Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Effets à long-terme du Covid-19 : une urgence de santé publique sous-estimée

Commencez

Après une hospitalisation pour Covid-19, au moins un malade sur trois voit sa santé affectée de façon durable, avec des atteintes à différents organes et des problèmes d’ordre psychologique, montre une étude publiée ce 22 mars.

Cet article publié par la revue Nature Medicine, qui dresse la synthèse de différents travaux de recherche publiés récemment sur le sujet, pointe l’épuisement, l’essoufflement, l’anxiété, la dépression et les troubles du stress post-traumatique comme les symptômes les plus fréquents chez les patients atteints de « Covid long ».

Selon les chercheurs, les données disponibles dessinent une urgence de santé publique sous-estimée, et les gouvernements devraient s’en préoccuper davantage et réfléchir aux moyens de la prendre en charge. « Étant donnés les millions de personnes infectées par le Sars-CoV-2 dans le monde, le fardeau à long terme sur la santé physique, cognitive et mentale reste devant nous. Nous ne détectons sans doute que la pointe de l’iceberg », a expliqué à l’AFP l’auteur principal de l’article, Kartik Sehgal, oncologue médical et enseignant à la faculté de médecine de Harvard (Boston).

Des symptômes polymorphes qui ne sont pas forcément ceux des Covid aiguës

Le Covid-19 s’attaque principalement aux poumons des malades, avec parfois des difficultés respiratoires qui persistent à long terme. Mais des études ont montré que le virus s’attaque aussi à d’autres organes, entraînant des complications allant de troubles cardiovasculaires à des inflammations chroniques.

L’article a analysé neuf études menées en Europe, aux Etats-Unis et en Chine, qui ont suivi des patients sur le long terme. Une étude italienne conclut ainsi que sur 143 malades, près de 90% présentent au moins un symptôme, et plus de la moitié, plusieurs, deux mois après leur sortie de l’hôpital. Les symptômes les plus fréquents sont une fatigue intense (53,1%), un essoufflement (43,4%), des douleurs aux articulations (27,3%) ou dans la poitrine (21,7%).

Selon trois études menées en France, au Royaume-Uni et en Chine, 25% à 30% des patients rapportent des troubles du sommeil plusieurs semaines après avoir guéri de la phase aiguë du Covid. Environ 20% évoquent des pertes de cheveux, selon plusieurs articles.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Les résultats en matière de santé mentale sont tout aussi inquiétants : sur 402 patients italiens, un mois après leur sortie de l’hôpital, 56% s’étaient vu diagnostiquer au moins un problème psychiatrique (troubles du stress post-traumatique pour environ 30% d’entre eux, dépression, anxiété…) « Il est très important de ne pas oublier les effets sur la santé mentale du Covid long lorsqu’on prend en charge les symptômes physiques, car on peut facilement passer à côté », observe Kartik Sehgal.

LIRE DANS UP' : LIRE DANS UP' :

Pour les auteurs, leur étude montre qu’empêcher les décès par Covid-19 n’est pas un résultat suffisant en terme sanitaire, qu’il y a besoin d’approfondir la recherche sur le « Covid long » et de multiplier les consultations pour prendre en charge ces symptômes handicapants. Le Dr Jérôme Larché interrogé par Medscape observe que ces Covid longs « concernent des gens qui n’ont pas forcément été hospitalisés, qui sont dans la force de l’âge et qui n’avaient pas de pathologie antérieurement. Dans ma patientèle de Covid long, je rencontre beaucoup de gens qui ont entre 30 et 40 ans, qui n’avaient pas de pathologie particulière auparavant et qui sont dans l’incapacité de travailler ». « Il y a là un vrai enjeu qui dépasse le médical » affirme-t-il.

Pour le Pr Tim Spector, épidémiologiste au King’s College à Londres, cela pourrait devenir « un enjeu de santé publique plus important que les morts dues au Covid-19 ».

Selon une enquête de l’hebdomadaire Marianne, les premières études réalisées en France et à l’étranger, montrent qu’entre 15 et 25% des malades du Covid-19 seraient affectés par des symptômes du virus sur le long terme. À l’hôpital, cela concernerait 3 patients sur 4. Une étude parue le 8 janvier dernier dans la revue médicale britannique The Lancet, indique notamment que 76% des patients hospitalisés souffrent encore d’au moins un trouble plus de six mois après l’apparition des symptômes.

Nouvelle maladie dans la maladie

« Ça se comptabilise en milliers de personnes », signale le Dr Olivier Robineau, chargé de coordonner une étude sur le sujet, encore méconnu. Depuis mars 2020, la France comptabilise près de 3 millions de personnes contaminées au Covid-19. Ce qui signifierait que 300 000 personnes souffriraient d’un Covid long. « Il s’agit de personnes qui présentent toute une myriade de symptômes, souvent très handicapants, qui peuvent varier d’un extrême à l’autre », indique l’infectiologue. « Ces patients gardent généralement une gêne respiratoire et ou cardiaque, de gros troubles de la concentration, ou encore des problèmes articulaires ».

« C’est une nouvelle maladie dans la maladie » affirme le Dr Jérôme Larché. L’enjeu est de dissiper le brouillard médical et scientifique rapidement car « ça va toucher beaucoup de monde. La reconnaissance institutionnelle est aussi très importante ». Chris Brightling du National Institute of Health Research rappelle que « nos lacunes sur ce sujet demeurent considérables ». « Nous devons comprendre pourquoi la COVID-19 peut se solder par un rétablissement complet ou au contraire laisser des traces durables dans l’organisme avec des symptômes débilitants graves et affectant de multiples organes et même la santé mentale » ajoute-t-il. Il est essentiel de pouvoir établir des protocoles de soins de suivi adaptés à la situation individuelle de chaque patient et fondés sur des données probantes.

Ce qui est déconcertant avec le Covid long, c’est que le profil des patients qui en souffrent ne se superpose pas à ceux qui ont les profils les plus vulnérables : les personnes âgées et celles affligées de facteurs aggravants. Cela frappe des gens qui ont été malades du Covid à divers degrés, « et inclue également des gens plus jeunes », y compris des enfants, explique Janet Diaz.

« Ceux qui viennent consulter pour le Covid long sont actifs, jeunes, sans facteurs de risque particulier. Des femmes de 40 à 60 ans, des hommes de 30 à 50 ans », explique le Dr Nicolas Barizien, chef du service de réadaptation fonctionnelle de l’hôpital Foch, qui pilote le programme Rehab Covid, lancé en juin 2020.

La multiplication de cas de Covid long apporte la preuve que non seulement le Covid n’est pas une simple grippe comme les négationnistes de la pandémie ont pu l’affirmer, mais produit aussi un argument contre ceux qui plaident l’isolement des seules personnes fragiles comme réponse à la pandémie. Car en laissant les autres catégories de la population —et notamment les jeunes actifs— attraper le virus pour atteindre l’immunité collective, on prend le risque de grossir un nombre considérable de malades au long cours, inaptes au travail et incapables de reprendre leur rythme de vie habituel pendant de longs mois.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
En immersion à l’hôpital, avec les combattants du Covid
Article précédent

En immersion à l’hôpital, avec les combattants du Covid

Prochain article

Un nouveau test sérologique pour étudier la progression de la pandémie de Covid-19

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez31
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print