Self-employment: a bold step towards full employment

Start

Après des mois de travaux, de débats, et parfois d’affrontements, la loi Plein emploi a été votée solennellement à l’Assemblée nationale la semaine dernière et sera bientôt promulguée. Au-delà de la transformation du service public de l’emploi et des mesures contenues dans ce texte, plus ou moins clivantes politiquement, il y a une ambition affichée, un horizon partagé : bâtir la « société du Plein emploi » d’ici à 2027. Les « Lulu dans ma rue » expérimentent des dispositifs d’insertion fondés sur le travail indépendant. Ils constatent que cette forme d’emploi est, dans certains cas, la solution la plus adaptée pour rebondir, quand ce n’est pas la seule option réaliste.

Objectif 5% de chômeurs ? Ne nous trompons pas de feuille de route : la « société du Plein emploi » ne saurait se réduire à une performance statistique. Laisser, une fois encore, les plus fragiles au bord de la route serait un échec. Notre véritable défi collectif, c’est d’aller à la rencontre des femmes et des hommes privés d’emploi et de perspectives depuis longtemps. Non pas pour les « ramener » à l’emploi, mais pour tracer avec eux leur propre chemin vers une reprise d’activité, pour créer avec et pour eux la voie singulière et valorisante qui tiendra compte de leurs fragilités, de leurs empêchements, de leurs envies. Et cela, sans aucun prisme idéologique, sans préjuger de ce qui est bon pour eux.

Ce projet d’une société plus inclusive est déjà engagé. Beaucoup d’innovations ont émergé du terrain depuis quinze ans et ont enrichi la palette des solutions d’insertion. Citons le dispositif « Premières heures » et son CDI dit « progressif » ; l’expérimentation “Territoires zéro chômeur de longue durée” ; le pari gagnant de l’association Vivre et Travailler Autrement de recruter en milieu ordinaire des autistes sévères ; ou encore les cafés-restaurants Joyeux qui emploient en CDI des équipiers en situation de handicap mental et cognitif.

Pour ces pionniers de l’inclusion par l’emploi, il aura fallu faire fi des sceptiques, des cyniques, des détracteurs, des Cassandre. Ayons l’audace de continuer à changer les regards et les pratiques pour offrir une place digne à chacun.

L’évolution de la société s’accélère, en particulier la vie professionnelle et le rapport au travail : les carrières sont moins linéaires et plus hybrides, les formes d’activité se diversifient. Notre conviction est que l’on peut s’appuyer sur ces transformations pour innover au service de l’insertion, avec l’exigence de créer un cadre plus protecteur et plus émancipateur pour tous. S’agissant du travail indépendant, nous entendons parfois en réaction à son développement : « c’est risqué, c’est particulièrement inadapté pour des personnes déjà précaires ». Certes, il reste beaucoup à faire pour améliorer ce statut. Pourtant, comment ne pas se réjouir que des personnes très éloignées de l’emploi se remobilisent et relèvent la tête grâce à leur activité d’indépendants ?

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Depuis cinq ans, Lulu dans ma rue expérimente des dispositifs d’insertion fondés sur le travail indépendant. Ils constatent que cette forme d’emploi est, dans certains cas, la solution la plus adaptée pour rebondir, quand ce n’est pas la seule option réaliste. Travailleurs en situation de handicap physique ou psychique, mères faisant face, seules, à l’éducation de leurs enfants et de leurs adolescents, travailleurs de la première ou de la deuxième « ligne », usés par des métiers pénibles, jeunes décrocheurs sans horizon, seniors ni en retraite ni en emploi… Derrière les chiffres de demandeurs d’emploi de longue durée et des bénéficiaires du RSA, il y a des accidentés de la vie, des personnes fragilisées par la maladie, des gens abîmés par le travail ou submergés par les difficultés. Pour de multiples raisons, certains ne peuvent pas, ou ne veulent plus, être salariés et aspirent à créer leur propre emploi. Ecoutons ce qui les anime, reconnaissons qu’ils sont légitimes à faire ce choix, plutôt que de brandir des dogmes au nom de la défense des plus fragiles.

