­ment une grande quan­tité de documentaires.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Enfin, on peut revoir les cinq der­nières émis­sions de la série avec une autre inno­va­tion mise au point par France Télé­vi­sions : la consom­ma­tion en dif­féré habillée des fonc­tion­na­li­tés HbbTV que nous venons de voir, à l’exception des pos­si­bi­li­tés de votes et ques­tions en direct. Ces émis­sions en mode rat­tra­page sont toutes acces­sibles depuis les directs de 17h45 et les deux redif­fu­sions quo­ti­diennes de l’émission, mais aussi à par­tir du por­tail HbbTV de France Télé­vi­sions de l’émission sur France 5, où un nou­vel onglet « appli­ca­tions » est apparu récemment.

ecrantele5

Mais les réseaux sociaux sont aussi là puisque l’on peut Twit­ter cette émis­sion ainsi que la liker sur Face­book. Le logo « France télé­vi­sions » en bas à gauche per­met d’accéder au por­tail géné­ra­liste du groupe France Télévisions.

On notera que cette expé­rience inter­ac­tive n’est pas multi-écrans. Ainsi, la ver­sion iPad du por­tail de France Télé­vi­sions, Pluzz, per­met certes de visua­li­ser en dif­féré l’émission « C’est dans l’air ». Mais aucune inter­ac­ti­vité ou infor­ma­tion telle que celle que l’on trouve sur HbbTV n’est dis­po­nible. Et pour cause, cela néces­si­te­rait un autre déve­lop­pe­ment spé­ci­fique, bien coû­teux. On ne peut pas tout avoir et tout de suite !

Côté « replay », on peut aussi citer le cas de Twee­tRe­play de TF1 dont l’expérimentation a été lan­cée en novembre 2011. Il s’agit d’une fonc­tion d’intégration du flux Twit­ter d’une émis­sion lors de sa consom­ma­tion en TV de rat­tra­page, pour l’instant sur le site web de TF1 (MyTF1). Ces tweets sont édito­ria­li­sés par la chaîne : elle sélec­tionne les meilleurs d’entre eux. L’expérimentation a com­mencé avec « Danse avec les stars » et a conso­lidé les meilleurs des 9600 tweets émis pen­dant le direct. Elle s’est pour­sui­vie notam­ment avec l’incontournable « The Voice », avec un player vidéo qui per­met de se dépla­cer dans la vidéo avec sa time­line Twit­ter, pré­sen­tée sous forme d’un graphe et d’un flux. Il faut dire que l’usage de Twit­ter s’est démul­ti­plié par rap­port à « Danse avec les stars » avec un pic de 75000 tweets par émis­sion. A noter que TF1 publie aussi la time­line en vidéo de cette émission.

ecrantele6

Behind the scene

L’application pour « C’est dans l’air » a été réa­li­sée en interne chez France Télé­vi­sions et avec l’aide d’ATOS World­line. Elle réuti­lise les don­nées édito­ria­li­sées pour le site de l’émission de France 5. Ce qui est bien pra­tique dans la mesure où il s’agit d’une émis­sion quo­ti­dienne dont le sujet est par­fois décidé au der­nier moment en rai­son de l’actualité (Fuku­shima, perte du AAA de la France, etc).

Le flux HbbTV s’appuie sur une machi­ne­rie en régie et en par­ti­cu­lier sur un pupitre spé­cial qui contient une demi-douzaine de touches pour les besoins de l’émission et pour le lan­ce­ment des dif­fé­rents événe­ments de l’habillage écran tra­di­tion­nel, ainsi que de l’habillage HbbTV au moment du lan­ce­ment des ques­tions. Ce pupitre a été mis au point par France Télé­vi­sions pour son propre usage.

ecrantele7

Ce cla­vier est uti­lisé par l’opératrice syn­thé qui lance les habillages gra­phiques de l’émission à l’image et est assise à droite de l’assistant-réalisateur. Le cla­vier qui est un maté­riel stan­dard de stu­dio « off the shelf » est connecté en USB à un ser­veur ins­tallé dans la régie. Le retour antenne est assuré par une TV du com­merce sup­por­tant HbbTV ins­tal­lée en régie. Son image est déca­lée de plu­sieurs secondes par rap­port aux écrans de contrôle de la régie. C’est le « lag » entre la régie et la dif­fu­sion TNT lié à tout l’empilement de couches tech­niques entre stu­dio et dif­fu­sion. Il est encore plus impor­tant dans le cas de la dif­fu­sion en IPTV.

