Safra’Numériques : art et innovations sont de retour à Amiens

Danseurs, musiciens, plasticiens, éclairagistes, scénographes, chercheurs, makers et beatmakers, les artistes et collectifs élargissent leurs champs d’investigation, à la croisée des disciplines pour la 5e édition du Festival Safra’Numériques – Festival des arts numériques et Nouvelles technologies : intelligence artificielle, mapping, installations plasticiennes, spectacles live, robotique, …

Les Safra’Numériques fêtent cette année leur 5 ans : 5 ans de surprises artistiques et un public toujours plus nombreux (13 000 festivaliers en 2019) et d’une rare diversité, pour explorer les formes toujours changeantes de l’art digital. Pendant 5 jours, les artistes investiront les 4500 m2 du Safran, son parvis, le quartier nord, mais aussi une commune proche d’Amiens. Le festival tisse chaque année davantage le territoire et noue des partenariats avec d’autres structures de la ville pour réduire la fracture numérique, faire venir des publics éloignés, favoriser l’inclusion, etc.

Avec 54 propositions destinées aux enfants, aux adolescents et aux adultes, la programmation invite le public à dépasser les frontières de l’art pour explorer physiquement le rapport entre le virtuel et la réalité, décrypter le monde d’aujourd’hui mais surtout expérimenter des perspectives « augmentées » pour le monde de demain à travers les ateliers proposés (VR multisensationnelle, print pen, impression 3D, etc.).
Les artistes, parfois très jeunes, explorent avec le public, une ère qui augmente les capacités du vivant, où l’homme fait corps avec la machine, où la conscience environnementale s’aiguise. A travers leurs œuvres et les ateliers qu’ils proposent, ils nous invitent à aller au-delà des écrans pour nous engager In Real Life dans les mutations en cours.

Cette 5ème édition se déroulera du 17 au 21 mars au Safran, scène conventionnée à Amiens de 4500 m². A noter, une extension dans l’espace public avec les installations de TILT et les projections du Kolektif Alambik, ainsi que la venue d’Hiroaki Umeda, chorégraphe star et artiste multidisciplinaire, figure de proue de la scène artistique d’avant-garde japonaise.

Programmation 2020 : tous les sens en alerte !

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Je m’abonne →

Laissez-vous immerger dans les spectacles hypnotiques du chorégraphe japonais Hiroaki Umeda : Accumulated Layout, dans lequel l’artiste compose avec la lumière et sculpte l’espace ; Intensional Particle, tableau mouvant qui rend visible les flux de force cinétique du corps humain. Le chorégraphe se retrouve tour à tour en apesanteur dans des paysages ondulants, cerné de flammes métalliques ou encore transpercé de raies de lumière.

Admirez la vibration des Papyrus et les jeux d’ombres de leurs feuilles, créées par les concepteurs de lumière TILT.

Laissez-vous surprendre par les images distillées sur un immeuble par le Kolektif Alambik.

Jouez à SnakePit, le jeu vintage des anciens Nokia version grandeur nature, revisité par Volker Morawe et Tilman Reiff. Partez alors pour une course endiablée où toutes vos capacités et tous vos sens seront sollicités.

Coincée dans son lit à la suite d’un accident, l’illustratrice nantaise Elly Oldman a créé une investigation visuelle interactive. Sur les murs du Safran, La Grande Histoire du Dessin Sans Fin, invite avec subtilité et humour, à agir pour l’environnement.

Dans Machine 2 Fish du Collectif DARDEX, l’installation réunit une machine avec un poisson d’aquarium pour lui permettre de vivre et de se déplacer dans l’univers terrestre, insolite !

Avec l’artiste néerlandais Joris Strijbos, découvrez trois robots qui interagissent avec leur environnement, dans l’installation Axon. L’artiste y fait référence aux recherches de Jeff Hawkins sur les réseaux neuronaux, dont la structure pourrait permettre de créer des machines autonomes et créatives. Avec Revolve, il recherche les limites de la perception visuelle humaine et l’influence des machines sur celle-ci. Rêves, cauchemars ou innovations déjà en marche ?

Vous appréciez cet article et souhaitez lire UP’ sans interruption ? Rejoignez le cercle des lecteurs abonnés et accédez sans limites à une information libre et indépendante. Pour regarder le monde avec les yeux ouverts.

Je m’abonne →

Dans Smoking Bench, Jeppe Hein installe le visiteur sur un banc peu à peu enveloppé de brouillard, une évocation du Smog ?

Quand celui-ci disparaît, la personne renaît. A travers ses créations poétiques, l’artiste suisse Camille Scherrer, nous fait découvrir Le Monde des Montagnes à travers un livre subtilement augmenté. Avec Super Sapin, des motifs lumineux et sonores tombent du plafond, pour le plaisir visuel et auditif des adultes et des enfants.

Artiste plasticienne, scénographe, directrice artistique de la Compagnie Mobilis-Immobilis, Maflohé Passedouet est l’une des artistes les plus inventives de sa génération et présentera quatre installations : Séléné, Herbarium, Echos et Between the lines, des œuvres troublantes et sensorielles qui interrogent l’essence de l’être humain à travers son lien à l’écosystème, bouleversé par l’irruption des nouvelles technologies.

