La crise climatique est un crime

La crise climatique est un crime

Les entreprises de combustibles fossiles ont menti pendant des décennies sur le changement climatique, et l'humanité en paie le prix. Ces mensonges ne devraient-ils pas être au cœur du débat public ?

Start

Chaque personne sur Terre vit aujourd’hui sur une scène de crime. Ce crime se déroule depuis des décennies. Nous en voyons les effets dans la chaleur et les incendies de forêt qui se déroulent cet été dans l’Ouest américain, dans les méga-tempêtes qui ont été si nombreuses en 2020 que les scientifiques n’ont plus de noms pour les désigner, dans les projections mondiales selon lesquelles le niveau des mers va augmenter d’au moins 6 mètres. Notre seul espoir est de ralentir cette inexorable ascension afin que nos enfants puissent trouver un moyen d’y faire face.

Ce crime a déplacé ou tué un nombre incalculable de personnes dans le monde, causé des milliards de dollars de dommages économiques et ravagé des écosystèmes et des espèces sauvages vitales. Il a touché de manière disproportionnée des communautés déjà marginalisées dans le monde entier, qu’il s’agisse des agriculteurs des régions côtières du Bangladesh, où la montée rapide des eaux dégrade les sols et réduit les rendements en riz, ou des habitants à faibles revenus des grandes métropoles, dont les quartiers subissent des températures plus élevées que les zones prospères de l’autre côté de la ville.

Cette criminalité menace surtout les jeunes d’aujourd’hui et remet en question la survie même de la civilisation. Et pourtant, les criminels responsables de cette dévastation sont toujours en liberté. En effet, ils continuent à perpétrer leur crime, et même à en tirer profit, notamment parce que leur crime reste inconnu de la majorité du public.

Le crime en question est le mensonge de l’industrie des combustibles fossiles sur le changement climatique qui dure depuis 40 ans. Sans doute la tromperie d’entreprise la plus importante de l’histoire, les mensonges de l’industrie ont eu pour effet d’émousser la prise de conscience du public et l’action gouvernementale contre ce qui, selon les scientifiques, est désormais une véritable urgence climatique.

Les journalistes ont consacré des années à documenter les preuves de la scène du crime. Puis, en 2015, le Los Angeles Times, Inside Climate News et l’école de journalisme de Columbia ont fait éclater l’affaire en établissant le lien entre le crime et ExxonMobil, alors la plus grande compagnie pétrolière du monde.

Des documents internes ont montré qu’à la fin des années 1970, les propres scientifiques d’Exxon informaient ses cadres supérieurs que le réchauffement climatique d’origine humaine était réel, potentiellement catastrophique et causé principalement par la combustion de combustibles fossiles. Les défenseurs du climat se sont emparés de ces révélations et ont lancé le hashtag #ExxonKnew.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

D’autres enquêtes ont révélé que Chevron, Shell, BP, Total et d’autres géants du pétrole savaient également que leurs produits menaçaient de rendre le climat de la planète inhabitable. En bref, ce n’est pas seulement Exxon qui savait. Ils le savaient tous.

Et ils ont tous choisi de mentir à ce sujet.

À partir des années 1990, les compagnies pétrolières ont dépensé des millions et des millions de dollars dans des campagnes de relations publiques afin d’embrouiller la presse, le public et les décideurs politiques sur les dangers posés par la combustion des carburants fossiles. Leur objectif était, selon un document de planification interne, de « repositionner le réchauffement climatique comme une théorie et non comme un fait ». Des groupes de pression et des politiciens amis ont diffusé les mensonges des entreprises. Les médias, en particulier aux États-Unis, ont avalé et régurgité ces mensonges à un public peu méfiant.

Au final, l’humanité a perdu de précieuses décennies à débattre de la réalité du réchauffement climatique au lieu de désamorcer la menace. Au lieu de lancer une transition vers les énergies renouvelables, la consommation de combustibles fossiles a augmenté. Plus de la moitié de l’ensemble des gaz à effet de serre qui surchauffent actuellement la planète ont été émis après 1990 – après qu’Exxon et d’autres géants des combustibles fossiles aient eu connaissance en privé des ravages qu’ils semaient.

