Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les températures atteignent 48°C dans le cercle Arctique

Les températures atteignent 48°C dans le cercle Arctique

Commencez

Les températures au sol en Sibérie atteignent des sommets pendant la vague de chaleur qui sévit en ce moment dans la région. Des images satellite récemment publiées montrent que la température au sol dans au moins un endroit en Sibérie a dépassé les 48 degrés Celsius au début du jour le plus long de l’année. L’été sibérien est chaud, et ce ne sera certainement pas le dernier.

La température de 48°C a été mesurée au sol à Verkhojansk, en Yakoutie, en Sibérie orientale, par les satellites Copernicus Sentinel de l’Agence spatiale européenne. D’autres températures au sol ont été relevées dans la région, notamment 43 degrés Celsius à Govorovo et 37°C à Saskylah, qui a connu ses températures les plus élevées depuis 1936. Il est important de noter que les températures dont il est question ici sont celles de la surface du sol et non celles de l’air. La température de l’air à Verkhojansk était anormalement chaude : 30 degrés Celsius.

Ces températures font fondre le permafrost — le sol gelé d’antan, qui retient les gaz à effet de serre et sur lequel est construite une grande partie de la Russie orientale. Lorsque le permafrost dégèle, il rejette son méthane dans l’atmosphère. Outre les effets délétères de l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, la fonte du permafrost déstabilise le sol sibérien, ébranlant les fondations des bâtiments et provoquant des glissements de terrain.

LIRE DANS UP' : LIRE DANS UP' :

Bis repetita

Il y a exactement un an jour pour jour, la même région a également connu une vague de chaleur qui a conduit à une température de l’air très peu sibérienne de 38 degrés Celsius. C’était déjà la température la plus élevée jamais enregistrée dans la région.

Dans un nouvel article paru dans Climatic Change, Andrew Ciavarella, du Met Office, et une équipe internationale de climatologues ont montré que la chaleur prolongée en Sibérie aurait été presque impossible sans le changement climatique induit par l’homme. Le réchauffement de la planète a rendu la vague de chaleur au moins 600 fois plus probable qu’en 1900, ont-ils constaté.

Andrew Ciavarella précise qu’en l’absence de changement climatique, un tel événement se produirait moins d’une fois par milliers d’années, « alors que la probabilité est passée à une fois par 130 ans dans le climat actuel». Selon le Met Office, les événements conduisant à la chaleur prolongée de la Sibérie ont commencé l’automne précédent. À la fin de 2019, le dipôle de l’océan Indien — la différence de température à la surface de la mer entre l’ouest et l’est de l’océan Indien — a atteint un niveau record, surchargeant le courant-jet et entraînant une dépression et une chaleur extrême en fin d’hiver sur l’Eurasie. Ce temps anormalement chaud a persisté au printemps et a réduit la couverture de glace et de neige, ce qui a exacerbé les conditions chaudes en augmentant la quantité d’énergie solaire absorbée par la terre et la mer.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Cataloguer le passé, prévoir l’avenir

Les températures élevées qui en ont résulté ont déclenché toute une série de catastrophes. Les plus évidentes ont été les incendies de forêt qui ont brûlé près de 255 000 kilomètres carrés de forêts sibériennes, entraînant le rejet de 56 mégatonnes de dioxyde de carbone en juin. La chaleur a également provoqué des invasions de papillons de nuit mangeurs d’arbres et le dégel du pergélisol, qui a été accusé d’être à l’origine de l’effondrement d’infrastructures et de déversements de carburant, dont une fuite de 150 000 barils de diesel.

Les chercheurs ont comparé le climat avec et sans réchauffement climatique en utilisant une longue série de données d’observation et de simulations climatiques. Ils ont constaté qu’au début du XXe siècle, des périodes extrêmement chaudes similaires en Sibérie auraient été plus fraîches d’au moins 2°C. Le réchauffement planétaire a également rendu beaucoup plus probable le record de température enregistré en juin à Verkhoyansk, avec des températures maximales supérieures d’au moins 1 °C à ce qu’elles auraient été en 1900.

L’équipe s’est également tournée vers l’avenir. Elle a constaté que, d’ici à 2050, ces périodes de chaleur pourraient être de 2,5 °C à 7 °C plus chaudes qu’en 1900 et de 0,5 °C à 5 °C plus chaudes qu’en 2020. « Des événements de l’ampleur de ceux que nous avons observés vont augmenter en fréquence, et il ne serait pas surprenant de voir des événements d’une ampleur encore plus grande », a déclaré M. Ciavarella.

Dim Coumou, climatologue à la Vrije Universiteit Amsterdam, convient qu’un tel événement ne se serait pas produit dans un climat préindustriel. « Avec le réchauffement climatique, les températures estivales se réchauffent et, par conséquent, la probabilité de vagues de chaleur et de périodes chaudes prolongées augmente fortement », a-t-il expliqué, ajoutant que cette tendance est particulièrement prononcée en Sibérie, car les hautes latitudes se réchauffent plus rapidement.

« Outre les problèmes locaux (comme l’impact sur la santé de l’exposition à la chaleur, les incendies de forêt et l’effondrement des structures construites sur le dégel du pergélisol), nous devrions également nous préoccuper de l’impact plus large des épisodes de chaleur en Sibérie », s’inquiète Martin Stendel, climatologue à l’Institut météorologique danois. Le dégel du pergélisol, par exemple, libère dans l’atmosphère des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone et le méthane. « Nous devons être conscients que ces phénomènes peuvent avoir des effets à l’échelle mondiale », martèle-t-il.

Avec Eos

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Déstabilisation de la plateforme Antarctique : l’inquiétude grandit
Article précédent

Déstabilisation de la plateforme Antarctique : l’inquiétude grandit

Nos enfants et petits-enfants pourraient subir des retombées climatiques cataclysmiques
Prochain article

Nos enfants et petits-enfants pourraient subir des retombées climatiques cataclysmiques

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez2K
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print