Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Nouvelle Chaire « Sous le Paysage » : comprendre les enjeux contemporains de la figuration du paysage

Lecture en accès libre

Commencez

En créant à l’automne 2023 « Sous Le Paysage » une Chaire internationale de pratiques artistiques sur les enjeux contemporains de la figuration du paysage, l’Atelier de Sèvres, l’école des beaux-arts de Nantes Saint-Nazaire, Nantes Université, Fieldwork Marfa et l’association La Vallée fédèrent autour de la question du paysage, sa représentation et ses enjeux à l’heure du réchauffement climatique, des flux migratoires ou encore de l’évolution de la ruralité.

Sous la présidence de Fabrice Hyber, artistes confirmés et en devenir, conservateurs de musées, responsables de structures artistiques et patrimoniales, représentants d’institutions et de manifestations culturelles et artistiques, historiens de l’art, critiques d’art et ethnologues mènent une profonde réflexion sur un sujet majeur de l’histoire de l’art et de l’ère contemporaine.

« L’implication de l’Atelier de Sèvres dans la création de cette Chaire innovante et ambitieuse participe à l’évolution de ses méthodes pédagogiques.
Historiquement reconnu pour sa préparation aux concours des écoles supérieures de création, l’Atelier de Sèvres élargit en 2016 son champ
pédagogique pour délivrer aux étudiants des cycles complets et intègre aujourd’hui un programme de recherche sur un sujet majeur de l’histoire de l’art : le paysage. L’expérimentation et la pratique, sur lesquelles repose « Sous le paysage », sont les fondements de l’école depuis sa création.»
Marion Degorce-Dumas – Responsable pédagogique

Cette nouvelle Chaire s’inscrit dans la continuité du programme international de recherche et de résidence artistique et pédagogique Fieldwork Marfa. Le projet est créé en 2011 par l’école des Beaux-Arts de Nantes et la HEAD – Genève sur les traces du pionnier de l’art minimal Donald Judd (1928-1994).
En 1971, l’artiste s’installe à Marfa et fait de ce petit bourg endormi aux confins du désert texan un véritable laboratoire artistique. Il y installe la Fondation Chinati. En dix ans, le projet Fieldwork Marfa a financé 36 artistes en résidence, 212 étudiants encadrés par 30 enseignants et 28 artistes
invités. Sur place, ils explorent les problématiques propres à ce territoire atypique : les questions de communauté artistique, de l’art dans l’espace public, du paysage et des enjeux politiques de frontières et de migrations. L’année 2023 marque la renaissance et la refonte du projet porté aujourd’hui par trois établissements français d’enseignement supérieur d’art.

« Créer c’est inventer des choses pour compléter un monde qui ne nous est pas adapté. Produire est un engagement car cela revient à transformer quelque chose. L’ambition de la chaire « Sous le paysage » est de faire prendre conscience aux jeunes artistes de l’impact de leur création sur l’environnement, le paysage, et de leur responsabilité dans une époque qui n’est plus au romantisme. »
Fabrice Hyber

Sous le paysage est résolument ancrée dans la pratique et l’expérimentation artistique afin de faire éclore de nouvelles formes de figuration, de nouvelles émotions et de nouveaux comportements avec le vivant.

Trois sites emblématiques associés à la Chaire accueillent les ateliers et résidences : La Vallée de Fabrice HYBER à Mareuil-sur-Lay en Vendée – la forêt –, l’Estuaire de la Loire entre Nantes et Saint-Nazaire – le fleuve – et Fieldwork Marfa Texas – le désert.

En avril 2024, sept étudiants de l’Atelier de Sèvre inauguraient les expérimentations de la chaire lors d’une résidence à La Vallée, aux côtés de Fabrice Hyber.
« Nous fondre dans la forêt de Fabrice Hyber fût pour chacun d’entre nous une expérience singulière, collectivement introspective. Il en ressort les premiers germes de projets artistiques. »
Noémie

« Il émerge de cette expérience un ressenti commun, une extase commune. Elle s’est installée au centre de notre production, sous forme abstraite , figurative, réaliste, chacun ayant une approche différente du sujet, utilisant le pigment d’une encre, d’une acrylique, d’un graphite, d’un charbon voir d’une huile… Nous sommes sortis de cette expérience prêts à redéfinir notre art, voire même à redéfinir l’art. »
Mathis

La Vallée de Fabrice Hyber – La forêt 

Fabrice Hyber devant l’une de ses nombreuses œuvres stockées dans une ancienne grange de
Mareuil-sur-Lay-Dissais, Vendée. ©Mélanie BAHUON

En 1990, Fabrice Hyber initie en Vendée un vaste chantier de remodelage d’un paysage qui fut celui de son enfance. Il sème pendant vingt ans plus de 300 000 graines qui donnent naissance à une jeune forêt de 100 000 arbres sur les cent hectares qui jouxtent la ferme familiale. La Vallée est un
lieu d’inspiration, de réflexion et d’expérimentation qui nourrit l’œuvre de l’artiste. Il y construit une fondation originale où se déploient sur cinq kilomètres des espaces d’expositions, des œuvres dans l’environnement naturel et in-situ dans des bâtiments reconvertis (les halles de Mareuil S/Lay, église de Château Guibert, etc.). La Vallée accueille également des artistes en résidence et ouvre régulièrement ses portes au public.