ecrantele8

L’émission est pro­duite dans le privé, par la société Maxi­mal Pro­duc­tion, une filiale du groupe Lagar­dère, et est tour­née dans les locaux d’Europe 1 à Paris, qui est une autre filiale de Lagar­dère. C’est sur une autre par­tie du pla­teau uti­lisé pour « C dans l’Air » qu’est aussi tour­née l’émission « C’est-à-dire » égale­ment dif­fu­sée sur France 5, juste avant « C dans l’Air »,  mais sans l’habillage HbbTV de « C dans l’Air ». Le pas­sage de la pre­mière à la seconde émis­sion sur le pla­teau est d’ailleurs spec­ta­cu­laire car les camé­ras et leur fixa­tion sont démé­na­gées d’un bout à l’autre du stu­dio en moins de 5 minutes. Ci-dessous, on voit à l’avant-plan la par­tie « C’est-à-dire » du pla­teau et à l’arrière-plan, la par­tie « C  dans l’air ». Le décor de l’avant-plan est écarté pour que la caméra puisse prendre une vue d’ensemble du pla­teau de « C dans l’air ».

ecrantele9

Les ques­tions qui sont envoyées par les uti­li­sa­teurs de HbbTV sont conso­li­dées dans une régie « Mes­sages » en sous-sol dont les opé­ra­tions sont assu­rées par la société FrenchTV. Pas moins de quatre per­sonnes assurent la récep­tion, la modé­ra­tion et la sélec­tion des mes­sages des télé­spec­ta­teurs qui sont envoyés à l’antenne. Les quelques cen­taines de mes­sages de chaque émis­sion pro­viennent du site web de France 5, de SMS, de Twit­ter (sur le hash­tag de l’émission, on voit un mes­sage Twit­ter dans l’écran ci-dessous) et de l’application HbbTV de l’émission. Ils sont récep­tion­nés dans un logi­ciel unique, réa­lisé par FrenchTV. Une pre­mière opé­ra­trice fait un pre­mier tri, une seconde cor­rige les textes, une troi­sième fait la sélec­tion qui sera envoyée à l’antenne. Le tout sur de simples lap­tops. L’équipe fonc­tionne de manière assez auto­nome et le pla­teau, Yves Calvi com­pris, découvre les ques­tions affi­chées au fil de l’eau. Enfin, une qua­trième per­sonne envoie les mes­sages à l’écran avec un logi­ciel PC qui génère le ban­deau dérou­lant qui est envoyé en régie pour super­po­si­tion sur l’image des caméras.

ecrantele10

Il y aurait beau­coup d’autres choses à dire sur ces stu­dios mais cela sort un peu du cadre de cet article (rôle de l’ingénieur du son, du cali­brage cou­leur des camé­ras, de la lumière en stu­dio, envoi des repor­tages réa­li­sés dans la jour­née en camé­ras Pana­so­nic P2 et mon­tés sous Avid à par­tir du siège de la société de pro­duc­tion à Boulogne-Billancourt).

L’équipe de Maxi­mal Pro­duc­tions était en tout cas fort sym­pa­thique et accueillante. Un grand merci à elle ! Vous pour­rez en tout cas visua­li­ser mon petit repor­tage photo de la visite sur Dar­q­room. J’en ai aussi pro­fité pour faire le tour des nom­breux stu­dios de radio du groupe Europe 1 dans les étages, qui ont la par­ti­cu­la­rité d’être tous équi­pés de sys­tèmes de prise de vue vidéo avec des camé­ras Sony robo­ti­sées que l’on trouve main­te­nant par­tout. Le mul­ti­ca­nal et la dif­fu­sion en mode webtv sont pas­sés par là !

Le poten­tiel

On voit bien le poten­tiel d’un tel dis­po­si­tif : noti­fier un ser­vice direc­te­ment depuis la chaîne à son audience. C’est une méthode très puis­sante qui reste encore peu uti­li­sée par les chaînes, puisqu’inaugurée en Europe et par France Télé­vi­sions en avril 2012.

