Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Éolien et biodiversité : l’équation impossible ?
/

Éolien et biodiversité : l’équation impossible ?

Commencez

Développer l’éolien pour contrer le changement climatique, sans pour autant mettre en danger oiseaux, chauve-souris ou animaux marins : ONG, promoteurs et chercheurs veulent résoudre cette équation, alors que le développement de cette énergie renouvelable suscite des crispations.

Les Français devraient consommer plus d’électricité d’ici 2050. Pour répondre à cette demande, il faudra développer fortement les énergies renouvelables, dont l’éolien terrestre et en mer. C’est ce que calcule le gestionnaire du réseau électrique RTE.

Mais l’essor des champs d’éoliennes suscite des oppositions pour des questions liées au paysage, au bruit ou à l’impact potentiel sur les animaux, oiseaux et chauves-souris sur terre, ou sur la faune marine pendant la phase de construction. Les champs d’éoliennes ont des « impacts sur la biodiversité que nous devons maîtriser », a reconnu Nicolas Wolff, président de France Energie Éolienne (FFE) qui regroupe la filière en France, lors d’un séminaire organisé mercredi et jeudi par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) à Paris.

Une première réponse est de « planifier le développement de l’éolien pour que soient préservés les sites d’importance pour les oiseaux et les chauves-souris », plaide le président de la LPO, Allain Bougrain-Dubourg. « Les éoliennes sont des sources de mortalité très hétérogènes » selon les endroits où elles se situent, explique à l’AFP Geoffroy Marx, responsable des programmes énergie renouvelable et biodiversité à la LPO.

Haltes de migration

Le gouvernement a récemment chargé les préfets de cartographier les zones propices à l’installation d’éoliennes, avec un premier retour attendu fin novembre.

Concernant les oiseaux migrateurs, « c’est problématique quand les éoliennes sont installées à proximité d’espaces de halte de migration », plus encore que dans les couloirs de migration qui peuvent être très larges, souligne Geoffroy Marx. Pour lui, les projets les plus problématiques sont souvent les plus anciens, dont certains installés dans des zones Natura 2000. EDF a ainsi été condamné par la justice pour la destruction de faucons crécerellettes, une espèce protégée, dans le parc d’Aumelas (Hérault) qui date des années 2000.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Des chercheurs travaillent à mieux comprendre les causes de la mortalité aviaire dans les parcs éoliens terrestres et à mesurer l’efficacité des méthodes de détection et d’effarouchement des oiseaux dans le cadre d’un programme, MAPE. « Jusqu’à présent, c’était évalué au doigt mouillé », explique à l’AFP Olivier Duriez, maître de conférences à l’université de Montpellier. Il s’agit à présent « d’évaluer la surmortalité causée par les éoliennes sur 30 ans » sur différentes espèces d’oiseaux, sachant que pour certaines, « une seule mort par an peut mettre en péril l’espèce ».

Les hics

Pour éviter les collisions, des parcs éoliens peuvent être équipés de caméras et/ou de radars. Dans certains cas, des humains peuvent servir de sentinelles. Il s’agit de déclencher des dispositifs d’effarouchement sonores ou visuels ou d’arrêter les pales. Mais il y a des hics: « Les évaluations des caméras sont faites dans des conditions optimales » météorologiques, alors que la pluie ou les nuages peuvent avoir un impact sur leur fonctionnement, indique Sophie Dupont, post-doctorante. L’effarouchement « est relativement peu efficace dans la durée » car les oiseaux s’y habituent, poursuit-elle. Et « le temps d’arrêt de la turbine est très long »: souvent l’oiseau n’est pas détecté d’assez loin pour éviter la collision, complète Olivier Duriez.

Les éoliennes en mer suscitent une inquiétude grandissante. La LPO s’interroge sur l’impact cumulé des éoliennes en mer pour les oiseaux migrateurs si les projets se multiplient sur leur parcours. Des pêcheurs normands et bretons ont fait connaître leur mécontentement. En Méditerranée, des opposants demandent un report de l’attribution dès l’année prochaine de deux premiers parcs d’éoliennes flottantes.

Le Conseil national de la protection de la nature (CNPN) va dans le même sens, jugeant que « nos connaissances des impacts potentiels restent très partielles ». Il recommande « d’appliquer un moratoire dans la mise en œuvre des projets (nouveaux appels d’offre) afin de laisser le temps au moins aux études en cours ».

AFP

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Entretien avec Marco Lambertini directeur général du WWF International
Article précédent

Tout sur cette planète est interconnecté

Bill Gates avance sur la construction de sa centrale nucléaire nouvelle génération
Prochain article

Bill Gates avance sur la construction de sa centrale nucléaire nouvelle génération

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez96
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email