Le Covid a radicalement changé l'avenir de la médecine

Le Covid a radicalement changé l’avenir de la médecine

Start

La pandémie mondiale de Covid bouleverse le monde depuis deux ans. Elle a déclenché un effort surhumain pour contrôler le coronavirus et enclenché des mesures sans précédent pour endiguer la propagation du virus. Les chercheurs de tous les pays ont travaillé sans relâche et conjoint leurs efforts pour décrypter à une vitesse inhabituelle cette nouvelle menace et proposer en un temps record des vaccins et des solutions thérapeutiques. Des milliards ont été engloutis dans cette pandémie qui semble aujourd’hui en passe d’être circonscrite. Mais les efforts et moyens dépensés n’auront pas été vains ; ils ont eu un impact inattendu sur l’avenir de la médecine et de la science.

La pandémie de Covid a déclenché un élan sans précédent pour contrôler une maladie qui a fait 6 millions de morts et dont l’apparition a entraîné un arrêt quasi mondial pour contenir sa propagation. Des milliards de dollars d’argent public et privé ont été injectés dans la recherche comme jamais auparavant, en un laps de temps aussi court. Le monde médical ne l’aurait pas choisi, mais les développements de ces deux dernières années n’auraient pas pu avoir lieu sans le Covid-19 — l’agent pathogène a servi de catalyseur géant, ouvrant la voie à différentes technologies, données et recherches qui offrent des espoirs de solutions pour d’autres maladies.

Les leçons qui ont été tirées tout comme les nouvelles normes qui se sont consolidées, changeront à jamais la science médicale. Le monde est aujourd’hui à la veille d’un certain nombre de percées potentiellement importantes, principalement grâce à la recherche croissante sur les vaccins de haute technologie, dont pourraient bénéficier les patients atteints de cancer et de toute une série de maladies infectieuses. Parallèlement, de nouvelles études sur le Covid long pourraient faire la lumière sur la coagulation sanguine, l’encéphalomyélite myalgique/syndrome de fatigue chronique (EM/SFC) et d’autres affections liées à ce virus tenace. L’obésité et les taux de vitamines sont passés au crible, tandis que la numérisation des données et la collaboration scientifique internationale accrue pourraient bientôt porter leurs fruits.

« Covid a stimulé l’application rapide des connaissances antérieures dans la pratique », fait observer dans une interview au Guardian, Deenan Pillay, professeure de virologie à l’Université de Californie. « Le développement de la science prend de nombreuses années et nécessite une opportunité pour être mis en œuvre. Covid a fourni un environnement réglementaire plus facile, avec des essais accélérés, de sorte que les développements de vaccins, par exemple, ont été vraiment rapides. » Avant l’avènement du Covid, il fallait parfois une décennie ou plus pour qu’un nouveau vaccin ou médicament passe par toutes les étapes de développement et de réglementation, ajoute-t-il, alors qu’aujourd’hui, ils sont mis sur le marché dans les 12 mois suivant la première description de la maladie. « Nous nous attendons maintenant à ce que les progrès scientifiques soient traduits et mis en œuvre beaucoup plus rapidement », promet la professeure Pillay.

La révolution des vaccins à ARNm

Il y a cinq ans à peine, l’hésitation était générale à investir dans les médicaments expérimentaux qui utilisent des molécules synthétiques pour guider les cellules humaines dans la fabrication de protéines spécifiques capables de les défendre contre les maladies. Aucun produit basé sur la technologie ARNm (cet acide ribonucléique messager qui fournit des recettes pour créer des protéines) n’avait jamais été approuvé, mais en l’espace de deux ans, le développement rapide et le succès des vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna contre le Covid ont changé la donne.

Avant l’apparition du Covid, Pfizer, le géant américain de la pharmacie, travaillait déjà avec la start-up allemande BioNTech, qui possède une grande expertise en matière d’ARNm, sur un vaccin contre la grippe. L’attention s’est ensuite portée sur la mise au point d’un vaccin contre la pandémie et le besoin pressant de créer un traitement a accéléré le passage à la frontière suivante : la recherche de traitements basés sur l’ARN, ce brin d’ADN qui transfère les instructions nécessaires à la fabrication des protéines.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

« C’est un avantage imprévu de la pandémie, car la technologie des vaccins à base d’ARN et d’ARNm fait l’objet de recherches depuis au moins dix ans », reminds Richard Bucala, chef du service de rhumatologie, d’allergologie et d’immunologie de l’école de médecine de Yale. « Ce n’est que lors de la pandémie que l’ARN a fait l’objet d’un investissement vraiment important », ajoute-t-il. « Le développement de vaccins est empirique : il est très difficile de savoir si ça va marcher. C’est extrêmement risqué. Personne ne veut vraiment s’impliquer dans la recherche et le développement. Vous ne vous rendez compte de l’échec que lorsque vous avez investi des dizaines de millions dans un essai. Mais le succès fortuit de la technologie de l’ARN a changé tout cela ».

