Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

En juin prochain, ils vont tester comment bloquer le soleil pour réduire le réchauffement climatique
/

En juin prochain, ils vont tester comment bloquer le soleil pour réduire le réchauffement climatique

Commencez

Les scientifiques de Harvard prévoient de lancer un ballon à haute altitude au-dessus de la Laponie en juin prochain, première phase d’une expérience de géoingénierie. Objectif : refroidir la Terre en atténuant, par le lâcher de microparticules, le rayonnement solaire. Les groupes environnementaux suédois s’insurgent contre l’adoption d’une technologie potentiellement « dangereuse, imprévisible et ingérable ».

Un projet de vol scientifique en ballon dans le nord de la Suède suscite la vive opposition de groupes environnementaux qui craignent que cette expérience n’entraîne l’utilisation de la géoingénierie solaire pour refroidir la Terre et combattre la crise climatique en imitant l’effet d’une grande éruption volcanique.

En juin, une équipe de scientifiques de Harvard prévoit en effet de lancer un ballon à haute altitude depuis Kiruna en Laponie pour tester s’il peut transporter l’équipement nécessaire à une future expérience consistant à disséminer des particules réfléchissant les radiations dans l’atmosphère terrestre.

Un comité consultatif indépendant se prononcera sur l’approbation du vol d’essai du ballon le 15 février. Des groupes environnementaux suédois ont écrit au gouvernement et à la Swedish Space Corporation (SSC) pour exprimer leur opposition. Des organisations telles que la Société suédoise pour la conservation de la nature, Greenpeace Suède et les Amis de la Terre Suède ont déclaré que bien que le vol en ballon prévu pour le mois de juin n’implique pas le rejet de particules, il pourrait être le premier pas vers l’adoption d’une technologie potentiellement « dangereuse, imprévisible et ingérable ».

Plan B pour contrôler la température de la Terre

Les aérosols stratosphériques sont un élément clé de la technologie de géoingénierie solaire que certains ont proposé comme plan B pour contrôler la température de la Terre, ans l’hypothèse où la crise climatique rendrait les conditions intolérables et que les gouvernements ne prendraient pas de mesures suffisantes.

Des études ont montré que l’adoption généralisée de la géoingénierie solaire pourrait être peu coûteuse et plus sûre que ce que certains craignent. Mais les critiques soutiennent que les conséquences de son utilisation ne sont pas bien comprises et que les injections d’aérosols stratosphériques (SAI) à grande échelle pourraient endommager la couche d’ozone, provoquer un réchauffement de la stratosphère et perturber les écosystèmes.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Le professeur Frank Keutsch de Harvard, qui dirige le groupe de recherche espérant mener l’expérience SCoPEx – expérience de perturbation contrôlée de la stratosphère – a déclaré qu’il partageait de nombreuses préoccupations des environnementalistes. Il a déclaré que la recherche pourrait aider les scientifiques à mieux comprendre les risques potentiels de la géoingénierie solaire, si les expériences sont autorisées.

Le projet de géo-ingénierie solaire ScoPEx consiste à injecter des particules réfléchissantes dans la stratosphère pour réfléchir les rayons solaires, afin de réduire la chaleur parvenant jusqu’à la surface de Terre. © Keutsch Group

« Le risque de ne pas faire de recherches sur ce sujet est plus grand que le risque de faire ces recherches », affirme Frank Keutsch au Guardian, en proposant de parler aux groupes environnementaux suédois des questions qu’ils ont soulevées. « Je suis vraiment inquiet pour le monde vers lequel nous nous dirigeons. Pour moi, c’est une raison de faire des recherches sur la gestion du rayonnement solaire. Le changement climatique est un problème d’une grande ampleur et qui pourrait avoir un impact profond sur l’humanité. Je pense que nous devrions envisager toutes sortes d’options, car il est peu probable qu’il y ait une solution miracle qui puisse tout régler. Nous devons envisager toutes les options et nous devons faire des recherches sur celles-ci ».

Jusqu’à présent, la technologie en est à un stade théorique. Elle reproduirait l’effet des particules de dioxyde de soufre libérées lors des éruptions volcaniques ; celles-ci s’attardent dans la stratosphère terrestre et reflètent le rayonnement solaire. Les particules provenant de l’éruption du Mont Pinatubo aux Philippines en 1991 ont de cette façon refroidi les températures mondiales d’environ 0,6°C pendant 15 mois.

Les chercheurs de Harvard espèrent que SCoPEx fera progresser les modèles de géoingénierie solaire et améliorera la compréhension des risques et avantages potentiels de cette technologie grâce à des expériences à petite échelle sur des aérosols de carbonate de calcium et d’autres substances à environ 20 km au-dessus de la surface de la Terre.