Fabrice Hyber transforme les champs en forêt et le paysage en œuvre. Sa création est étroitement liée aux sciences du vivant, illustrant son engagement à agir sur les comportements par le prisme de l’art. Au sein de l’exposition « La Vallée » à la Fondation Cartier en 2023, les espaces se transformaient en salles de classe, lieu d’échange et de réflexion sur la représentation du paysage aujourd’hui. Élu à l’Académie des Beaux-Arts en 2018, il est également nommé ambassadeur du fonds ONF-Agir pour la forêt en 2021.

L’estuaire de la Loire – Le fleuve 


Huang Yong Ping, Serpent d’océan, Saint-Brevin-les-Pins (France), œuvre du parcours Estuaire
Nantes<>Saint-Nazaire, Le Voyage à Nantes © Franck Tomps / LVAN

La biennale « ESTUAIRE » Nantes – Saint-Nazaire a dessiné en trois éditions (2007, 2009, 2012) un parcours artistique de référence pour la création contemporaine dans l’espace naturel. Entre Nantes et Saint-Nazaire, trente-trois œuvres permanentes jalonnent aujourd’hui les deux rives de l’estuaire formant un objet de recherche et d’action sur les questions écologiques de préservation et d’aménagement. L’histoire industrielle et la conversion de ce bassin économique placent cet audacieux programme culturel au cœur des questions de notre siècle : comment penser l’agriculture
de demain, l’héritage de ces fleurons industriels et leurs mutations, les mobilités des populations, les développements urbains et le logement ? Il y a là un laboratoire à l’échelle mondiale pour imaginer et construire l’avenir. L’art accompagne cette impérieuse mutation en produisant de nouvelles
représentations de la nature et du paysage.
Jean Blaise et Le Voyage à Nantes s’engagent pour porter ces questions urgentes et centrales, et placer la création contemporaine comme vecteur déterminant pour regarder à nouveau notre paysage. Un parcours artistique permanent, exemplaire et réjouissant, qui reste un chantier d’expérimentation artistique.

La Fondation Judd Marfa Texas – Le désert 


Pauline Beaudemont, Champ magnétique. Résidence Fieldwork Marfa 2014

Donald Judd, artiste américain pionnier de l’Art Minimal crée à la fin des années 1980 une fondation artistique que beaucoup qualifient d’exceptionnelle. La qualité des œuvres, la réflexion architecturale, l’implication dans son contexte social, la maîtrise absolue de sa fréquentation en font un lieu unique et majeur dans la réflexion sur la diffusion de l’art.
L’école des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire, grâce à ses mécènes nantais, est propriétaire d’un lieu de résidence artistique depuis 2010 dans ce village du désert du Chihuahua. Dans un décor impressionnant, étudiants et artistes se confrontent aux problématiques écologiques locales, la gestion de l’eau et des ressources, l’impact de l’industrie de fracking (extraction du gaz) sur l’environnement et les communautés locales, l’immigration et l’histoire violente qui a marqué le territoire depuis le XVème siècle.

LES MEMBRES DE LA CHAIRE

Membres fondateurs et comité d’orientations :

  • Fabrice Hyber, Président de la Chaire
  • L’école des Beaux-Arts de Nantes Saint-Nazaire, représentée par Rozenn Le Merrer, directrice générale
  • Nantes Université, représentée par Emmanuelle Bousquet, vice-présidente Culture
  • Atelier de Sèvres, représenté par Maud Ferrandon, directrice
  • Fieldwork Marfa, représenté par Mélanie Rio, présidente
  • Le Voyage à Nantes, représenté par Jean Blaise, directeur général
  • Pierre-Jean Galdin, Secrétaire général de l’association Fieldwork Marfa

Contributeurs•ices

  • Théodora Barrat, Artiste
  • Frédéric Emprou, Critique d’art
  • Alexandra Midal, Commissaire-artiste indépendante
  • Corinne Miral, Enseignante Chercheuse Département de Chimie Nantes Université, V.P. école doctorale de N.U.
  • Simon Nicaise, Artiste
  • Philippe Peltier, Ethnologue et historien de l’art
  • Lei Xie, Artiste

Image d’en-tête : Tarek Atoui, performance ouverte au Vizcaino Park avec Claire Amiot dans le cadre du festival Marfa Sounding 2018.
Photo Jessica Lutz – Courtesy Marfa Lives Art et Fieldwork Marfa

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Les Jardiniers, nouvel espace culturel hybride à Montrouge

Prochain article

Festival Georges à Rennes : quelles sont les limites qui régissent nos existences ?

Derniers articles de ARTS & CULTURES

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print