Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Plusieurs pays européens suspendent le vaccin AstraZeneca. Pas la France

Plusieurs pays européens suspendent le vaccin AstraZeneca. Pas la France.

Commencez

Plusieurs pays européens ont décidé de suspendre ce jeudi 11 mars l’utilisation du vaccin AstraZeneca. Principe de précaution oblige car des problèmes de coagulation sanguine et des cas de thromboses mortelles ont été signalés. Le Danemark, l’Islande et la Norvège ont stoppé net les injections jeudi. Lundi, après la mort d’une infirmière de 49 ans, c’est l’Autriche qui avait pris cette décision, suivie de l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg et jeudi par l’Italie. Jeudi soir, le ministre Olivier Véran assurait que la France continuerait quand même sa campagne avec ce vaccin.

Le ministre de la Santé français déclare qu’il faut continuer la vaccination avec les doses du laboratoire AstraZeneca. Ce vaccin est le plus utilisé en France, administré par les médecins généralistes et dès le 15 mars par les pharmaciens.

Quelques heures avant cette prise de parole du ministre français, Le Danemark, l’Islande et la Norvège avaient suspendu leur utilisation du vaccin AstraZeneca, par précaution et jusqu’à nouvel ordre. Cette décision intervient « après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins [thrombose] chez des personnes qui ont été vaccinées avec le vaccin Covid-19 d’AstraZeneca », a indiqué l’autorité sanitaire danoise, la première à prendre une telle décision.

« A l’heure actuelle, on ne peut pas conclure à l’existence d’un lien entre le vaccin et les caillots sanguins », a toutefois souligné l’instance danoise, précisant que cette décision relevait de la « précaution » en attendant les conclusions des enquêtes sanitaires. Selon l’Agence européenne du médicament (EMA), 30 cas de thromboses ont été signalés à la date du jeudi 11 mars pour 5 millions de personnes vaccinées dans sa zone (Union européenne, Norvège et Islande). L’agence européenne ajoute que le vaccin peut être utilisé même si son comité de suivi de pharmacovigilance (PRAC) a ouvert une enquête. Elle relève aussi que « les bénéfices du vaccin continuent de l’emporter sur les risques ».

Inquiétudes sur des lots du vaccin

Les inquiétudes concernant un potentiel lien entre le vaccin d’AstraZeneca et la formation de caillots sanguins remontent à lundi dernier quand l’Autriche a annoncé avoir cessé d’administrer un lot de vaccins produits par le laboratoire anglo-suédois, après le décès d’une infirmière de 49 ans qui succombait à de « graves troubles de la coagulation » quelques jours après l’avoir reçu. Quatre autres pays européens, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg, avaient suspendu dans la foulée les vaccinations avec des doses provenant de ce lot, livré dans 17 pays et qui comprenait un million de vaccins. Mercredi, une enquête préliminaire de l’EMA avait souligné qu’il n’existait aucun lien entre le vaccin d’AstraZeneca et le décès survenu en Autriche.

Ce jeudi, l’Italie a également annoncé avoir décidé d’interdire l’utilisation d’un lot, différent de celui suspendu en Autriche. « Suite aux informations sur certaines réactions indésirables graves […], l’AIFA a décidé à titre de précaution d’interdire l’utilisation de ce lot dans tout le pays », a annoncé l’Agence italienne du médicament dans un communiqué.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Les décisions danoise, islandaise et norvégienne concernent l’ensemble de leurs vaccins AstraZeneca. « Nous n’avons pas renoncé au vaccin AstraZeneca, mais nous faisons une pause dans son utilisation, a insisté le directeur de l’agence sanitaire danoise. Il existe une documentation importante prouvant que le vaccin est à la fois sûr et efficace. Mais (…) nous devons réagir aux informations faisant état d’éventuels effets secondaires graves, à la fois au Danemark et dans d’autres pays européens. » Le Danemark a enregistré un cas de décès par thrombose d’une personne ayant reçu le vaccin AstraZeneca, qui a été transmis à l’EMA.

