Déjà inscrit ou abonné ?
Je me connecte

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

pollution air

La pollution atmosphérique altèrerait significativement l’intelligence

Selon des recherches menées en Chine et portant sur de larges échantillons de population, la pollution de l’air entraîne une « énorme » réduction de l’intelligence. Les conclusions de cette étude révèlent que les dommages causés à la société par l’air toxique sont beaucoup plus profonds que les impacts bien connus sur la santé physique.
 
Cette recherche, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences, a été menée en Chine, mais elle est pertinente dans le monde entier. Pour mémoire, rappelons que 95 % de la population de la planète respire un air insalubre. Tout le monde est donc concerné.
 
La principale conclusion de cette vaste étude est de démontrer que des niveaux de pollution élevés entraînaient des baisses significatives des résultats aux tests de langue et d’arithmétique, avec un impact moyen équivalent à la perte d’une année d’éducation de la personne.
« L’air pollué peut amener tout le monde à réduire son niveau d’éducation d’un an, ce qui est énorme », a déclaré Xi Chen de la Yale School of Public Health aux États-Unis, membre de l’équipe de recherche. « Mais nous savons que l’effet est pire pour les personnes âgées, en particulier celles qui ont plus de 64 ans, et pour les hommes, et pour ceux qui ont un faible niveau d’éducation. Si nous calculons [la perte] pour ces personnes, cela pourrait être quelques années d’éducation ».
 

Tests cognitifs

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont fait subir des tests de langage et de calcul à un échantillon de 20 000 personnes réparties dans tout le pays. Les tests se sont déroulés pendant quatre ans, de 2010 à 2014. Les scientifiques ont ensuite comparé les résultats des tests avec des enregistrements de la pollution par le dioxyde d’azote et le dioxyde de soufre.
Ils ont constaté que plus longtemps les gens étaient exposés à un air pollué, plus les dommages causés à l’intelligence sont importants ; la capacité linguistique étant plus atteinte que la capacité mathématique et les hommes plus impactés que les femmes. Les chercheurs estiment que cette différence peut résulter de la façon dont les cerveaux masculin et féminin fonctionnent.
 
Pour le Dr Derrick Ho de l’Université polytechnique de Hong Kong, l’impact de la pollution de l’air sur la cognition est avéré. Selon lui, une forte pollution atmosphérique peut entraîner un stress oxydatif, une neuroinflammation et une neurodégénérescence. La corrélation observée entre niveau de pollution et perte de capacités cognitives n’est pas liée, pour les chercheurs, à des différences génétiques entre les individus ou à un déclin progressif normal au fil des années. Les chercheurs ont corrigé ces biais dans leur étude et concluent que la pollution atmosphérique a un impact direct sur les capacités cognitives des individus.
 

Un enjeu de santé publique mondiale

Pour eux, il s‘agit d’un véritable enjeu de santé publique. « Il n’y a pas de raccourci pour résoudre ce problème, affirme le Dr Chen. Les gouvernements doivent vraiment prendre des mesures concrètes pour réduire la pollution atmosphérique. Cela peut profiter au capital humain, qui est l’un des principaux moteurs de la croissance économique ». En Chine, la pollution atmosphérique diminue mais reste trois fois supérieure aux limites de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
La question de la pollution atmosphérique touche l’ensemble de la planète. Plus de neuf habitants de la planète sur dix respirent un air pollué. C’est ce qu’affirmaient les conclusions du rapport annuel sur l’état de l’air dans le monde publié en avril dernier par l’institut américain HEI (Health effects institute). L’exposition prolongée à cet air pollué a entraîné plus de six millions de morts pour la seule année 2016, partout sur la planète.
Selon les chercheurs chinois qui ont mené l’étude, les dommages causés à l’intelligence seront probablement incrémentaux : une augmentation de la pollution de 1 mg sur trois ans équivaudrait à la perte de plus d’un mois d’éducation. Les particules fines de pollution étant connues pour être, à cet égard, particulièrement dommageables. Selon une étude menée par Santé Publique France en juin 2017, pour la seule année 2016, pas moins de 48 000 décès ont été causés par les particules fines en France, soit 9% de la mortalité nationale. Des chercheurs britanniques de l’Université de Lancaster avaient retrouvé des nanoparticules toxiques liées à la pollution de l’air « en quantité abondante » dans les tissus du cerveau. Selon eux, cette découverte serait en lien direct avec le développement de la maladie d’Alzheimer qui touche des dizaines de millions de personnes dans le monde.
La nouvelle étude qui met en lien pollution atmosphérique et dégradation de l’intelligence et des fonctions cognitives s’ajoute à la masse de données inquiétantes accumulées sur la toxicité de l’air pollué. Tout le monde connaît les causes de cette pollution atmosphérique. Quels que soient les pays, elle est liée au trafic automobile, à la combustion d’énergies fossiles et à l’industrialisation sauvage. Les politiques actuelles ne sont pas à la hauteur du défi. Les taux de pollution atmosphérique admis par l’OMS sont dépassés dans la plupart des pays en développement et flirtent avec les limites dans de nombreux États occidentaux. La France n’est pas mieux lotie que d’autres régions du monde : selon l’OMS, le taux de particules fines dans l’air ne devrait pas dépasser 10 microgrammes par mètre cube d’air, or dans notre pays, il ne parvient pas à décrocher, depuis quinze ans, de la barre des 12 mg.
 
 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

L’Union européenne prend le relais de la France pour lutter contre les déchets plastiques

Prochain article

Substances chimiques : identifier leurs dangers potentiels n'est pas si simple

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print