Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Bonne nouvelle : Le vaccin Pfizer/BioNTech semble efficace contre les nouveaux variants du coronavirus

Bonne nouvelle : Le vaccin Pfizer/BioNTech semble efficace contre les nouveaux variants du coronavirus

Commencez

Le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNTech semble capable de protéger contre une mutation clé des nouvelles variantes hautement transmissibles du coronavirus découvertes en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, selon une étude de laboratoire menée par le fabricant de médicaments américain.

L’étude de Pfizer et des scientifiques de la branche médicale de l’université du Texas, qui n’a pas encore été examinée par des pairs, a indiqué que le vaccin était efficace pour neutraliser les variantes présentant la mutation dite N501Y, située sur une partie du virus qu’il utilise pour pénétrer dans les cellules et les infecter. Tous les vaccins déjà approuvés ou en cours de développement utilisent cette partie externe du virus, connue sous le nom de protéine de pointe, pour entraîner l’organisme à reconnaître le virus et à fabriquer des anticorps neutralisant le virus.

La mutation N501Y est liée à une plus grande transmissibilité, et les scientifiques ont exprimé leurs inquiétudes quant au fait qu’elle pourrait également permettre au virus d’échapper aux anticorps neutralisants produits en réponse au vaccin, a déclaré Phil Dormitzer, l’un des meilleurs scientifiques de Pfizer spécialisé dans les vaccins viraux. Les premiers résultats des tests sur certaines des principales variantes préoccupantes offrent un certain espoir alors que la Grande-Bretagne et d’autres pays tentent d’apprivoiser les variantes les plus infectieuses, qui, selon les autorités, entraînent une recrudescence des infections qui pourrait submerger les systèmes de santé.

Bien que tous les virus mutent constamment, les scientifiques s’inquiètent des mutations découvertes pour la première fois en Grande-Bretagne et en Afrique du Sud, car on pense qu’elles sont capables de modifier les fonctions clés du virus.

L’étude de Pfizer a été menée sur du sang prélevé sur des personnes ayant reçu le vaccin. Ses conclusions sont limitées car elle n’examine pas l’ensemble des mutations trouvées dans l’une ou l’autre des nouvelles variantes du virus à propagation rapide. Le Dr Dormitzer a déclaré qu’il était encourageant que le vaccin semble efficace contre la mutation, ainsi que contre 15 autres mutations que la société a déjà testées. « Nous avons donc maintenant testé 16 mutations différentes, et aucune d’entre elles n’a vraiment eu d’impact significatif. C’est la bonne nouvelle », a-t-il déclaré. « Cela ne veut pas dire que la dix-septième ne le fera pas. »

Cependant, l’une des mutations importantes de la variante sud-africaine, appelée E484K, n’a pas encore été étudiée. Pfizer a déclaré qu’ils avaient testé 16 mutations différentes dans les souches et qu’aucune d’entre elles n’avait eu d’impact significatif sur le fonctionnement du vaccin. D’autres études sont prévues sur les autres mutations.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Une surveillance constante

Les chercheurs américains prévoient d’effectuer des tests similaires pour voir si le vaccin protège contre d’autres mutations des variantes provenant de Grande-Bretagne et d’Afrique du Sud. Ils espèrent disposer de données dans les semaines à venir. En effet, une des limites de l’étude réside dans le fait que les chercheurs n’ont pas travaillé sur l’ensemble complet des mutations de la protéine Spike trouvées dans la variante britannique ou sud-africaine. Il est possible que les différentes mutations interagissent les unes avec les autres pour affecter la structure globale de la protéine de pointe, ce qui pourrait influencer l’efficacité du vaccin. Idéalement, les mutations devraient donc être testées ensemble.

D’autre part, les vaccins agissent en stimulant la réponse immunitaire, ce qui génère un éventail très diversifié d’anticorps contre différentes parties du virus. « Par conséquent, nous nous attendrions à ce que la réponse immunitaire d’une personne soit suffisamment diversifiée pour faire face à certains changements dans la structure du virus », indique Deborah Dunn-Walters, présidente du groupe de travail de la British Society for Immunology Covid-19 and Immunology, et professeure d’immunologie à l’Université de Surrey.

Les scientifiques affirment néanmoins que les variantes sont plus transmissibles que les variantes dominantes, mais ne pensent pas qu’elles provoquent une maladie plus grave.

Des experts indépendants ont accueilli avec prudence les résultats de l’étude de Pfizer, mais ont déclaré que la situation nécessitait une vigilance constante. Paul Hunter, professeur de médecine à l’université britannique d’East Anglia, a déclaré que « le jury n’a pas encore déterminé l’impact de la variante sud-africaine sur l’efficacité du vaccin ». Deborah Dunn-Walters, professeur d’immunologie à l’université du Surrey en Grande-Bretagne, a déclaré qu’il était « rassurant » que Pfizer surveille de près les variantes.

Des tests continus seront nécessaires, selon les experts, pour dissiper les inquiétudes quant à la protection des vaccins administrés à des millions de personnes dans le cadre de la lutte contre la pandémie, car le virus mute. Le COVID-19 a tué plus de 1,8 million de personnes dans le monde.

« Les preuves ne sont pas concluantes, mais beaucoup d’éléments indiquent que les vaccins à ARNm existants couvrent bien les nouvelles variantes. C’est la bonne nouvelle », a déclaré Andreas Bergthaler, chercheur principal au Centre de recherche en médecine moléculaire de l’Académie autrichienne des sciences à Vienne.

« C’est une bonne nouvelle, principalement parce que ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Si le résultat opposé avait été trouvé, que le vaccin ne semblait pas avoir d’efficacité contre la variante du virus étudié, cela aurait été mauvais et très préoccupant. Mais cela ne nous donne pas encore une totale confiance dans le fait que le vaccin Pfizer (ou d’autres) apporteront certainement une protection. Nous devons tester cela cliniquement, et les données à ce sujet devraient être disponibles au Royaume-Uni dans les prochaines semaines », explique Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

Tests et mises au point

AstraZeneca, Moderna et CureVac cherchent également à savoir si leurs vaccins protègent contre les variantes de coronavirus qui se répandent rapidement. Ils ont déclaré qu’ils s’attendent à ce qu’ils soient efficaces, mais n’ont pas précisé quand les résultats de l’étude seront publiés.

Le vaccin COVID-19 de Pfizer/BioNTech et celui de Moderna, qui utilisent tous deux la technologie de l’ARN messager synthétique, ou ARNm, peuvent être rapidement adaptés pour faire face à de nouvelles mutations du coronavirus si nécessaire. Les scientifiques ont suggéré que les changements pourraient être effectués en six semaines seulement. Eleanor Riley, professeur d’immunologie et de maladies infectieuses à l’université d’Edimbourg, a déclaré que des études similaires devraient être répétées à mesure que de nouvelles mutations apparaissent : « Il pourrait être nécessaire de modifier le vaccin au fil du temps ».

Avec Reuters

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
gilliane l
6 mois

Dans le titre, un ? n’aurait pas été de trop après « bonne nouvelle »

Ça dure : 6 mois après leur infection, 76% des patients du Covid-19 sont encore malades
Article précédent

Ça dure : 6 mois après leur infection, 76% des patients du Covid-19 sont encore malades

L’Inserm se veut rassurant sur le variant anglais du coronavirus
Prochain article

L’Inserm se veut rassurant sur le variant anglais du coronavirus

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez40
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print