Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Festival Georges à Rennes : quelles sont les limites qui régissent nos existences ?

En accès libre

Commencez

Face à l’équilibre nécessaire entre développement et urgence environnementale, pour sa nouvelle édition, le festival d’architecture Georges mêle autour de la thématique « Les Limites », architecture, patrimoine, art contemporain, cinéma… du 19 septembre au 6 octobre 2024. C’est une expérience dans la ville déclinée en une série de rendez-vous gratuits, accessibles à tous. Objectif : sensibiliser le grand public à l’architecture d’aujourd’hui et de demain, d’ici et d’ailleurs, de façon ludique et festive, tout en s’appuyant sur un commissariat exigeant. Il irriguera une grande partie de la ville par des expositions et événements ouverts à tous.

Quelles sont les limites qui régissent nos existences ? Comment influent-elles sur nos choix et modes de vie ? Géographiques, temporelles, naturelles, psychologiques, économiques, énergétiques… la liste est infinie et complexe, invisible ou pas, elles nous gouvernent, nous guident et façonnent les contours de nos vies et de nos territoires.
Architectes, urbanistes, paysagistes, tous interprètent et façonnent notre quotidien. Les limites changent au rythme de la société, de ses évolutions et de ses besoins.
Omniprésente dans le débat public, la limite peut se percevoir comme une frontière, une borne indépassable. Ou encore, comme le lieu de toutes les transgressions, de toutes les possibilités. La nécessité d’une transition vers d’autres modèles de vie et de ville, appelle à comprendre nos limites comme des seuils. Des espaces de construction à partir desquels d’autres choses peuvent émerger.

En investissant des lieux méconnus des rennais, Georges propose des expériences dans la ville avec une série de rendez-vous gratuits, accessibles à toutes et tous : balades urbaines, expositions, ateliers, conférences, séances de cinéma… Aux Halles en Commun, l’exposition de la Cité de l’architecture et du patrimoine, Un bâtiment combien de vies ? Elle l’illustre par des récits de transformations exemplaires, l’inépuisable source du réemploi, cet enjeu majeur du XXIe siècle.

Produite par le festival Georges, l’installation “Sous le parking, la plage” d’Armelle Caron invite collectivement à figurer la Vilaine et imaginer les usages en bord de rives. En matérialisant le fleuve, l’artiste transforme sa perception d’une limite géographique à un élément fédérateur.

Léonie Pondevie, Anaïs Marion et Maxime Voidy du collectif Nouveaux Documents, élargissent leur focale en posant leur regard sur le trait de côte, cette limite géographique de plus en plus floue qui recule inexorablement avec leur exposition : Si l’horizon se dérobe.

À l’Hôtel d’Artillerie exceptionnellement ouvert au public, l’architecte Philippe Prost lors d’une table-ronde intitulée “Construire le patrimoine”, abordera le thème de la reconversion de bâtiments classés en lien avec la création architecturale contemporaine, l’artisanat à l’aune des défis sociaux et environnementaux.

Mais Georges, c’est aussi du cinéma documentaire avec la série Architectures de Richard Copans en balade dans Paris Périph’ ou encore Les Trois P’tites Tours, une plongée intime dans le vécu de la rénovation urbaine du quartier de Maurepas à Rennes au sein du Musée des Beaux Arts.

Pour une expérience plus physique de la ville, le parcours d’Etienne Taburet, artiste-voyageur de l’agence Aître se lance à la conquête de l’Ouest en arpentant à pied des territoires méconnus, à la lisière des franges urbaines…
Alors, comment appréhender les limites qui façonnent nos vies ? Comment les déplacer tout en construisant un monde plus ouvert, plus inclusif et plus résilient ?

Il s’agit donc de faire découvrir à toutes et tous la création architecturale dans des lieux insolites à travers des regards croisés entre architecture et art, mêlant les enjeux sociaux, sociétaux, environnementaux et artistiques.
Porté par la Maison de l’Architecture et des espaces en Bretagne (MAeB) et cinq architectes bénévoles, Claire Dupriez, Valentin Engasser, Gwénaël Le Chapelain, Céline Roche et Marie-Caroline Thébault et une équipe de professionnels de la culture, le festival participe à l’inscription de la culture architecturale en Bretagne.

Le nom du festival est un pas de côté, un clin d’œil à Georges Maillols (1913-1998), lui qui a façonné l’identité de Rennes grâce à des édifices emblématiques telles que la Tour des Horizons, la Caravelle ou la Barre Saint-Just.

Programme complet

www.georges-festival.com

Photo d’en-tête : Oeuvre de Macula Nigra « The Windows »

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Nouvelle Chaire "Sous le Paysage" : comprendre les enjeux contemporains de la figuration du paysage

Prochain article

Les femmes et l’environnement au cœur de la 30e édition des Traversées Tatihou

Derniers articles de ARTS & CULTURES

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print