Mais aussi pour des rai­sons de qua­lité édito­riale : cela coûte du temps et des moyens de créer de l’information per­ti­nente autour des émis­sions. L’optimisation de la pro­duc­tion peut s’appuyer sur la réuti­li­sa­tion des don­nées édito­ria­li­sée du site web de l’émission, comme c’est le cas dans « C dans l’Air ». Une fois lan­cée, cette appli­ca­tion HbbTV de « C dans l’Air » semble bien s’intégrer dans le work­flow édito­rial de l’émission et ne pas coû­ter trop cher, ce qui tombe bien car pour l’instant, les audiences HbbTV res­tent faibles au vu de la base ins­tal­lée très limi­tée de TV connec­tées sup­por­tant HbbTV et connec­tées, et uti­li­sée pen­dant la dif­fu­sion de cette émission.

A ce jour, cela reste le pilote HbbTV autour de Roland Gar­ros, tou­jours réa­lisé par France Télé­vi­sions et en mai 2011, qui reste le plus sophis­ti­qué en termes de conte­nus pro­po­sés. Le sport est en effet un domaine riche en don­nées et les chaînes TV en ont en stock.

On pour­rait rêver d’avoir plus d’informations, d’être capables de creu­ser les thèmes abor­dés dans les émis­sions poli­tiques comme « C dans l’Air ». On pour­rait aussi avoir du « fact che­cking » en temps réel dans les émis­sions poli­tiques, pro­posé à la fois par des spé­cia­listes et des télé­spec­ta­teurs, avec un mini­mum de modé­ra­tion ou de cura­tion. Avec les tom­be­reaux de bêtises, notam­ment écono­miques, pro­fé­rées par la quasi-totalité des can­di­dats à la pré­si­den­tielle, il y aurait eu fort à faire.

Ces appli­ca­tions HbbTV béné­fi­cient d’un pla­ce­ment sans com­mune mesure avec tous les autres ima­gi­nables : un « call to action » qui appa­rait sur l’écran. Cela bat à plates cou­tures toutes les autres formes de pla­ce­ment : appli­ca­tion iPad, SEO/SEM sur le web, etc. A l’exception peut-être de l’application native que l’on peut acti­ver en visua­li­sant TF1, via la TNT sur les TV connec­tées du coréen Sam­sung, du fait d’un par­te­na­riat d’il y a quelques années entre les deux acteurs (et qui pour l’instant, n’affiche pas grand-chose : juste un tea­ser sur « The Voice »).

Est-ce que cet avan­tage concur­ren­tiel donné aux chaînes par HbbTV est indu ? Cela pose la ques­tion de la notion même d’émission de TV. Est-ce juste la vidéo qui est dif­fu­sée via le canal broad­cast ? Ou est-ce l’ensemble des conte­nus : vidéo, photo, textes, inter­ac­ti­vi­tés, asso­ciés à une émis­sion ? Une émis­sion est-elle main­te­nant obli­gée d’être « trans­me­dia » comme nous l’avons vu après le MIP-Cube ?

Pour l’instant, HbbTV est déployé en Alle­magne, le pré­cur­seur, puis en France depuis l’automne 2011 et aussi en Espagne. Mais pas mal d’autres pays ont décidé de l’adopter : la Suisse, les Pays-Bas, le Luxem­bourg, la Bel­gique, la Pologne, l’Irlande, l’Autriche, la Tché­quie, la Tur­quie et les pays Nor­diques qui l’on annoncé très récem­ment. Sans comp­ter la Rus­sie qui va bien­tôt se lan­cer et la Chine qui a l’air aussi séduite pour ses chaines natio­nales CCTV. Bon an mal an, cette ini­tia­tive a tout de même l’air de bien mon­ter en puis­sance mal­gré le scep­ti­cisme ambiant.

Notons au pas­sage que quelques star­tups fran­çaises sont impli­quées dans les déploie­ments d’HbbTV : HttV en tête de réseau, Via­neos qui sup­porte HBBTV dans son midd­le­ware IPTV, Octo­pus des­tiné au mar­ché de l’hopsitality, Wiz­Tivi (Roland Gar­ros, por­tail FTV) et d’autres socié­tés orien­tées ser­vices qui déve­loppent les por­tails HbbTV des chaînes telles que Altran, ATOS World­line ou DotS­creen. Et enfin, FrenchTV que nous avons déjà citée.