L’acceptation relative par le public d’une approche inhabituelle de la haute technologie a également été déterminante, et l’approbation par un large éventail d’organismes de réglementation a donné confiance aux investisseurs et à l’industrie. Cela pourrait ouvrir les vannes à d’autres approbations si les nouveaux vaccins impressionnent dans les essais qui sont actuellement préparés pour les humains.

L’espoir se précise contre le paludisme

Les chercheurs ont déjà en ligne de mire une autre maladie mortelle, le paludisme, dont on estime qu’il a tué près de la moitié de l’humanité depuis l’âge de pierre. L’année dernière, elle est restée l’une des principales causes de décès par maladie infectieuse dans le monde : plus de 600 000 personnes, généralement de jeunes enfants, en sont mortes. Des chercheurs, en partenariat avec la société pharmaceutique Novartis, ont réussi à mettre au point un ARN « auto-amplifiant » (également appelé ARNsi) pour la combattre. Cette technologie s’inspire d’un vaccin à ARN contre le paludisme développé avec succès à l’université de Yale pour les souris et fait l’objet de tests précliniques avancés. Elle pourrait être testée pour la première fois chez l’homme d’ici deux ans.

« Vous pouvez potentiellement vous protéger contre une série de maladies tropicales en utilisant l’ARN auto-amplifié, qui cible une protéine MIF codée par le parasite qui tue les cellules mémoires », explained le professeur Bucala « L’avancement de l’auto-amplification créera la prochaine génération de vaccins à ARN, permettant un dosage beaucoup plus faible et la génération de réponses des cellules T à mémoire, qui sont indispensables. Tout cela se déroulera dans les cinq à dix prochaines années. »

Un vaccin contre le VIH ?

Ou même avant : au début du mois de février, Moderna a commencé son essai pour un vaccin contre le VIH qui repose sur la même technologie ARNm que le vaccin Covid. Si cet essai est concluant, un vaccin unique offrira une protection à vie. Aujourd’hui, cette technologie est étudiée pour voir si elle peut aider à lutter contre des maladies largement résistantes aux traitements, comme la rage, le Zika et le cancer du côlon, de la peau, du sein et d’autres parties du corps.

Le professeur David Diemert, immunologiste à l’université George Washington, states : « La pandémie de Covid a vraiment démontré le succès des vaccins à ARNm. Le passage de la discussion sur son application au VIH à un essai clinique de phase I s’est donc fait à un rythme accéléré. » Le Dr Jeffrey Bethony, professeur de microbiologie, d’immunologie et de médecine tropicale à la George Washington School of Medicine and Health Sciences, ajoute : « Ce vaccin amorce la réponse immunitaire contre le VIH en stimulant les cellules du ganglion lymphatique. Cette procédure n’est pas seulement unique pour les essais de phase I ; elle est unique pour les vaccins. C’est très novateur. » Moderna développe à elle seule des essais pour au moins 30 autres traitements à base d’ARNm dans six domaines médicaux différents.

L’obésité au centre des questions de santé publique

Entre-temps, l’attention s’est portée sur la manière de s’attaquer à l’obésité depuis qu’elle est apparue comme l’un des principaux facteurs d’aggravation liés au Covid – 78 % des patients américains hospitalisés entre mars et décembre 2020 étaient en surpoids. En juin, le premier médicament contre l’obésité approuvé par la Food and Drugs Administration américaine depuis 2014 est arrivé sur le marché. Le sémaglutide, également connu sous le nom de Wegovy, pourrait être jusqu’à deux fois plus efficace que les précédents médicaments de perte de poids après qu’une étude portant sur près de 2 000 patients a vu les participants perdre en moyenne 15 % de leur poids corporel.

La version synthétique d’une hormone qui réduit l’appétit était déjà utilisée à des doses beaucoup plus faibles pour traiter le diabète de type 2, mais au vu des preuves croissantes qu’une perte de poids substantielle réduit la gravité du Covid, elle a reçu le feu vert des autorités réglementaires. La disponibilité d’un médicament capable d’améliorer à la fois la glycémie et le poids corporel pourrait avoir des effets considérables sur la santé publique au-delà du contexte du Covid, notamment pour les personnes qui sont restées en surpoids malgré tous leurs efforts.

Les vertus redécouvertes de la vitamine D

Covid a aussi mis en lumière les avantages potentiels de la vitamine D. En Norvège, en Finlande et en Islande, où l’accent est mis sur le maintien de niveaux sains de cette vitamine, on a observé des taux de mortalité liés à Covid toujours faibles par rapport à d’autres pays de l’hémisphère nord qui accordent moins d’importance à ce nutriment. Dans le cadre des recherches en cours pour déterminer exactement ce qui rend certaines personnes plus vulnérables que d’autres à la maladie de Creutzfeldt-Jakob, l’attention portée à la vitamine D plus tôt cette année a conduit à la publication d’un article dans la revue The Lancet, cosigné par des dizaines d’experts, qui suggère que les carences pourraient être à l’origine du développement de nombreuses maladies.