Les scientifiques ont déclaré qu’ils se conformeraient à la décision du conseil, et le groupe consultatif a déclaré au Guardian que toute expérience impliquant un rejet de particules nécessiterait un examen plus large, y compris un engagement avec la société civile suédoise.

La lettre des groupes environnementaux à Per Bolund, le ministre suédois de l’environnement et du climat, alerte : « Alors que le premier vol stratosphérique proposé à Kiruna a pour but de tester le ballon et l’équipement de la nacelle, le but déclaré du vol est de se préparer à la libération d’aérosols dans la stratosphère plus tard dans l’année. » Ils appellent le gouvernement suédois à s’opposer à l’implication du CSE dans les tests proposés par SCoPEx, « car ils sont fondamentalement incompatibles avec le principe de précaution, en violation des normes internationales, et incompatibles avec le cadre de la politique climatique propre à la Suède ainsi qu’avec sa réputation de leader international en matière de climat ».

Épée de Damoclès sur l’humanité

Raymond Pierrehumbert, physicien de l’Université d’Oxford et spécialiste de la dynamique du climat, a appelé à la création d’un organisme international pour régir les expériences de géoingénierie. Il affirme que l’adoption généralisée de cette technologie serait une « épée de Damoclès » sur l’humanité. « Si nous ne réduisons pas réellement nos émissions de CO2 à presque zéro, en raison de la durée de vie multimillénaire du CO2 dans l’atmosphère, chaque année qui passe, vous aurez plus de CO2, ce qui vous donne une force de réchauffement plus importante qui doit être contrecarrée par une quantité encore plus importante de géoingénierie. ». Il poursuit : « Vous entrez dans cette spirale de la mort, où vous essayez de maintenir la Terre habitable face à un CO2 toujours croissant et vous vous préparez à un risque de catastrophe de plus en plus grand ».

Le projet ScoPEx est cofinancé par le programme Harvard’s Solar Geoengineering Research qui bénéficie du soutien d’une large palette de donateurs dont le fondateur de Microsoft, Bill Gates.

Taquiner la Nature est un jeu risqué

Les projets de géoingénierie suscitent inévitablement la controverse ; leur impact potentiel sur l’environnement et les populations inquiète et soulève des questions d’ordre éthique. Le soleil est, avec l’eau, une source de vie fondamentale. Il rend la Terre suffisamment chaude pour être habitable, il donne aux plantes l’énergie dont elles ont besoin pour la photosynthèse, formant ainsi un élément crucial de la chaîne alimentaire et de la production de l’oxygène nécessaires à la vie sur Terre. Sans la chaleur et la lumière du Soleil, la Terre ne serait qu’une boule de roche glacée, sans vie. Penser que l’humanité puisse contrôler le Soleil, cette force vitale, si tant est qu’elle ait les capacités scientifiques pour le faire, semble bien audacieux.

La nature s’efforce en permanence de maintenir des équilibres délicats et subtils. Les humains ont pris un malin plaisir, en la taquinant avec constance, à les rompre. Le dérèglement climatique avec le cortège d’effets domino qu’il produit en est une illustration quotidienne. Après avoir tout déréglé, nous nous efforçons maintenant d’échafauder des plans pour sauver la planète. Parmi ceux-ci, l’idée de pulvériser des poussières dans l’espace pour réduire la chaleur du soleil ressemble à un plan de dernière extrémité, auquel nous aurions recours quand tout sera perdu, c’est-à-dire quand nous aurons démontré que nous sommes incapables de réduire le réchauffement climatique en modifiant nos modes de vie et corriger notre empreinte carbone. Si nous nous montrons incapables de faire cela, pourquoi notre science et nos techniques seraient-elles suffisamment avancées et matures pour être en mesure de réparer les dégâts que, nous et elles, avons commis ? Cette simple idée ressemble singulièrement à une pathétique fuite en avant.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Membre
loisel.patrice***
7 mois

Il y a peut-être un risque à utiliser cette technique mais compte tenu que visiblement certains grands responsables économiques et politiques n’ont pas pris la mesure de l’urgence de la situation ( ils ont des enfants ces gens là ??), il serait plus risqué pour nous tous, de ne rien expérimenter, pour faire face à une conjoncture qui peut dégénérer rapidement et ainsi avoir un recours même s’il n’est pas idéal, sans inconvénient. Il faut envisager que nous serons peut-être dans un contexte où il faudra choisir le moins pire.

Loi climat : ça va chauffer !
Article précédent

Loi climat : ça va chauffer !

Covid : Hypersurveillance high tech au travail
Prochain article

Covid : Hypersurveillance high tech au travail

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez3K
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print