Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains en sentinelle

Commencez

Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, invite à découvrir deux expositions : « Panorama 22 – Les sentinelles » et « Passé, présent, mémoire industrielle ». Des moments singuliers infinis, dans des lieux toujours différents ou renouvelés où la culture, les idées et la création s’incarnent pour partager aujourd’hui le monde de demain — l’ère postcontemporaine — avec celles et ceux qui le pensent, l’imaginent, l’explorent et le façonnent.

Exposition « Panorama 22 – Les sentinelles » – Du 15 octobre 2020 au 3 janvier 2021

Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains présente en conclusion d’une année d’échanges, d’expériences, de recherche, plus de 50 œuvres inédites dans les domaines de l’image, du son et de la création numérique, imaginées et réalisées par les jeunes artistes et les artistes professeurs invités. « De tous les événements de l’année, Panorama devrait être celui qui porte le plus authentiquement la signature Fresnoy – Studio national, résultat de sa mission première, articulant formation, production et diffusion », selon Alain Fleischer, directeur de Le Fresnoy.

Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains est en effet un établissement supérieur d’enseignement artistique, un post diplôme artistique, audiovisuel et numérique, un pôle d’excellence d’envergure nationale et internationale, dont les références furent exprimées par quelques formules telles que « un IRCAM des arts plastiques » ou encore « une villa Médicis high-tech ». Sa pédagogie, principalement fondée sur la production d’œuvres dont le point commun est l’intégration de techniques audiovisuelles et numériques professionnelles, en fait un lieu de formation, de production, d’expérimentation et de diffusion totalement inédit.

Felipe Esparza Pérez, Le vieil enfant, Film, 2020 © Felipe Esparza Pérez

Pour Louise Déry, commissaire de Panorama 22 – Les sentinelles (1), l’exposition est placée sous le thème des sentinelles, un mot qui désigne plusieurs significations dont l’une permet d’évoquer la figure de l’artiste, aujourd’hui, pour sa part de vigilance, de voyance, de veille, d’éveil. La sentinelle est à l’avant-garde, à l’avant-poste. De l’aube à la nuit, elle scrute l’horizon, se pose au bord ou de l’autre côté du corps, de la vie, de la mort, elle éclaire l’autre monde, l’autre côté de la frontière, l’outre monde.

Les œuvres de Panorama 22 explorent le rapport entre le réel enrêvé et le rêve éveillé, entre le sol et le ciel, entre le monde observé et la vision hallucinée, entre les ténèbres et la lumière. Elles inventent des images de transit, dévoilent des ombres et des abysses, proposent des constellations et des souffles. Elles se tiennent juste là, devant nos yeux écarquillés.

Artistes présentés :

Amélie Agbo, Éliane Aisso, Reem al Nasser, Ugo Arsac, Guillaume Barth, Fanny Béguély, Moufouli Bello, Chloé Belloc, Olivier Bémer, Lucien Bitaux, Santiago Bonilla, Gregor Bo?i?, Paolo Cirio, Fernando Colin Roque, Cindy Coutant, Domnitch – Gelfand, Vincent Duault, Vadim Dumesh, Felipe Esparza Pérez, Elliot Eugénie, fleuryfontaine, Simon Gaillot, Charles Gallay, Maïa Ghattas, Alice Goudon, Nicolas Gourault, Antoine Granier, Beat Gysin et Anna Katharina Scheidegger, Vera Hector, Vir Andres Hera, Isabella Hin, Nataliya Ilchuk, Olivier Jonvaux, Yongkwan Joo, Valérie Jouve, Samuel Lecocq, Lefebvre Zisswiller, Guangli Liu, Marin Martinie, Kendra McLaughlin, Yosra Mojtahedi, Jérôme Nika, Jakob Ohrt, Ov, Matías Piñeiro, Céleste Rogosin, Stéphanie Roland, Anhar Salem, Inès Sieulle, Olivier Sola, Rony Tanios, Ana Elena Tejera, Moïse Togo, Yan Tomaszewski, Tr??ng Minh Quý, Yuyan Wang, Claire Williams.