Lulu dans ma rue, c’est l’histoire d’un quartier…

Qui n’a jamais rêvé d’obtenir de l’aide pour résoudre ses petits tracas du quotidien ? Arroser ses plantes pendant son absence, promener mon chien quand je suis fatigué, récupérer un colis lorsque je travaille, changer une ampoule à ma place ou encore réaliser de petits travaux quand je n’ai pas les compétences… Et si mes voisins pouvaient m’aider ? Il y a tant de personnes ayant des talents cachés autour de moi. Certains ont même des parcours atypiques en plus d’avoir du temps, des compétences et l’énergie nécessaire pour vouloir gagner de l’argent tout en m’aidant.

C’est en tout cas le modèle que Lulu dans ma rue souhaite créer sur l’ensemble du territoire national : une « concierge de quartier » qui assure une mise en relation personnalisée entre un habitant à la recherche de services de proximité et une personne talentueuse prête à l’aider.

Un quartier optimiste qui croit en l’avenir, un quartier qui a très envie de remettre de l’humain dans son quotidien et du lien entre ses habitants. Un quartier qui pense que lutter contre le chômage peut commencer ici et maintenant en créant de l’activité à l’échelle locale. Un quartier où les compétences et les talents de chacun sont valorisés. C’est ainsi que les « Lulu » veulent évoluer.

Leur aventure naît en avril 2015 lorsque leur première conciergerie de quartier ouvre ses portes à Saint-Paul, dans le 4ème arrondissement de Paris. Très vite adopté par les habitants de son quartier et fort de son succès, le projet s’est rapidement étendu dans toute la capitale : en quatre ans, ce sont une dizaine de kiosques et corners qui sont venus occupés l’espace parisien. Mais cette aventure incroyable ne fait que commencer. En 2023, ce sera l’année de leur déploiement sur le territoire français : Lyon, puis Lille qui n’aura qu’à bien se tenir car il se pourrait bien que leur arrivée y soit imminente.

Une conviction forte

Le point commun de tous les membres de Lulu dans ma rue ? Ils sont convaincus de répondre à l’urgence d’initier des changements sociétaux puissants en remettant de l’humain dans notre quotidien. A l’heure où le marketing et la productivité dépersonnalisent nos interactions, il est plus que nécessaire de recréer des relations humaines authentiques. C’est en cela que le modèle de Lulu dans ma rue fait sens : il devient aisé de faire appel à des voisins que l’on  connait et que l’on apprécie pour nous aider dans notre quotidien. Ce qu’ils vous proposent c’est donc de lutter contre toutes les solitudes et de recréer du lien à l’échelle de votre quartier en accédant à des services rendus avec soin.

The " Lulus », travailleurs indépendants en parcours d’insertion chez Lulu dans ma rue, nous parlent de leur « bien-être moral retrouvé », de la « fierté de se sentir utile » et « d’être digne de confiance », de la « chance de travailler », et du « plaisir de sortir de chez eux et de rencontrer des gens ». Grâce à leurs témoignages, nous n’avons pas peur de l’affirmer : le travail indépendant est un instrument puissant de lutte contre l’exclusion, lorsqu’il est conjugué à un accompagnement renforcé. Plutôt que de dénier cette réalité, reconnaissons ce nouveau levier d’inclusion et mobilisons-nous pour créer, sans tarder, un statut de travailleur indépendant au service de l’individu, protecteur et garant des droits fondamentaux.

La loi Plein emploi est donc votée, mais tout est à construire pour donner corps à cette société du Plein emploi. C’est l’occasion de mettre de côté nos certitudes et de concentrer notre attention sur ceux pour lesquelles les solutions actuelles demeurent inadaptées. Car ceux-là risquent de rester une nouvelle fois à l’écart des embellies statistiques. Inventons avec eux les dispositifs d’inclusion de demain, renforçons les droits de tous les travailleurs, salariés et indépendants, pour protéger les plus fragiles et pour laisser à chacun le choix de trouver une activité adaptée à son parcours de vie.

Plus qu’un chiffre dans un livre d’économie, c’est ce que nous aurons créé pour atteindre le Plein emploi qui restera notre héritage.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Vous voulez devenir « Lulu » ?

Header Picture : Un des kiosques Lulu dans ma rue à Paris XVIIIème

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Emmaüs Connect lance un grand mouvement d'entraide numérique

Next article

L'ère des "nouveaux" grands-parents

Latest articles in Social changes and new solidarities

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Register and read three articles for free. Subscribe to our newsletter to keep up to date with the latest news.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share4
Tweet
Share
WhatsApp
Email