Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Comment élever des enfants résistants à la crise climatique ?

Comment élever des enfants résistants à la crise climatique ?

Commencez

Covering Climate NowCet article a été publié à l’origine dans Yes! et est republié ici dans le cadre de Covering Climate Now, une collaboration journalistique mondiale visant à renforcer la couverture de la crise climatique, dont UP’ Magazine est membre.


 

Les catastrophes liées au climat sont en augmentation, et les émissions de carbone s’envolent. Les parents sont aujourd’hui confrontés au défi sans précédent d’élever des enfants préparés d’une manière ou d’une autre à une urgence planétaire qui pourrait durer toute leur vie. Peu de guides sont disponibles pour cette situation, mais les experts ont des conseils à donner, parfois de simple bon sens. Face au changement climatique, les enfants ont besoin d’un stress positif ainsi que de compassion pour maintenir leur santé mentale et éclairer leurs réactions.

Tout d’abord, considérez qu’un enfant né aujourd’hui entre dans un monde de plus en plus chaud, où les récents événements climatiques extrêmes ont déplacé des dizaines de millions de personnes. Les scientifiques affirment que ces déplacements pourraient atteindre des centaines de millions de personnes dans les années à venir, car la fonte rapide des glaciers en cours fait monter le niveau des mers. Les migrations qui en résulteront déclencheront probablement des conflits, la faim et l’instabilité politique. Comme nous le voyons déjà chez les enfants pressés contre la frontière entre les États-Unis et le Mexique, dont beaucoup fuient la sécheresse en Amérique centrale, les migrations pourraient également entraîner un durcissement des frontières et des pulsions xénophobes ou racistes. Tout cela amène les analystes militaires à qualifier le changement climatique de « multiplicateur de menaces » susceptible d’exacerber les problèmes sociaux existants.

Aujourd’hui, les parents doivent préparer leurs enfants aux conséquences physiques directes du changement climatique et aux crises humanitaires qu’elles déclencheront et qui pourraient être aggravées par les comportements humains. Que les enfants vivent les événements personnellement ou dans le contexte de l’actualité mondiale, les experts affirment que les enfants auront besoin de bases solides en matière de résilience, de pensée positive, de compassion et d’autres compétences pour maintenir leur santé mentale et orienter leurs réactions.

Les parents doivent y réfléchir

« C’est beaucoup pour les parents », déclare Tracey Wiese, une spécialiste dans la médecine familiale et la santé mentale psychiatrique établie en Alaska. Alors que le réchauffement apporte des changements transformateurs dans son pays, en Alaska, bouleversant les paysages, les normes culturelles et les ressources nutritionnelles, Tracey Wiese constate une anxiété croissante chez les parents.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« J’en entends parler chaque semaine maintenant », dit-elle depuis son bureau à Anchorage. « Les parents s’inquiètent de choses existentielles, comme l’eau propre, une planète vivable pour leurs enfants, et même des événements environnementaux catastrophiques ».

Selon elle, les parents peuvent utiliser toute une série de stratégies pour aider leurs enfants, mais les enfants ont d’abord besoin d’une relation de soutien avec des médecins ou des thérapeutes. « Ce lien est essentiel pour aider les enfants à développer des compétences telles que la résilience », dit-elle.

Stress positif et réseaux de soutien solides

Tracey Wiese définit la résilience comme la capacité à gérer le stress et à s’adapter au changement. Ses propos sont étayés par un rapport de l’American Psychological Association de 2017 sur les effets du changement climatique sur la santé mentale, qui met également l’accent sur le soutien des soignants et la valeur de la résilience. Pour les parents, les auteurs du rapport recommandent de cultiver la croyance dans la résilience de l’enfant, de favoriser l’optimisme et d’apprendre aux enfants à contrôler leurs réactions émotionnelles au changement. Selon le rapport, le changement climatique confère une importance particulière à ces principes communs de l’éducation moderne des enfants.

Les psychologues décrivent également la valeur du « stress positif« , qui peut inclure la prise de parole en public, la création de nouveaux amis et d’autres expériences qui peuvent brièvement augmenter le rythme cardiaque mais qui aident les jeunes esprits à s’adapter au changement. Les parents qui apportent leur soutien dans ces expériences de vie normales aident les enfants à développer leur résilience. « Les parents doivent également donner l’exemple de réactions positives et appropriées au stress », explique Tracey Wiese.