Tribalité ou urbanité, ces deux réalités s’opposent ? Pas si sûr quand on se laisse happer par le ballet mythique L’après-midi d’un faune remixé par la compagnie Sine Qua Non Art avec MétamorPhone, une dose de danse électro, de beat box et de créations graphiques !

Entrez dans la transe et roulez jeunesse !

Ikbal Ben Khalfallah & Didier Gus Ringalle aux manettes des Safra’Numériques

Ikbal Ben Khalfallah dirige la scène conventionnée du Safran depuis 2014 et y développe une programmation exigeante, en phase avec l’actualité du monde et complémentaire à celle des autres structures culturelles de la ville. S’il a longtemps suivi le sillon tracé par son père arrivé de Tunisie à Troyes à la fin des années soixante pour jouer au football, Ikbal Ben Khalfallah a rencontré le théâtre grâce à une professeur de français. Cette rencontre fondamentale va l’accompagner pendant des années, jusqu’à ses premiers pas dans la culture, comme Responsable du spectacle vivant à Saint-Quentin puis comme Directeur du théâtre à Charleville-Mézières.

Didier Gus Ringalle est directeur de production et co-programme avec Ikbal Ben Khalfallah les Safra’Numériques depuis 5 ans. Pour les Safra’Numériques, il écume avec Ikbal, les événements et les lieux comme le Laval Virtual, les Bains Numériques à Enghien-les-Bains, le Studio national des arts contemporains Le Fresnoy, Visions à Bruxelles et la scène internationale des arts numériques.
Au-delà de la production et de la programmation, Didier Gus Ringalle accompagne aussi ces artistes à la croisée des disciplines et des cadres administratifs, dans leurs démarches.

Un territoire en mutation, à la pointe sur les nouvelles formes d’hybridations sociales et artistiques 

Les Safra’Numériques s’inscrivent dans une Métropole, Amiens en pleine évolution avec la réouverture du Musée de Picardie et du Parc zoologique, le pôle universitaire Citadelle réalisé par Renzo Piano, la finalisation de la rénovation du quartier de la gare conduite par Paul Chemetov, les Rendez-Vous de la Bande Dessinée, le pôle image Waide Somme ou le fablab La Machinerie. Plusieurs lieux culturels partenaires – la Maison du Théâtre, Mélodie en sous-sol, la bibliothèque Hélène Bernheim, l’Ecole Supérieure d’Art et de Design d’Amiens, la Maison de la Culture d’Amiens, Canopé, l’association Synapse, le centre de formation de l’ASC ou l’Odyssée – accueilleront spectacles, ateliers et expositions.

Les Safra’Numériques se situent également dans une Région des Hauts de- France à la pointe sur ces nouvelles formes d’hybridation sociales et artistiques. Ils nouent des partenariats avec le Fresnoy à Tourcoing et aussi hors région avec Saint-Ex – Culture numérique de Reims, le Festival Maintenant à Rennes et bien d’autres.

Le Safran, scène conventionnée au cœur d’un quartier monde

Scène conventionnée pluridisciplinaire, Le Safran est situé à Amiens Métropole, agglomération de 180 000 habitants, plus précisément au cœur du quartier Nord, un quartier de 32 500 habitants, où se côtoie une centaine de nationalités, un quartier bouillonnant d’énergie, riche de la diversité et de la mixité de ses habitants dont 30 % ont moins de 30 ans. Ce complexe culturel et centre d’art de 4500 m2 dispose d’une salle de spectacles pouvant accueillir 214 spectateurs, d’une salle d’exposition appelée le Carré Noir, ainsi que de nombreuses salles et ateliers utilisés pour les ateliers de pratiques artistiques (dessin, peinture, céramique, danse) et pour les résidences d’artistes.

La programmation annuelle crée des passerelles entre les arts de la scène et les arts plastiques, avec une volonté forte d’ouverture à l’international tout en développant des accompagnements spécifiques sur le quartier et la ville.

Une compagnie sur deux est étrangère et en cinq ans, tous les continents et une trentaine de pays y ont été représentés.

Enfin, le Safran est un lieu de soutien et d’accompagnement pour les artistes locaux, nationaux et internationaux dans le domaine de la création, de la diffusion et de la coproduction, en lien avec les différents acteurs du territoire. Ses objectifs : travailler de nouveaux regards et faire bouger les lignes pour ouvrir des horizons, créer du lien, réduire les inégalités d’accès à l’art, au numérique et à la culture.

Programme complet

Festival du 17 au 21 mars 2020 – Le Safran – Scène conventionnée – 3 rue Georges Guynemer – 80080 Amiens – 03 22 69 66 00
www.amiens.fr/safran

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Article précédent

Les contes étranges de Niels Hansen Jacobsen. Un danois à Paris

Prochain article

Du robot bipède au cœur artificiel, en passant par le Minitel... L'épopée des prototypes aux Arts et Métiers

Derniers articles de ARTS & CULTURES

D’art en arbres

Le musée des beaux-arts de Brest métropole vient bousculer les codes traditionnels

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’:

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.

Pour poursuivre la lecture de cet article, inscrivez-vous gratuitement au cercle des lecteurs de UP’: