Mobilité - Transports et éco-mobilité

Les voitures autonomes vont devenir des data centers mobiles qui rapporteront gros

voiture connectée
Chaque seconde, 29.000 Gigaoctets (Go) d'informations sont publiées dans le monde, soit 2,5 trillions d'octets de données chaque jour et 88% de ces données disponibles ne sont pas analysées. Dans cet écosystème " datavore ", les données générées par les voitures connectées vont devenir un marché énorme à analyser et à monétiser.
 
La digitalisation de l'économie a ouvert la voie à une collecte de données sans précédent dont se sont saisis de nombreux acteurs comme Elon Musk ou les Gafa qui se sont positionnés sur le marché de la voiture du futur. En la matière, les Etats-Unis ont une longueur d'avance sur l'Europe. Ce marché prometteur pourrait d'ailleurs atteindre 750 milliards de dollars en 2030. En France, il devrait croître de 63,6% par an en moyenne pour atteindre 2,489 milliards d'euros en 2021. Très récemment, le constructeur américain Ford a investi 1 milliard de dollars dans une startup d'intelligence artificielle pour avancer en matière de conduite autonome. Quelques exemples parmi d'autres qui reflètent bien les énormes enjeux liés à l'exploitation et l'analyse de ces données.
 
En effet, ces véhicules de demain seront bardés de capteurs, automatisés et connectés au cloud. Nécessaires pour des fonctionnalités d'assistance à la conduite comme le pilotage automatique, ces capteurs sont aussi de précieux aspirateurs à données. Celles-ci seront d'ordre comportementales afin d'améliorer le confort et le bien-être du conducteur mais aussi techniques pour faciliter le bon fonctionnement du véhicule avec son environnement. Elles vont d'ailleurs revêtir à la fois un caractère public et privé qui dépasseront les considérations proprement automobiles. La voiture connectée est un nouveau point de contact au service d'une expérience client de plus en plus personnalisée. En conséquence, porteuses de nouvelles exigences en termes de traçabilité, d'assurance et de sécurité, condition sinequanone pour se prémunir de cyber-attaques.
 
Par exemple, si vous êtes impliqué dans un accident de voiture, différentes entités pourraient souhaiter ou exiger l'accès aux données de votre voiture. Un juge ou une compagnie d'assurance pourrait en avoir besoin pour déterminer la responsabilité, alors qu'un fabricant d'automobiles pourrait souhaiter optimiser les performances des freins ou d'autres systèmes mécaniques. Les données qui ont conscience d'elles-mêmes peuvent être balisées afin de contrôler qui en voit quelle partie et quand, sans délai supplémentaire ni intervention humaine potentiellement sujette à erreurs, pour subdiviser, approuver et diffuser ces données précieuses.
 

De l'art de monétiser les données des voitures connectées

 
Une voiture d'essai autonome crée entre 5 et 50 téraoctets par jour soit une valeur commerciale génératrice d'opportunités notamment via :
● La monétisation directe des données qui implique leur traitement comme un atout et la création de nouvelles sources de revenus. Cela peut se matérialiser par le fait d'offrir une API donnant un accès à l'analyse des données ou la vente de licences aux grossistes, détaillants ou courtiers pour accéder aux données brutes.
● La monétisation indirecte des données permettra quant à elle d'utiliser des informations pour améliorer les opérations et les services métier afin de connaître l'impact exact que les données peuvent avoir sur les opérations commerciales.
 
 
L'analyse des données est aussi le principal vecteur d'amélioration des "Smart city" pour permettre d'améliorer la qualité de vie des citoyens et de rendre leurs villes plus durables. L'obtention d'informations via des algorithmes permet une administration et une régulation des ressources en temps réel qui permettra d'asseoir une mobilité à la fois innovante et durable. Les acteurs de la mobilité et des smart cities doivent donc travailler de concert afin de créer des solutions efficaces qui permettront de garantir un impact positif sur le trafic autoroutier, la sécurité routière, la conception des véhicules ou encore l'environnement, tout en mettant en place des services à forte valeur ajoutée pour les consommateurs. D'ailleurs, la question inhérente à la gestion des données générées par les voitures connectées est complexe et n'est pas encore totalement régulée. La législation devra se prononcer sur cet aspect de " propriété de la donnée " notamment au regard du RGPD en vigueur à partir du 25 mai prochain qui a pour but d'encadrer la gestion des données personnelles. La vigilance est de mise afin qu'elles ne soient pas partagées avec n'importe qui, ni ne puissent être piratées.
 
Gérer cette " interconnectivité " implique une collaboration accrue et une logique collaborative entre des acteurs publics et privés tels que : les sociétés de gestion de données dans le cloud (hybride), les constructeurs automobiles, les acteurs des télécoms, le gouvernement et les collectivités.
 
La connectivité automobile ne fonctionnera que si la collecte, l'accessibilité et l'analyse des données sont gérées et pensées correctement, sous-tendues par des technologies adéquates pour gérer le stockage des données, suffisamment évolutives pour accompagner le développement de nouvelles fonctionnalités et la croissance du marché de l'IoT (35 milliards d'objets en 2030).
 
Mathias Robichon, Directeur Technique NetApp France
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
La fin de la vie privée ?

Le scandale Cambridge Analytica a fait découvrir à des utilisateurs ahuris que Facebook collecte et partage bien au-delà du nécessaire, les petits secrets de nos vies numériques. Répondant à l’appel...