« C’est une approche super prudente basée sur des cas isolés en Europe », a réagi Stephen Evans, professeur de pharmacoépidémiologie à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, cité par l’AFP, selon lequel « la balance bénéfice-risque du vaccin est toujours très en faveur du vaccin » d’AstraZeneca. Au micro d’Europe 1, Mathieu Molimard, professeur de pharmacologie au CHU de Bordeaux appelle à ne pas considérer comme dangereux le vaccin mis au point par le laboratoire anglo-suédois. « Toute la problématique est de savoir s’il s’agit d’une association ou une causalité », explique-t-il. « Autrement dit, est-ce que l’apparition de thromboses [de caillots sanguins] sont un pur hasard, ou est-ce que c’est le vaccin AstraZeneca qui en est la cause. »

Un vaccin toujours autorisé en Europe

Le laboratoire anglo-suédois, qui a développé le vaccin avec l’université d’Oxford, a défendu la sécurité de son produit. « La sécurité du vaccin a été largement étudiée dans les essais cliniques de phase III et les données (…) confirment que le vaccin a été généralement bien toléré », a indiqué un porte-parole du groupe. Le gouvernement britannique a défendu, jeudi, ce vaccin « sûr » et « efficace ».

Le vaccin AstraZeneca reste pour l’heure autorisé en Europe, ainsi qu’en France. Dans la fiche transmise aux médecins français par les autorités sanitaires, ne figure aucune contre-indication spécifique pour les personnes souffrant de troubles liés à la coagulation. Le ministre de la Santé Olivier Véran, a expliqué ce jeudi, lors de sa conférence de presse sur la situation sanitaire, que le risque de formation d’un caillot sanguin n’est statistiquement pas plus fort chez les patients vaccinés avec AstraZeneca que chez les autres. Par conséquent, il n’y a « pas lieu de suspendre » les injections de ce sérum en France, a-t-il jugé.

Mauvaise image

Reste que cette situation n’est pas bonne pour l’image du vaccin AstraZeneca, qui bénéficiait déjà qu’une mauvaise réputation auprès d’une partie de la population française, notamment chez certains soignants. La semaine dernière, le ministre de la Santé a même dû envoyer une lettre à ces derniers, les enjoignant à se faire vacciner. Une missive reçue froidement par les blouses blanches, qui demandent « un vaccin plus efficace qu’AstraZeneca ».

AstraZeneca, qui a vu jeudi soir son cours de Bourse baisser de 2,52 %, se défend en affirmant que « des données évaluées par des pairs confirment que le vaccin est généralement bien toléré ».

Coïncidence ? Cette affaire intervient au moment où l’Union européenne donne son feu vert jeudi au vaccin à injection unique, le premier de ce type, du laboratoire américain Johnson & Johnson, le quatrième autorisé dans l’UE.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
allotoxconsulting***
4 mois

30 cas sur 5 millions de vaccinés = 6 cas par millions d’accidents de ce type. Statistiquement on accepte 1 cas / million pour la population générale recevant un médicament. 5/million c’est plus important, mais c’est accéptable au regard de l’efficacié du vaccin dans cette pandémie, même si pour les victimes, c’est 100% d’échec. Les thromboses pourraient être provoquées par une réaction inflammatoire exagérée consécutive à la réaction immunitaire vis à vis des elements du virus inactivé injectés. C’est la caractéristique du Covid 19 sur des personnes plus fragiles biologiquement. Cela reste quand même une grande avancée dans la lutte… Lire la suite »

Emmanuel Macron, « virologue en chef » : son défi au Covid
Article précédent

Emmanuel Macron, «virologue en chef» : son défi au Covid

Après l’Italie et l’Allemagne, la France suspend à son tour le vaccin AstraZeneca
Prochain article

Après l’Italie et l’Allemagne, la France suspend à son tour le vaccin AstraZeneca

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez37
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print