Souffle de vie : une fresque amérindienne, à la galerie Orenda Paris

Start

Toutes les cultures du monde se réunissent autour du chant et de la danse. En captant l’essence de ce mouvement, j’essaye d’arrêter le temps. » Ainsi s’exprime Brenda Kingery, artiste amérindienne Chickasaw d’Oklahoma, pour laquelle La galerie Orenda organise une rétrospective parisienne jusqu’au 3 novembre 2020, avant la prochaine grande exposition muséale de l’artiste prévue à l’automne prochain au prestigieux Musée du Cape Cod (Massachusetts), qui va lui conférer une visibilité nouvelle auprès d’un public encore plus large.

Exposée plusieurs fois avec succès au Salon d’automne, Brenda Kingery a conquis un public au-delà de l’Ouest américain. Son art, nourri par l’histoire de son peuple, déporté dans les années 1830 de l’Est des Etats-Unis jusqu’en Oklahoma, illustre la résistance des Chickasaws, surnommés « Les Invaincus ». Exprimer la quintessence de l’émotion, les échappées dans le temps, le « souffle de vie », tel est le pouvoir des œuvres de Brenda Kingery.

Après une formation artistique aux États-Unis, l’artiste a enrichi sa palette et sa technique auprès des artistes japonais d’Okinawa. Son traitement de la matière repose sur l’idéal du trait unique, non retouché, qui se prête à une superposition de fines couches de couleurs rythmées qui, de loin, ont presque la texture de subtils collages. Ses peintures sont rigoureusement structurées mais fluides, tel un bruissement d’étoffes multicolores, et s’expriment dans une gamme chromatique très variée, révélant sa passion pour les textiles des différents continents, y compris l’Afrique, où elle a collaboré avec des artistes d’Ouganda. Sa peinture est narrative, elle a la force d’un récit, et, par la force et l’élan du trait, elle est kandinskienne, en ce qu’elle parvient à capter ce que le fondateur de l’art abstrait aimait à appeler « les vibrations de l’âme ».

Brenda Kingery. Home. Acrylic sur carton. H: 53 cm; l: 73 cm. 2010

Ses compositions, comme des rêves dansés, des fragments de fresques, des envols d’abstraction lyrique, suggèrent des ballets imaginaires, des moments d’exaltation individuels et collectifs. Au fil de sa vie, ses œuvres sont devenues de plus en plus fréquemment inspirées par les pow-wows amérindiens. L’artiste évoque et transfigure la trépidation des pas de danseurs invisibles qui martèlent le sol pour rétablir l’ordre du monde, entrer en communion avec la terre, conduire à l’intime relation entre l’être et l’espace.

Brenda Kingery. Dreamers. Acrylic sur carton. H: 71: l: 52. 2010

Ainsi elle affirme et partage sa force intérieure, comme elle l’affirme dans le catalogue qui accompagne cette belle exposition parisienne : « parfois les cultures doivent demeurer enfouies, rester dans l’attente pour pouvoir réapparaître – et alors elles ressurgissent, elles perdurent, elles survivent ".

Exposition à la Galerie Orenda jusqu’au 3 novembre 2020 – Du mercredi au samedi de 14h30 jusqu’à 19 heures – 54 rue de Verneuil,75007 Paris

Header photo : Brenda Kingery. Blue wing. Acrylic sur toile. H: 76 cm. L: 101 cm. 2010

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains en sentinelle

Next article

We were so very much in love, une exposition monographique de Joël Andrianomearisoa

Latest articles from ARTS & CULTURES

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

In order to contribute to the information effort on the current coronavirus crisis, UP' proposes to its readers a free entry to the latest published articles related to this theme.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
20 Shares
Share20
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print