Exxon « aurait pu mettre fin au faux débat sur le changement climatique dès les années 1980 », a écrit plus tard l’auteur et activiste Bill McKibben. « Lorsque des scientifiques comme Jim Hansen, de la Nasa, ont sensibilisé le public au changement climatique [en 1988], imaginez ce qui se serait passé si le directeur général d’Exxon s’était adressé au Congrès, lui aussi, et avait déclaré que ses efforts scientifiques internes montraient exactement la même chose ».

Si certaines parties du public sont peut-être déjà au courant du crime des grandes compagnies pétrolières, la grande majorité de leurs victimes ne le sont certainement pas. Comment le pourraient-elles ? Les mensonges des grandes compagnies pétrolières n’ont jamais fait partie du discours public sur le changement climatique, en grande partie parce que la plupart des médias ne l’ont pas intégré dans leur couverture continue du changement climatique.

Les premières révélations d’Exxon Knew en 2015 ont été relativement peu suivies au-delà des médias qui les ont publiées. La télévision, qui, même à l’ère d’Internet, reste la principale source d’information pour la plupart des gens, a totalement ignoré les révélations. Il y a eu quelques articles dans la presse économique et les médias indépendants, en particulier des années plus tard lorsque l’État de New York et d’autres gouvernements locaux ont commencé à poursuivre les compagnies pétrolières en dommages et intérêts. Mais les médias dans leur ensemble semblent avoir oublié que les mensonges des grandes compagnies pétrolières sur le climat ont existé.

Il est grand temps de réparer ces torts. Jusqu’à présent, les compagnies pétrolières, leurs dirigeants, les propagandistes qu’elles ont employés et les hommes politiques qu’elles ont financés ont largement échappé à tout blâme et ont encore moins eu à payer – que ce soit par des sanctions financières ou des peines de prison – pour les immenses dégâts qu’ils ont causés. Les grands médias doivent également présenter des excuses au public pour avoir mal géré cette affaire et s’engager à assurer une couverture beaucoup plus pointue à l’avenir.

L’humanité ne peut pas récupérer les 40 années perdues à cause des mensonges climatiques des grandes compagnies pétrolières. Il est désormais plus qu’urgent que les pays riches et pauvres abandonnent les combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables et d’autres pratiques respectueuses du climat. Tout aussi crucial, nous devons fortifier nos communautés contre les redoutables impacts climatiques qui, en raison de nos décennies de retard, ne peuvent plus être évités.

Tout cela va coûter de l’argent, beaucoup d’argent. Les gouvernements du monde entier se disputeront d’ici au sommet décisif des Nations unies sur le climat en novembre pour savoir qui doit payer combien. En redonnant aux mensonges des grands groupes pétroliers la place qui leur revient au cœur de l’histoire du climat, on apporterait une réponse à cette énigme : les grands groupes pétroliers savaient – les grands groupes pétroliers ne devraient-ils pas payer ?

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Mark Hertsgaard est l’auteur de livres tels que HOT and Earth Odyssey. Il est le cofondateur et le directeur exécutif de Covering Climate Now, une collaboration mondiale de médias renforçant la couverture de l’histoire du climat.


Covering Climate NowCet article a été publié à l’origine dans The Guardian et est republiée ici dans le cadre de Covering Climate Now, une collaboration journalistique mondiale renforçant la couverture de la crise climatique, dont UP’ Magazine est partenaire.


 

 Image d’en-tête : Illustration: Chris Burnett/The Guardian

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
La France sommée de prendre plus sérieusement en compte le réchauffement climatique
Previous article

La France sommée de prendre plus sérieusement en compte le réchauffement climatique

Urgence climatique : La justice presse l’Etat d’agir avant l’élection présidentielle
Next article

Urgence climatique : La justice presse l’Etat d’agir avant l’élection présidentielle

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share72
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print