(1) Louise Déry vit à Montréal. Elle détient un doctorat en histoire de l’art et dirige la Galerie de l’UQAM (Université du Québec à Montréal) depuis 1997. Elle a été directrice du Musée régional de Rimouski, conservatrice au Musée national des beaux-arts du Québec et ensuite au Musée des beaux-arts de Montréal. Commissaire de nombreuses expositions d’artistes canadien·ne·s et de l’international présentées tant au Québec, au Canada, qu’en Europe, aux États-Unis, au Mexique et en Asie, notamment avec Giuseppe Penone, Sarkis, Nancy Spero, Antony Gormley, Dominique Blain, Aude Moreau, Françoise Sullivan, Artur ?mijewski et le philosophe Jean-Luc Nancy, elle a été commissaire du pavillon du Canada à la Biennale de Venise avec une exposition de David Altmejd (2007) et de Solo Snow. Œuvres de Michael Snow et À Montréal, quand l’image rôde, au Fresnoy – Studio national des arts contemporains. Elle fut la première lauréate, en 2007, du Prix de la Fondation Hnatyshyn pour l’excellence de son commissariat et elle recevait en 2015 le Prix du Gouverneur général du Canada. Membre de la Société royale du Canada, elle a été faite chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de France en 2016.

Exposition « Passé, présent, mémoire industrielle » – Du 15 octobre 2020 au 3 janvier 2021

L’exposition, sous le commissariat de Céline Savoye (2), aborde le territoire des Hauts-de-France comme étant un territoire des possibles, prenant en compte son histoire industrielle, parcouru de regards actuels. Ce projet vise à promouvoir le territoire et ses savoir-faire. Il met en exergue la valeur ajoutée du design au cœur de l’entreprise, son ouverture vers l’innovation, la différenciation, la compétitivité. Chaque entreprise et ses salariés bénéficient ainsi d’une expérience concrète de la pratique du design.

Quatre entreprises emblématiques et reconnues pour leur savoir-faire exceptionnel, sont associées à trois designers, sous le regard d’Alain Fleischer, cinéaste, pour documenter ces collaborations. En découle la production d’objets nouveaux, véritable célébration du patrimoine vivant, sacralisés le temps d’une exposition en regard de films témoignages.

© Elise Fouin

Alain Fleischer explique que « Filmer la relation d’un designer à un matériau et à un outil de production, c’est montrer que le design – comme peut l’être aussi le cinéma – est à la fois une création artistique et une production industrielle. Le travail du designer consiste à inventer une forme de beauté liée à une fonction ou, pour simplifier, une relation harmonieuse entre l’œil et la main ou le corps en général. Entre ce en quoi un objet se prête à un usage et ce à quoi il fait rêver. »

À travers ce dialogue entre objets nouveaux, sacralisés dans la scénographie, et des films sur écran monumentaux, il s’agit de raconter l’objet en train de se faire face à son rendu final. Ces films démontrent également à travers cette expérimentation « in situ », que le design revitalise les savoir-faire industriels et des entreprises qui sont parfois quatre fois centenaires.

Duos entreprises-designers :

  • Jérôme de Alzua & Briqueterie Lamour
  • Sam Baron & Maison Drucker
  • Elise Fouin & Jules Pansu, tissages de la Lys
  • Fonderies de Sougland

(2) Issue d’une double formation à l’École Supérieure d’Art et de Design et à la Faculté d’arts plastiques (histoire et sciences de l’art) de Saint-Étienne, Céline Savoye a exercé différentes fonctions : chargée des partenariats à lille—design, chef de projet en charge du partenariat avec l’établissement public du château de Versailles au Musée des Beaux-Arts d’Arras, chargée de mission culturelle à l’Ambassade de France à Tunis, chef de projet créatif à la Cité du design de Saint-Étienne, directrice de collection aux Éditions Jean-Michel Place, commissaire général des éditions 2002 et 2004 de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne.  En parallèle, elle s’investit dans différentes expertises internationales dans les domaines de la mode, du design et de l’artisanat (Afrique du Sud, Sénégal, Thaïlande). Elle assure le commissariat des expositions Design Made in Africa (production itinérante Institut français 2004-2008), puis La Collection (Objets nouveaux issus de l’artisanat et du design en Tunisie, 2010) dans le cadre de ses fonctions à l’Ambassade de France. En 2013, elle présente l’exposition L’objet d’un dialogue (production IRMACC) lors de la 8e édition de la Biennale Internationale Design Saint-Étienne 2013.

Expositions au Fresnoy – Studio national des arts contemporains – 22 rue du Fresnoy, Tourcoing (59)

https://www.lefresnoy.net

Photo d’en-tête : Yan Tomaszewski, Gangnam Beauty, Film, 2020 © Yan Tomaszewski

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

"A toi appartient le regard et (…) la liaison infinie entre les choses"

Prochain article

Souffle de vie : une fresque amérindienne, à la galerie Orenda Paris

Derniers articles de ARTS & CULTURES

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
9 Partages
Partagez9
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print