réduction déchets
/

Semaine Européenne de la Réduction des Déchets : 5 graphiques pour comprendre cet enjeu

Commencez
Depuis le 21 novembre et jusqu’au 29 se tient la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (SERD), consacrée à la prévention des déchets, visant à promouvoir la mise en oeuvre d’actions de sensibilisation à la gestion durable des ressources et des déchets durant une même semaine. Les actions mises en oeuvre pendant la SERD portent sur les “3R”: Réduire les déchets, Réutiliser (ou réemployer) les produits, Recycler les matériaux. Les “3R” représentent les options qui devraient être considérées en premier lors de l’élaboration d’une stratégie de gestion des déchetsÀ cette occasion, open_resource propose cinq graphiques pour comprendre le poids de nos déchets, leur évolution, et les perspectives de valorisation et de réduction.
 
Créée en France en 2006, puis étendue à l’échelle européenne en 2009, la SERD vise chaque année à sensibiliser à la nécessité de mettre en place des solutions de gestion durable des ressources et des déchets. Particuliers, associations, entreprises, collectivités sont invités à partager leurs solutions et initiatives illustrant l’objectif dit des « 3R » : Réduire les déchets, Réutiliser (ou réemployer) les produits, Recycler les matériaux.
La réduction des déchets s’inscrit ainsi, en complément du recyclage et de la valorisation, dans l’objectif global d’accroître l’efficacité des ressources et de basculer dans une économie circulaire. open_resource s’intéresse aux déchets des ménages et fait le point en cinq graphiques sur cet enjeu au niveau européen.
 
1. Quelle part représentent les déchets des ménages dans le volume global des déchets en Europe ?
 
 
Ce premier graphique fait apparaître la répartition de la production de déchet par activités au sein de l’Union Européenne. Les ménages représentent près d’un dixième (8,5 %) des déchets produits, soit une part non négligeable. Sur un volume total estimé en 2012 à 2,5 milliards de tonnes, le secteur de la démolition et de la construction, les industries extractives et manufacturières apparaissent comme les principales activités génératrices de déchets.
2. Le volume de déchets produit par les ménages a-t-il augmenté ou diminué ? 
 
 
Entre 2004 et 2012, la production globale de déchets par les ménages est restée stable.
Les activités économiques génératrices de déchets ont connu elles des évolutions différentes sur cette même période : si par exemple, les déchets produits par l’industrie manufacturière ont reculé de 26 % au cours de la même période, le volume de déchets générés par le secteur de la construction a progressé rapidement (+45 %).
 
3. Comment se répartit la production de déchets ménagers en Europe ?
 
 
 
En moyenne, un habitant de l’Union Européenne a produit 481 kg de déchets ménagers ou assimilés en 2013. Ce volume varie considérablement d’un pays à l’autre : de 747 kg par habitant au Danemark à 272 kg en Roumanie! Ces variations s’expliquent par les tendances de consommation et l’activité économique dans les différents pays, mais aussi par l’efficacité du mode de collecte : ne sont en effet mesurés que les déchets collectés.
Dans la grande majorité des pays, le volume de déchets a été stable entre 2003 et 2013, à l’exception de certains pays ayant connu une baisse importante tels que l’Irlande, le Royaume-Uni, l’Espagne ou encore la Bulgarie.
 
4. De quoi se composent les déchets des ménages ? L’exemple des Français
 
 
Selon des données de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) datant de 2007, la composition globale des déchets ménagers a peu changé entre 1993 et 2007 en France. Les poubelles des Français contiennent principalement des déchets putrescibles (32,2 %), des papiers/cartons (21,5 %), du verre (12,7 %), des plastiques (11,2 %), et des textiles (10,6 %, dont les textiles sanitaires).
 
5. Comment sont traités ces déchets aujourd’hui en Europe ?
 
 
 
Les déchets des ménages peuvent être recyclés dans leur grande majorité, pour limiter l’impact sur l’environnement et produire des matières premières secondaires. En 2013, sur 481 kg de déchets produits en moyenne par habitant, 470 kg ont été traités, selon la répartition suivante : 31 % ont été mis en décharge, 28 % ont été recyclés, 26 % incinérés et 15 % compostés. Eurostat distingue en effet parmi les principaux modes de traitement : le recyclage, l’incinération, le compostage et la mise en décharge. Les données étudiées ne permettent toutefois pas de prendre en compte la part de valorisation énergétique issue de l’incinération. Le taux de mise en décharge au sein de l’Union Européenne est passé de 64% en 1995 à 31% en 2013, témoignant d’un progrès considérable en matière de valorisation des déchets.
« La proportion de déchets municipaux recyclés ou compostés dans l’Union européenne a connu une progression constante au cours de la période considérée, passant de 18% en 1995 à 43% en 2013 », signale Eurostat. Dans certains pays, le taux de recyclage est toutefois encore loin de l’objectif fixé par l’Europe à 50 % pour les déchets ménagers.
 
Ces graphiques ont été réalisés à partir des données diffusées par l’organe de statistiques européens : Eurostat.
 

Plus de statistiques relatives aux déchets 

Plus d’informations sur la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets et l’ensemble des actions menées en Europe

 
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
biocarburant
Article précédent

Les algues dans la course aux biocarburants du futur

roundup
Prochain article

Du Roundup dans nos assiettes : oui ou non ?

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print