Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Exxon veut 100 milliards de dollars pour séquestrer le carbone et continuer à forer en toute tranquillité
/

Exxon veut 100 milliards de dollars pour séquestrer le carbone et continuer à forer en toute tranquillité

Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir

Commencez

Le géant pétrolier a lancé l’idée d’un énorme centre de capture et de stockage du carbone. Il a juste besoin d’aide pour en payer le prix. Exxon aimerait que vous investissiez dans son projet de captage du carbone de 100 milliards de dollars. Il pourrait alors continuer son extraction de combustibles fossiles de plus belle.

Après avoir passé des décennies à profiter du pétrole et du gaz et à propager le déni climatique, Exxon a juste besoin d’un peu d’argent. Dans une interview accordée à l’Associated Press et publiée la semaine dernière, Joe Blommaert, président d’une division d’Exxon appelée Low Carbon Solutions, a exposé le plan de l’entreprise visant à transformer un couloir industriel de Houston en une plate-forme de 100 milliards de dollars pour la capture et le stockage du carbone. L’entreprise aimerait juste avoir quelques bailleurs de fonds pour le faire.

Le Houston Ship Channel est l’un des couloirs industriels les plus fréquentés des États-Unis. Ce couloir de 80 km abrite également le plus grand groupe de raffineries de pétrole et de gaz du Texas ; il y en a dix dans la seule zone métropolitaine de Houston, qui produisent 2,6 millions de barils de pétrole brut par jour. Toutes ces raffineries, qui comptent Exxon dans leurs rangs, produisent une énorme quantité de dioxyde de carbone. La proposition esquissée par M. Blommaert dans cette interview consisterait à capturer tout ce dioxyde de carbone provenant des installations industrielles et à l’injecter sous terre – probablement, selon l’AP, à des kilomètres sous le Golfe du Mexique.

Le captage et le stockage du carbone (CSC) sont des techniques que le monde va probablement devoir déployer, car il exploite toutes les astuces possibles pour empêcher la planète de brûler. Cependant, c’est aussi la solution climatique préférée de l’industrie pétrolière et gazière pour un certain nombre de raisons – la principale étant l’idée que, si nous pouvions trouver un moyen d’empêcher le dioxyde de carbone de se retrouver dans l’air, tous nos problèmes de combustibles fossiles seraient résolus.

Dans son état actuel, le CSC présente de nombreuses lacunes. La technologie a connu des échecs retentissants (et coûteux) et ne permet pas de traiter d’autres polluants comme le méthane. Certains producteurs de pétrole et de gaz envisagent également d’utiliser tout le carbone capturé pour produire encore plus de combustibles fossiles — tout l’inverse de ce qu’il faut faire urgemment. Si l’on cherche à préserver le climat, tout cela est un peu absurde. Plutôt que de déployer davantage de technologies pour traiter les émissions des infrastructures polluantes, il semble plus judicieux de se concentrer sur la construction de nouvelles infrastructures propres qui ne crachent pas de gaz à effet de serre.

Mais la saine logique climatique n’empêchera pas Exxon de vanter la technologie qu’elle a décidé de préférer aux énergies renouvelables. « Ce qui est important à mes yeux, c’est cette collaboration de l’ensemble de l’industrie, de l’ensemble du gouvernement et de l’ensemble de la société », a déclaré M. Blommaert à l’AP au sujet du projet proposé. « Et il s’agit en fait de s’attaquer au changement climatique, qui est techniquement un problème très compliqué. Il a besoin de toutes les solutions, et ce n’est pas l’une ou l’autre. »

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Malgré les revers du CSC, il reste le chouchou des technofuturistes riches et puissants, et le gouvernement fédéral a également débloqué de nombreux fonds pour relancer l’industrie. Exxon, semble-t-il, est impatient de recevoir une partie de cet argent qui circule. Il dit en avoir besoin, alors que la valeur du groupe s’élève à plusieurs centaines de milliards de dollars. Lorsque l’AP a demandé combien d’argent Exxon était prêt à débourser pour cette nouvelle vision transformatrice de Houston, M. Blommaert a refusé de « citer un chiffre spécifique » mais a assuré à l’AP que « la clé est que la politique visant à attirer les investissements publics et privés pour soutenir cela soit mise en place. Et c’est pourquoi nous parlons de la valeur du carbone, qui est essentielle. »

Selon le site Gizmodo, certains indices sur le montant qu’Exxon pourrait dépenser dans ce pays des merveilles qu’est le CSC sont apparus cette semaine dans les documents financiers de la société – où, pour la première fois, la société a admis que certains de ses actifs pouvaient être menacés par le changement climatique. Dans ces documents, qui ont été publiés sous l’égide des nouveaux membres du conseil d’administration mis en place après une révolte des actionnaires en mai, Exxon a déclaré qu’elle prévoyait de consacrer 15 milliards de dollars au total au cours des cinq prochaines années à des initiatives visant à réduire les émissions. C’est beaucoup d’argent mais c’est loin de couvrir le rêve de CCS d’Exxon à Houston.

Vers la fin de l’interview, le journaliste a demandé à M. Blommaert pourquoi, si Exxon se soucie tant du changement climatique, le groupe n’arrête tout simplement pas de produire autant de pétrole et de gaz (excellente question). M. Blommaert a répondu que le monde « aura toujours besoin de sources d’énergie provenant de combustibles fossiles » et que le CSC « peut répondre aux besoins énergétiques du monde tout en réduisant les émissions, et ce au coût le plus bas possible pour la société ».

La lecture de cette interview est un exercice très instructif pour se familiariser avec les mots à la mode de Big Oil. Parler de la « valeur du carbone » est une tactique habile destinée à créer une association plus positive et moins sinistre avec le dioxyde de carbone. La réponse de Blommaert concernant le besoin d' »énergie » de la « vie moderne » est directement tirée de groupes négationnistes comme la Texas Public Policy Foundation. Même le titre du poste de Blommaert n’est guère plus qu’un mot à la mode : « faible teneur en carbone » est en fait une expression vide de sens que les compagnies pétrolières ont commencé à utiliser pour convaincre le public qu’elles font quelque chose pour lutter contre le changement climatique, alors que ce dont nous avons vraiment besoin, c’est de ne pas avoir de carbone.

On pourrait penser que l’un des plus grands émetteurs historiques du monde aurait un peu plus d’humilité et de retenue lorsqu’il demande l’aumône pour une technologie non éprouvée, mais on peut toujours espérer.

Source AP, Gizmodo Earther

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L’Amazonie proche du point de bascule
Article précédent

L’Amazonie proche du point de bascule

Pouvons-nous être capables « d’empathie climatique » ?
Prochain article

Pouvons-nous être capables « d’empathie climatique » ?

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez25
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email