Quand le ridicule ne tue plus !

Start

Une association allemande, spécialisée en suicide assisté, vient de déclarer que les personnes qui veulent mourir par euthanasie doivent d’abord être vaccinées contre le COVID-19 – et les moqueries pleuvent…
Il faut le passe sanitaire pour aller au restaurant, au spectacle, voyager en avion. Maintenant, il le faut aussi pour ceux, malades incurables en fin de vie, qui veulent choisir le moment du grand saut dans l’au-delà. Difficile d’y croire, mais c’est pourtant vrai : portant l’absurdité pandémique à son comble, cette association allemande exige la preuve de vaccination avant de pouvoir bénéficier d’un suicide assisté. 

Le passe sanitaire pour mourir dans la dignité

L’association allemande d’euthanasie Verein Sterbehilfe a déclaré le mois dernier à un journal britannique que « l’euthanasie et l’examen préparatoire des personnes prêtes à mourir nécessitent une proximité humaine ». « La proximité humaine, cependant, est (…) un terrain propice à la transmission du coronavirus », a ajouté l’association. Passe sanitaire obligatoire pour mourir dignement, ou, à la rigueur, test PCR. En effet, l’associtation dans un geste de mansuétude autorisera des « tests rapides avant les rencontres dans des pièces fermées » dans certaines situations pour garantir la sécurité, selon le Daily Mail.

L’association Verein Sterbehilfe a déclaré que sa décision était fondée sur la « tâche difficile de trouver un équilibre entre la protection de ses membres, de ses employés et de ses médecins et l’organisation pratique de sa vie quotidienne au sein de l’association ».

Et les gens réagissent comment ?

Un commentateur sur Twitter a déclaré que cette politique semblait « raisonnable » et qu’elle « protégeait les travailleurs dans le secteur des soins de santé » et « protégeait les personnes immunodéprimées contre une maladie qui pourrait les tuer plus lentement et plus douloureusement » et « leur permettrait d’avoir la mort qu’ils souhaitent ».

Mais d’autres ne l’ont pas vu de cette façon :

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

– « Wow ! C’est la c***e la plus ridicule que j’ai jamais entendue », a déclaré un utilisateur. « Donc maintenant, il y aura un avis à la porte du paradis ou de l’enfer disant ‘l’entrée n’est autorisée qu’aux morts entièrement vaccinés’… honte. »

– « Nous avons atteint le pic de la folie », a écrit un autre commentateur.

– « S’il vous plaît, dites-moi que c’est une satire », a plaisanté un autre utilisateur. « Je pense que c’est encore plus bête que lorsque l’Angleterre a prescrit la peine de mort pour les tentatives de suicide… »

Le groupe allemand d’euthanasie a déclaré que les clients potentiels devaient se conformer à la règle 2G du pays, selon laquelle les établissements peuvent choisir de refuser l’entrée aux personnes qui ne sont pas vaccinées (« geimpft » en allemand) ou qui sont guéries (« genesen ») du virus :
– Les personnes doivent être entièrement vaccinées ou s’être récemment remises du Covid-19.
– La clinique a déclaré que la règle s’applique aux clients car l’euthanasie implique une  » proximité humaine « .

Environ 68 % des 83 millions d’habitants de l’Allemagne ont été vaccinés et environ 10 % ont reçu une dose de rappel, mais les autorités ont qualifié la récente augmentation des cas de « pandémie de personnes non vaccinées ».

La règle 2G a suscité la controverse en Allemagne, où les établissements ont également la possibilité de suivre la règle 3G – qui signifie que les personnes qui peuvent présenter un test négatif au coronavirus peuvent également être « servies ». Les règles s’appliquent aux événements de loisirs, culturels et sportifs, aux lieux d’accueil ainsi qu’aux services liés au corps et aux hôtels. Elle permet aux locaux imposant les règles de renoncer au port de masques et aux règles de distanciation sociale.  

Plusieurs millions d’adultes allemands ne sont toujours pas vaccinés et les autorités ont tenté de les inciter à se faire vacciner par des mesures punitives comme celle-ci.

