La cité en communs : Des biens communs au municipalisme

La cité en communs : Des biens communs au municipalisme, par César Rendueles et Joan Subirats, C&F éditions, novembre 2019. Traduit de l’espagnol par Alain Ambrosi – 140 Pages

Le vocabulaire pour décrire ce que nous avons en partage est abondant : communs, biens communs, le bien commun d’un côté ; espace public, service public, domaine public de l’autre. Comment concevoir et gérer ce qui est partagé, ce qui s’adresse à tous, et demande l’intervention de chacun ? Le concept de « communs » et tous ses dérivés possibles sont des mots qui résonnent de plus en plus dans le monde des idées politiques, économiques et culturelles … Pourquoi ? Qu’est-ce qui rend si intéressant ce mot aux interprétations multiples ? Que nous apporte le « commun » à un moment aussi complexe que celui d’aujourd’hui ? Qu’est-ce qui nous séduit dans la revendication du « commun » ? 

Les auteurs cherchent à répondre à ces questions dans un langage simple mais soutenu. Dans un échange intellectuel vivant et animé, les chercheurs et activistes espagnols Joan Subirats et César Rendueles considèrent le rôle de l’activité commune, le commoning, pour mobiliser les populations dans les municipalités, les écoles ou les coopératives. L’expérience du réseau international des « villes sans peur » » et le « municipalisme » » irriguent cet ouvrage et ouvrent des perspectives au moment où, en France, de nombreux acteurs veulent construire des « villes en commun(s) ».

Joan Subirats, spécialiste des questions urbaines et de la gestion publique à l’Université Autonome de Barcelone, est engagé auprès d’Ada Colau à la mairie de Barcelone avec Barcelona en comú. « Dans la plupart des programmes municipaux en communs, quatre points étaient mis en évidence : récupérer les institutions au service du peuple ; répondre à l’urgence sociale et l’augmentation des inégalités ; impliquer plus directement des citoyens dans les décisions publiques ; renforcer le sens éthique et la morale publique. »

César Rendueles est professeur de sociologie à l’Université Complutense de Madrid, spécialisé en philosophie politique et gestion culturelle. « Un des grands défis politiques est de résister à la marchandisation en trouvant une place pour le paradigme du commun dans un paysage institutionnel démocratique et égalitaire plus large. Il est beaucoup plus facile d’inoculer l’individualisme dans une société que de créer une solidarité et de la coopération. C’est est la principale leçon que nous enseigne le dilemme des communs. »

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

11 septembre
Article précédent

L'imaginaire du 11 septembre, des cendres émerge un nouveau monde

Prochain article

Il est où, le bonheur

Derniers articles de Notre sélection de livres

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

Créez votre compte gratuit pour continuer votre lecture





En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation
ainsi que notre charte de confidentialité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.