Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

bisphénol - nanomatériaux

UE : Fin à la méconnaissance des dangers des nanomatériaux

Commencez
Le comité des États-membres de l’Union européenne a adopté ce jeudi 26 avril 2018 une modification du règlement Reach pour y inclure les nanomatériaux. Cette modification déterminante permettra de combler, dans les prochaines années, une bonne partie des lacunes de connaissances des dangers et des possibilités d’actions des autorités sanitaires et environnementales pour ces nanomatériaux.
 
Cette décision soutenue par le Gouvernement français est une grande avancée pour la protection des citoyens européens. Nicolas Hulot salue l’adoption, par les Etats-membres de l’Union européenne, d’une législation qui met fin à la méconnaissance des dangers des nanomatériaux.
En effet, le règlement Reach impose aux entreprises qui mettent des produits chimiques sur le marché de procéder à l’évaluation des dangers de ces substances et de fournir ces études à l’agence européenne des produits chimiques. Ces études peuvent permettre à l’agence européenne ou aux Etats-membres de lancer des démarches européennes d’interdiction de ces substances pour tout ou partie de leurs usages, comme par exemple pour le bisphénol-A (1) (substance chimique utilisée dans la fabrication de plastiques et de résines).
 
 
Mais lors de la mise en œuvre de ce règlement, les juristes avaient toujours considéré que la forme « nanométrique » de ces substances, c’est-à-dire lorsqu’elles sont à une échelle un million de fois plus petite qu’un millimètre et peuvent pénétrer profondément dans toutes les parties du corps humain et des milieux naturels, n’avait pas à faire l’objet de ces évaluations de dangers et la grande majorité des entreprises se refusaient à mener ces études et fournir les informations. La modification adoptée hier permet de mettre fin à cette méconnaissance des dangers des nanomatériaux.
 
Les nanomatériaux sont passés en quinze ans de la recherche à une commercialisation massive et à des usages très variés dans des produits de tous les jours (cosmétiques, peintures, textiles, alimentation, pesticides, électronique, …) en raison des progrès techniques et de propriétés nouvelles qu’ils permettent. Certains nanomatériaux soulèvent toutefois des interrogations sanitaires, à l’exemple du dioxyde de titane pour lequel la France a demandé à l’Union européenne de le faire retirer de la liste des additifs alimentaires autorisés.
 
(1) Le Bisphénole-A qui fuite dans les aliments et les boissons est la principale exposition pour nous humains. Il a été détecté dans plus de 90% des analyses d’urine humaine, indiquant en cela, une exposition quasi permanente. Ces produits chimiques sont connus comme les produits chimiques perturbateurs du système endocrinien (PSE) et l’ont retrouvé dans un tas d’objets que nous touchons tous les jours, comme les pesticides, les boîtes de conserve, les cosmétiques, les reçus de caisse enregistreuse, et même du vin.
 
 

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
innovation
Article précédent

France Brevets, le CNRS et CNRS Innovation annoncent un partenariat stratégique

Transformateur numérique
Prochain article

Appel à projets : Travail et communs, travail en commun

Derniers articles de Actualités en bref

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print