Des réseaux de soutien social solides donnent aux enfants une meilleure base pour la résilience

Comme pour beaucoup de choses, ce qui se passe le plus tôt dans la vie compte le plus, mais les adolescents et même les adultes peuvent encore améliorer leur résilience. L’APA propose un guide en ligne avec des stratégies adaptées à l’âge des parents.

En revanche, le stress lié à la pauvreté, à la malnutrition, à la violence ou aux abus peut affaiblir la résilience d’un enfant, agissant comme un « multiplicateur de menaces » à part entière pour les enfants nés à l’ère du changement climatique. Dans de tels cas, le climat peut aggraver le stress existant, augmentant potentiellement les risques d’abus de substances, d’anxiété ou de dépression, selon les auteurs du rapport de l’APA.
En particulier lorsque le soutien des soignants fait défaut, les entraîneurs, les enseignants et autres mentors peuvent aider les jeunes à gérer ces facteurs de stress négatifs. C’est un rappel que des communautés entières, et pas seulement les parents, auront un rôle à jouer dans l’éducation d’enfants résistants au climat.

Cette approche communautaire est un facteur important selon Susan Clayton, psychologue au Wooster College dans l’Ohio et co-éditrice d’un rapport qui résume la recherche psychologique liée au changement climatique.
« De solides réseaux de soutien social donnent aux enfants une meilleure base pour leur résilience », explique la psychologue. Elle cite les enseignants, les clubs et les communautés religieuses comme de bons exemples de réseaux sociaux qui deviennent des « sources de sens » pour les enfants.

Connexion à l’extérieur

Il est également essentiel de connecter les jeunes au plein air lorsqu’il s’agit de changement climatique. Les recherches montrent que le temps passé à l’extérieur, en particulier à un jeune âge, peut réduire le stress et l’anxiété des enfants, tout en renforçant la confiance, l’imagination et la santé physique. Autant de caractéristiques qui aideront les adultes de demain à s’adapter à un monde en mutation.

« L’éducation [et] la thérapie fondées sur la nature sont de véritables sources de force et de résilience pour les jeunes »

Mais tout le monde ne grandit pas en ayant accès à la nature et au plein air, et le changement climatique, comme la croissance démographique, entraînent une augmentation des déplacements vers les zones urbaines dans le monde entier.

L’éducation en milieu naturel est également bénéfique pour les enfants plus âgés et peut susciter un intérêt pour les sciences et d’autres domaines qui seront cruciaux dans les décennies à venir.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Heureusement, l’inquiétude concernant le temps que les enfants passent sur leur téléphone et à leur ordinateur n’a pas manqué de susciter un regain d’intérêt pour l’éducation en milieu naturel. Les parents et les enseignants peuvent aujourd’hui accéder à un réseau croissant de programmes testés, comme le Programme d’éducation au développement durable (EDD) du ministère français de l’éducation. À la pointe du mouvement, on trouve un nombre en constante augmentation d’écoles maternelles et de jardins d’enfants axés sur le plein air qui offrent des expériences formatrices en milieu naturel, y compris dans les zones urbaines. [NDLR : Une journée internationale de l’école de plein air aura lieu le 21 mai prochain, impliquant de nombreuses écoles françaises.]

Les partisans de ce mouvement affirment que l’éducation fondée sur la nature est également bénéfique pour les enfants plus âgés car les gens élaborent des solutions aux problèmes liés au climat. De tels programmes peuvent orienter les adolescents vers des carrières prometteuses. Mais à court terme, l’apprentissage des sciences et de la nature peut insuffler de l’optimisme face aux nouvelles décourageantes sur le climat.

Discuter et modéliser les solutions

Mais qu’en est-il des actions quotidiennes à la maison ? Les experts s’accordent à dire qu’il est également important de discuter du changement climatique et de modéliser des comportements qui reflètent des solutions climatiques. Les discussions doivent être adaptées à l’âge des enfants afin de les protéger contre le stress et l’anxiété inutiles. Mais le fait d’adopter des comportements favorables au climat, tels que les économies d’énergie et l’évitement des plastiques à usage unique, a de la valeur à tout âge. Selon Tracey Wiese, cela montre aux enfants que les parents s’engagent à essayer d’améliorer le monde, et cela favorise la résilience en canalisant l’énergie vers des actions concrètes.

Mary DeMocker, auteur du Guide des parents pour la révolution climatique, partage cet avis. Mère de deux jeunes adultes, elle a passé plus de deux décennies à élever ses enfants en gardant à l’esprit le changement climatique, et elle croit qu’il faut donner aux jeunes les moyens de créer des solutions.