Le futur

La ver­sion actuel­le­ment déployée de HbbTV est la 1.1.1, adop­tée en 2010. La pro­chaine sera la ver­sion 1.5 dont les spé­ci­fi­ca­tions ont été publiées le 4 avril 2012 et son adop­tion par l’ETSI est pré­vue d’ici l’automne 2012. La France a été l’un des prin­ci­paux contri­bu­teurs à cette ver­sion, via le HD Forum, une asso­cia­tion 1901 qui regroupe indus­triels et chaînes TV.

Elle qui va inté­grer une stan­dar­di­sa­tion de la dif­fu­sion de vidéos en MPEG-Dash qui uti­lise un stream adap­ta­tif, per­met­tant d’alléger les réseaux. Le Dash (Dyna­mic Adap­tive Strea­ming over HTTP) est un stan­dard ISO qui a été adopté dans HbbTV et vise à rem­pla­cer – en rédui­sant au pas­sage les coûts des bre­vets asso­ciés – les tech­no­lo­gies pro­prié­taires actuelles (Smooth Strea­ming de Micro­soft, HDS d’Adobe, et HLS d’Apple) sachant que ce for­mat est agnos­tique vis à vis du codec vidéo uti­lisé, même s’il s’agira en majo­rité du H264. A noter que le HbbTV 1.5 intègre aussi le sup­port de l’encapsulation de DRMs basé sur le MPEG-CENC qui est un autre stan­dard ISO.

La ver­sion 1.5 sera uploa­dée dans les TV sup­por­tant HbbTV selon le bon vou­loir des construc­teurs, dépen­dant à la fois de leur poli­tique com­mer­ciale et des capa­ci­tés maté­rielles de leur TV à sup­por­ter ce strea­ming adap­ta­tif. A noter que la France au tra­vers du HD Forum a été l’un des prin­ci­paux contri­bu­teurs au HbbTV 1.5.

Citons aussi deux ini­tia­tives com­plé­men­taires à HbbTV qui visent à le com­plé­ter par des outils spécifiques :

– OpenHbb, lancé par les pôles de com­pé­ti­ti­vité Cap Digi­tal (Ile de France) et Images & Réseaux (Pays de Loire) qui planche notam­ment sur des outils de créa­tion et d’édition, ainsi que sur la capa­cité à enre­gis­trer des ser­vices inter­ac­tifs HbbTV pour leur « replay », avec les émis­sions asso­ciées (cf « Recor­ding and deli­very of HbbTV Appli­ca­tions« ).

Hbb-Next piloté par des alle­mands, des hol­lan­dais et des tchèques qui vise à enri­chir le stan­dard avec des outils de per­son­na­li­sa­tion de l’expérience pour des groupes d’utilisateurs (recom­man­da­tion de conte­nus) et à syn­chro­ni­ser l’expérience HbbTV avec d’autres écrans. Hbb-Next est un pro­jet financé par l’Europe (FP7).

ecrantele11

Quand on voit le che­min accom­pli par HbbTV qui n’est un stan­dard offi­ciel que depuis 2010, l’année de l’annonce de Google TV, on est en droit de se dire qu’il pro­gresse fina­le­ment assez vite. C’est aussi une ini­tia­tive qui a béné­fi­cié du sup­port, timide aux débuts mais plus affirmé ensuite, des géants de l’électronique grand public comme Sam­sung, Sony, Phi­lips. Elle est main­te­nant sup­por­tée par pra­ti­que­ment tous les fabri­cants de télé­vi­seurs tels que LG Elec­tro­nics, Toshiba, Pana­so­nic et Loewe.

L’Europe a encore un peu de marge pour faire la dif­fé­rence face aux mas­to­dontes amé­ri­cains qui font peur à tous les acteurs et dont le suc­cès écra­sant semble iné­luc­table pour cer­tains. L’approche euro­péenne sem­blait ini­tia­le­ment assez défen­sive. Elle com­mence à prendre forme et à pen­cher du bon côté de l’innovation. Il faut donc pro­ba­ble­ment que les acteurs mettent la sur­mul­ti­pliée et se posent notam­ment la ques­tion de la stan­dar­di­sa­tion du packa­ging des appli­ca­tions pour la créa­tion de por­tails de ser­vices type MesServices.tv.

En tout cas, la TV connec­tée reste un champs d’expérimentation infini pas­sion­nant à suivre.

Blog Opinions libres : http://www.oezratty.net

{jacomment on}

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
cannes
Article précédent

MIPCube : les transformations de la TV

ezratty
Prochain article

Les français de la TV connectée

Derniers articles de Archives Médias

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print