« Chez les participants présentant une carence en vitamine D, les analyses génétiques ont fourni des preuves solides d’une association inverse avec la mortalité toutes causes confondues », indique l’article, qui appelle à des essais plus larges et à un nouvel examen des stratégies de prévention des maladies. « Il existe plusieurs mécanismes potentiels par lesquels la vitamine D pourrait être protectrice pour la mortalité cardiovasculaire… Il existe également des mécanismes potentiels impliquant la vitamine D pour le cancer. »

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

L’avènement de la santé publique numérique

La santé numérique est également passée au premier plan à la suite des réponses aux pandémies. « L’utilisation d’applications pour smartphones et la compréhension par le public des données et de la connaissance de la prévalence des maladies sont désormais très répandues », explique la professeure Deenan Pillay. « Les gens sont de plus en plus habitués à obtenir des conseils cliniques à distance, par le biais de consultations virtuelles, tandis que d’autres informations recueillies sur des applications sont envoyées à des professionnels de la santé. » Les tests à domicile constituent également une avancée significative, car ils permettent aux gens de s’auto-diagnostiquer efficacement et de pouvoir ainsi limiter leur exposition aux autres. Cette avancée s’est accompagnée d’une évaluation clinique rapide. « Covid a donné une vision de la meilleure façon d’appliquer la science aux problèmes de santé à l’avenir », dit-elle.

Vaincre le syndrome de fatigue chronique et le Covid long

Et alors que des recherches plus approfondies sur le Covid commencent à voir le jour, elles jettent davantage de lumière sur d’autres affections de longue durée, comme le syndrome de fatigue chronique (EM/SFC). Le lien crucial ici pourrait être la formation de microcaillots, un domaine que Resia Pretorius, chef du département des sciences physiologiques de l’université de Stellenbosch, en Afrique du Sud, explore depuis longtemps, mais que le besoin de mieux comprendre est devenu encore plus pressant en raison du Covid. Le modèle examiné propose que de petits caillots dans les capillaires sanguins empêchant l’oxygène d’atteindre les tissus puissent être à l’origine des symptômes de la Covid.

Mme Pretorius dirige actuellement une étude visant à déterminer si la formation de microcaillots pourrait contribuer à résoudre l’énigme du Covid long après que des recherches menées dans son laboratoire ont permis de détecter des formations importantes chez les patients. Les résultats préliminaires de sa recherche initiale ont suggéré que les traitements anticoagulants pourraient contribuer à atténuer le problème du Covid long.

« Il pourrait y avoir un point de non-retour pour de nombreux malades de l’EM/SFC – cela pourrait également être le cas pour le Covid long, si vous ne traitez pas dès le début de la maladie », dit le professeur Pretorius, « alors le corps peut être submergé par des molécules inflammatoires qui peuvent causer des dommages importants. Nous pensons que les raisons pour lesquelles les personnes développent un Covid long à la suite d’une infection virale pourraient être similaires à celles pour lesquelles les personnes développent l’EM/SFC. »

La naissance d’une puissante collaboration scientifique internationale

Mme Pretorius, comme beaucoup d’autres scientifiques, a été impressionnée par le degré croissant de collaboration universitaire et de recherche, unissant des personnes du monde entier dans un objectif commun qui pourrait perdurer. « Dieu merci, un grand nombre de chercheurs partageant les mêmes idées se sont joints aux efforts de divers grands instituts de recherche dans le monde entier », dit-elle.

S’il y a un domaine où l’on peut être optimiste, c’est bien cette évolution vers la collaboration scientifique et les avancées impressionnantes qui ont vu le jour en un laps de temps relativement court. « Ce fut une période si horrible pour tant de personnes », convient David Braun, oncologue et scientifique spécialisé dans les immunothérapies contre le cancer au Yale Cancer Centre de New Haven, dont l’équipe travaille au transfert de la technologie de l’ARN vers un vaccin contre le cancer. « J’espère que certaines des avancées scientifiques réalisées pendant cette période pourront nous aider à traiter d’autres maladies, afin qu’il y ait au moins une lueur d’espoir qui sorte de cette situation extrêmement difficile. »

Source The Guardian

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Pandémies : prévenir coûtera moins cher que guérir
Previous article

Pandémies : prévenir coûtera moins cher que guérir

Covid-19, effacé par la guerre mais toujours là
Next article

Covid-19, effacé par la guerre mais toujours là

Latest articles from Health -Medicine

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share54
Tweet
Share
WhatsApp
Email