« Tout ce qui donne aux enfants le sens de l’action est important », dit-elle. « Peut-être aident-ils à monter le plan d’urgence ou le kit d’évacuation de la famille. Pour les enfants plus âgés, cela peut signifier écrire des lettres aux élus politiques ». Apprendre aux enfants à réfléchir de manière critique sur la question climatique, les aide à éviter le désespoir et leur donne au contraire le pouvoir de créer le changement.

« Le changement climatique est la chose la plus importante qui va affecter l’avenir des enfants qui doivent connaître les aspects scientifiques et les causes, mais aussi les solutions. Et il doit être enseigné sans les contraintes des intérêts politiques »

Le livre de Mary DeMocker contient une centaine de courts chapitres orientés vers l’action, avec des idées sur des modes de vie plus écologiques, la mise en place de programmes de plein air pour les enfants et la promotion de solutions à la crise climatique. Elle est attentive à la science du changement climatique et au besoin urgent d’une transition rapide vers l’énergie propre. Elle est convaincue que les enfants qui grandissent aujourd’hui doivent se sentir capables de créer le changement. En plus de réseaux de soutien solides, de temps passé à l’extérieur et d’habitudes de pensée positives, elle affirme que l’autonomisation vient de bases solides, tant dans le domaine de l’éducation civique que dans celui de la science du climat. « J’encourage les adultes à promouvoir l’éducation climatique dans les écoles », dit-elle.

Selon M. DeMocker, il ne faut pas dire aux jeunes « que penser du climat, mais comment y penser ». Elle pense qu’apprendre aux enfants à réfléchir de manière critique sur la question, y compris en termes géopolitiques, les aide à éviter le désespoir et leur donne au contraire les moyens de créer le changement. Une formation en éducation civique et à la démocratie permet ensuite aux enfants d’apprendre comment le changement peut se produire.

Encourager la compassion

La compassion est également un thème important dans le travail de DeMocker. Selon elle, c’est une réponse émotionnelle importante que les parents peuvent exercer en écoutant les craintes d’un enfant face au changement climatique, qui peuvent inclure des inquiétudes sur la faune, les catastrophes naturelles ou le bien-être des amis, de la famille et même des animaux domestiques.

En Alaska, Tracey Wiese constate également l’importance de la compassion. Selon elle, les parents encouragent la compassion lorsqu’ils offrent aux enfants un lieu émotionnel sûr où ils peuvent exprimer leurs sentiments et où ceux-ci sont respectés. Pour les enfants plus jeunes, elle voit également l’intérêt des jeux basés sur la compassion.

L’exercice de la compassion est un modèle de comportement dont les jeunes auront besoin à l’avenir également, lorsqu’ils émergeront en tant qu’adultes dans un monde en pleine mutation physique et sociétale. Les experts mondiaux prévoient que les personnes à faibles et moyens revenus, et en particulier les enfants, subiront les effets des phénomènes météorologiques extrêmes, des pénuries alimentaires et d’autres événements liés au climat. Les adultes de demain devront connaître la valeur de la compassion pour promouvoir des réponses qui soulagent la souffrance, favorisent la justice sociale et décarbonent l’économie. Cela permet de lutter contre l’intolérance, le nationalisme et d’autres réactions négatives qui peuvent aggraver la souffrance et les troubles civils. La pratique de la compassion comporte également des bénéfices pour la santé mentale qui peuvent aider les adultes de demain à surmonter les perturbations climatiques qu’ils connaîtront.

Comme le changement climatique lui-même, la perspective d’élever des enfants sur une planète en réchauffement est angoissante. Lorsque cette angoisse devient écrasante, explique Tracey Wiese, les parents doivent se concentrer sur ce qu’ils peuvent contrôler : prendre soin de soi. Offrir aux enfants la sécurité et le soutien nécessaires. Enseigner la résilience et la compassion. Et donner l’exemple de choix sains pour la planète qui permettent aux enfants de se détourner de l’anxiété et de se tourner vers des solutions.

Tim Lydon est membre fondateur de la Prince William Sound Stewardship Foundation. Ses articles ont notamment été publiés dans Hakai Magazine, The Revelator, The Hill, Terrain.org.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Main-basse des grands groupes sur l'université

Prochain article

La question des « Instits' »

Derniers articles de Education et savoirs

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
297 Partages
Partagez297
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print