Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Pouvons-nous être capables « d’empathie climatique » ?
/

Pouvons-nous être capables « d’empathie climatique » ?

Commencez

Loin des yeux du monde, les Malgaches subissent la première famine officiellement due au réchauffement. À Glasgow pour la COP26, leur ministre de l’Environnement tente de faire entendre leur souffrance et de mettre en garde : ailleurs, « d’autres pourraient vivre » la même chose.

La moitié Sud de l’île iconique de l’océan Indien est frappée par une sécheresse inédite depuis 40 ans qui a précipité plus de 1,3 million de Malgaches dans une malnutrition aigüe. Et 30.000 d’entre eux souffrent désormais d’une véritable famine, la première provoquée par le changement climatique dû aux activités humaines, a récemment annoncé le Programme alimentaire mondial.

« La situation est critique et les prévisions en termes de pluviométrie ne sont pas bonnes », insiste la ministre de l’Environnement et du Développement durable Baomiavotse Vahinala Raharinirina lors d’un entretien avec l’AFP. « La désertification, la température de 45°C tout au long de l’année, le manque d’eau, les femmes qui font maintenant 20 km pour aller chercher un bidon d’eau, ça c’est des réalités », poursuit-elle, évoquant la sous-nutrition, les risques de décès, et les maladies provoquées par l’impossibilité pour les habitants de boire suffisamment. « Depuis une dizaine d’années cette famine est là régulièrement, et depuis quatre ans, c’est chaque année et ça s’intensifie ».

Et si la hausse de la température mondiale n’est pas freinée par une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre, « la situation vécue par le grand Sud de Madagascar actuellement va être la situation de trois-quarts du pays d’ici 2080 ou 2100 : ça veut dire plus de 20 millions de personnes qui vont vivre cette situation chaotique ».

Alors la ministre a fait le déplacement à la conférence climat de Glasgow, enchaînant rencontres diplomatiques et interviews avec les médias internationaux pour lancer l’alerte. Pour son pays et pour tous les autres également menacés par la multiplication des impacts dévastateurs du réchauffement. « Il faut prendre leçon des autres, ce qu’on est en train de vivre maintenant, d’autres pourraient le vivre: la désertification, les îles sous l’eau. Une grande partie des territoires du Sud va disparaître, mais même des villes ici dans l’hémisphère nord », met-elle en garde.

« Empathie climatique »

Alors « nous devons prendre des décisions et agir pour éviter ce type de situation à d’autres pays ». « On est là pour ça. Si on a mis en place la COP c’est parce qu’on croit en cette capacité du monde de se réunir et de prendre des décisions intelligentes collectivement », insiste-t-elle, alors que les engagements actuels ne sont toujours pas compatibles avec l’espoir de limiter le réchauffement à +1,5°C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Si Madagascar, comme le reste du monde en développement, n’est pas responsable du changement climatique, elle voit toutefois son pays comme une partie de la « solution », avec ses forêts tropicales, puits naturels de carbone qu’il faut préserver. Grâce à la « solidarité climatique » qu’elle appelle de ses vœux, la ministre espère recevoir le soutien nécessaire « pour préserver ce qui reste, pour reforester, pour restaurer ce qui est abîmé ». Madagascar a longtemps renvoyé l’image de carte postale d’une île paradisiaque, avec ses baobabs, ses plages de rêve et ses lémuriens endémiques : « Nous sommes peut-être la seule génération à pouvoir sauver cette biodiversité unique au monde que nous devons léguer aux générations futures ».

Au-delà d’un soutien financier, Madagascar, sa population et sa biodiversité, sont aussi dépendants du mode de vie des citoyens des pays riches, insiste-t-elle. « L’élévation de température ne pourra être stoppée que s’il y a aussi un changement de mode de consommation et de production dans les pays dits pollueurs. Ce n’est pas qu’une question de financement, c’est aussi une question de comportements, d’habitudes à la fois des entreprises et des citoyens ». Un exemple ? « Les terrasses chauffées en plein hiver »: « ce type de comportements doit être maintenant banni et chacun doit réfléchir à son empreinte carbone ».

Pour elle, tout cela se résume en un mot, « empathie »: « se dire que son propre acte d’achat, de consommation, peut impacter l’autre ». « Il nous faut une empathie climatique, c’est peut-être un terme nouveau mais c’est ce qu’il faut, l’empathie du Nord vers le Sud, et entre citoyens. Et l’empathie ne signifie pas pitié » mais faire en sorte que « l’autre puisse se projeter dans un avenir ».

AFP

Image d’en-tête :  à Ambovombe dans le Grand Sud de Madagascar. Photo Pierrot Men/Exposition « The Challenge of the Deep South »/Amnesty International)

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Exxon veut 100 milliards de dollars pour séquestrer le carbone et continuer à forer en toute tranquillité
Article précédent

Exxon veut 100 milliards de dollars pour séquestrer le carbone et continuer à forer en toute tranquillité

COP26 : Beaucoup de vagues promesses mais tout reste à faire
Prochain article

COP26 : Beaucoup de vagues promesses mais tout reste à faire

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez19
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email