Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La Terre a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace en 23 ans

Commencez

Des scientifiques des universités de Leeds et d’Édimbourg et de l’University College London ont analysé des relevés par satellite des glaciers, des montagnes et des calottes glaciaires entre 1994 et 2017 afin de déterminer l’impact du réchauffement climatique. Leur article a été publié dans la revue Cryosphere. Décrivant la perte de glace comme « stupéfiante », le groupe de chercheurs a découvert que la fonte des glaciers et des calottes glaciaires pourrait entraîner une hausse spectaculaire du niveau des mers.

« Pour mettre cela en contexte, chaque centimètre d’élévation du niveau de la mer signifie qu’environ un million de personnes seront déplacées de leurs terres basses« , a déclaré le professeur Andy Shepherd, directeur du Centre d’observation et de modélisation polaire de l’université de Leeds, au Guardian.

La perte spectaculaire de glace pourrait avoir d’autres conséquences graves, notamment une perturbation majeure de la santé biologique des eaux arctiques et antarctiques et une réduction de la capacité de la planète à réfléchir les radiations solaires dans l’espace.

Les conclusions de cette étude correspondent aux prévisions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies, qui ont confirmé le pire des scénarios.

« Dans le passé, les chercheurs ont étudié des zones individuelles – comme l’Antarctique ou le Groenland – où la glace fond. Mais c’est la première fois que quelqu’un a examiné toute la glace qui disparaît de la planète entière« , a déclaré M. Shepherd. « Ce que nous avons trouvé nous a stupéfié« .

« Il ne fait aucun doute que la grande majorité de la perte de glace sur Terre est une conséquence directe du réchauffement climatique« , écrivent les chercheurs.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Ces conclusions laissent craindre que la calotte glaciaire du Groenland ait pu dépasser un point de non-retour. Selon les chercheurs, les chutes de neige qui réapprovisionnent les glaciers du pays chaque année ne peuvent plus suivre le rythme de la fonte des glaces, ce qui signifie que la calotte glaciaire du Groenland continuera à perdre de la glace même si les températures mondiales cessent d’augmenter. Il faut se rappeler que la calotte glaciaire du Groenland est la deuxième plus grande masse de glace au monde.

Il pleut au sommet du Groenland

Le phénomène s’est encore accéléré la semaine dernière : la calotte glaciaire du Groenland a subi une importante fonte, la deuxième en deux semaines. Cette fois-ci, la fonte a été accélérée par un visiteur totalement inattendu et indésirable : la pluie.

Sept milliards de tonnes de pluie sont tombées sur le pays la semaine dernière et, pour la première fois dans l’histoire, il a plu au camp du sommet du Groenland, une station de recherche située près du sommet normalement glacial de la calotte glaciaire. Selon le Centre national des données sur la neige et la glace, samedi n’était que la troisième fois au cours de la décennie que les températures dépassaient le point de congélation au sommet du Groenland.

La grande fonte s’est déroulée sur deux jours le week-end dernier. Ces fontes à grande échelle peuvent causer de graves dommages à la calotte glaciaire, même si elles ne durent que quelques jours. L’eau plus foncée peut absorber l’énergie du soleil et faire fondre plus rapidement la glace environnante, déstabilisant ainsi la neige et le névé sous la surface. L’explosion d’eau peut également perturber la dynamique de la calotte glaciaire à plus long terme.

« Pendant les épisodes de fonte, ces processus peuvent se produire dans des parties de la calotte glaciaire qui ne fondent pas habituellement, ce qui rend l’impact plus étendu », a déclaré Lauren Andrews, glaciologue au Bureau de modélisation et d’assimilation mondiales de la NASA, dans une déclaration à l’Observatoire de la Terre de la NASA. « Les rétroactions positives comme celles-ci commencent à faire sentir leurs effets ».

En plus de faire fondre la glace, la pluie crée également des problèmes lorsqu’elle regèle inévitablement. La glace formée par la compression de la neige et du névé est généralement assez blanche et réfléchissante. En revanche, la glace formée par la pluie est relativement lisse et sombre, ce qui signifie qu’elle absorbe davantage les rayons du soleil et qu’elle est plus susceptible de fondre.

La semaine dernière, l’étendue de la glace touchée par la fonte a atteint un pic de 872 000 kilomètres carrés, soit environ la moitié de l’immense calotte glaciaire. Environ deux tiers de la calotte glaciaire ont fondu fin juillet, et ce n’est que la deuxième année où la calotte glaciaire a connu plus d’un épisode de fonte de plus de 800 000 kilomètres carrés. De plus, aucune fonte de cette ampleur n’a jamais été observée aussi tard dans l’année que celle qui vient de frapper la calotte glaciaire.

Cet été est un signe précurseur des horreurs que la crise climatique nous réserve. L’Arctique se réchauffe plus rapidement que n’importe quel autre endroit sur Terre. Des études montrent que la pluie devient beaucoup plus fréquente, et cette tendance va se poursuivre à mesure que la crise climatique s’aggrave. Selon un rapport de 2020, certaines régions arctiques commenceront à voir de la pluie au lieu de la neige pendant n’importe quel mois de l’année, même pendant l’hiver traditionnellement glacial.

Ces dérèglements font payer un lourd tribut aux populations autochtones et aux écosystèmes de la région, mais ils sont également dangereux pour ceux d’entre nous qui vivent loin de l’Arctique. L’important rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié il y a quelques jours montre que la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique provoque une élévation des mers plus rapide que jamais au cours des 3 000 dernières années.

 

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
La moitié des plages du monde menacée de disparition
Article précédent

La moitié des plages du monde menacée de disparition

Dakar, ravagée par les inondations s'attend au pire
Prochain article

Dakar, ravagée par les inondations s'attend au pire

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez378
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print