Mardi, l’Allemagne a signalé 45 753 nouveaux cas de coronavirus et 388 décès, mais l’incidence sur sept jours des cas pour 100 000 personnes a légèrement diminué pour la première fois en trois semaines. Alors que les hôpitaux allemands ont été submergés par la quatrième vague de la pandémie, l’Allemagne a introduit des restrictions pour les personnes non vaccinées et a cherché à accélérer le déploiement des rappels.
La chancelière Angela Merkel, son successeur désigné Olaf Scholz et les dirigeants régionaux doivent se réunir mardi pour discuter de la manière de répondre à la crise, notamment après que des cas du nouveau variant Omicron ont été détectés dans le pays.
De nombreux politiciens ont appelé à des restrictions plus strictes alors que les unités de soins intensifs, en particulier dans l’est et le sud de l’Allemagne, atteignent leurs limites. 

Suicide assisté : sujet sensible

En février 2020, les législateurs allemands ont annulé une interdiction antérieure du suicide assisté dans un jugement historique de la plus haute cour du pays. Le jugement a décidé qu’une loi de 2015 interdisant le suicide assisté professionnel était inconstitutionnelle.
Cette décision importante a suscité des interrogations en déclarant explicitement que les gens ont « le droit à une mort autodéterminée » et que le droit aux services de suicide assisté ne devrait pas être limité aux personnes gravement ou incurablement malades.

Le verdict est une victoire majeure pour les patients en phase terminale, les médecins et les organisations d’aide au suicide qui ont porté l’affaire devant les tribunaux, estimant que la loi existante allait trop loin. Il s’agit d’un sujet sensible en Allemagne, car les nazis ont utilisé ce qu’ils appelaient par euphémisme « euthanasie » pour exterminer quelque 200 000 personnes handicapées.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

La loi existante, connue sous le nom de « paragraphe 17 », a été adoptée en 2015 et visait à interdire les associations dédiées à l’aide aux patients désireux de mourir. Elle signifiait également que le personnel médical risquait des poursuites pour avoir prescrit des médicaments mettant fin à la vie. En 2017, un tribunal inférieur a statué que les fonctionnaires ne pouvaient pas refuser les médicaments létaux dans les cas extrêmes, ce qui a créé une confusion parmi les médecins.
Les plaignants ont fait valoir que la Constitution allemande garantit la liberté et la dignité des personnes, ce qui inclut, selon eux, le droit de choisir quand et comment mourir.
Le tribunal leur a donné raison et a estimé que les restrictions imposées par l’article 217 rendaient « impossible » l’aide de professionnels tiers en Allemagne, qui risquaient une amende ou jusqu’à trois ans de prison en vertu de l’ancienne loi.
Les patients allemands se tournaient donc vers des membres de leur famille ou des proches pour obtenir de l’aide, certains obtenant des médicaments mortels à l’étranger. Le juge Vosskuhle a déclaré à l’époque que ceux qui souhaitaient offrir une assistance au suicide devaient être légalement autorisés à le faire, sans pour autant y être contraints.

Où l’aide à mourir est-elle légale en Europe ?

L’aide à la mort fait référence à la fois à l’euthanasie active volontaire et à la mort assistée par un médecin, lorsque l’on met fin à la vie d’un patient à sa demande.
Seuls trois pays d’Europe approuvent l’aide à mourir dans son ensemble : la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Les deux premiers reconnaissent même les demandes des mineurs dans des circonstances strictes, tandis que le Luxembourg les exclut de la législation.
L’Allemagne, la Suisse, la Finlande et l’Autriche autorisent la mort assistée par un médecin dans des circonstances spécifiques.
Des pays comme l’Espagne, la Suède, l’Angleterre, l’Italie, la Hongrie et la Norvège autorisent l’euthanasie passive dans des circonstances strictes.
On parle d’euthanasie passive lorsqu’un patient atteint d’une maladie incurable meurt parce que les médecins cessent de faire ce qui est nécessaire pour le maintenir en vie.

Sources : Euronews

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Un chewing-gum pourrait réduire la propagation du coronavirus

Next article

Covid-19 : Une nouvelle étude explique pourquoi les enfants sont moins affectés que les adultes

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share238
Tweet
Share
WhatsApp
Email