En Afrique, les températures augmentent, mais l’argent manque pour s’y adapter

En Afrique, les températures augmentent, mais l’argent manque pour s’y adapter

Start

L’année dernière a été la troisième année la plus chaude pour le continent africain, à égalité avec 2019, le réchauffement y étant plus prononcé que la moyenne mondiale. L’Afrique de l’Ouest et du Nord ont connu une année exceptionnellement chaude tandis que les événements extrêmes et les catastrophes de longue haleine ont fait des ravages. Quant aux efforts d’adaptation, ils se heurtent à des lacunes en matière de planification et de financement. Les fonds engagés pour l’adaptation sont évalués entre 2,7 et 5,3 milliards de dollars par an, mais le coût estimé pour faire face aux impacts climatiques est presque deux fois plus élevé.

Il y a tout juste six ans, l’Afrique, comme le reste du monde, a connu l’année la plus chaude jamais enregistrée. La planète elle-même est à son niveau le plus chaud depuis 2 000 ans, en raison d’une accumulation sans précédent de gaz à effet de serre. Les niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique sont aujourd’hui les plus élevés depuis 4 millions d’années.

À l’échelle mondiale, 2021 a été la sixième année la plus chaude, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis, avec des températures supérieures de 0,84° Celsius à la normale du XXe siècle. Toutefois, en Afrique, cette tendance est plus prononcée. En 2021, la température annuelle était de 1,33°C supérieure à la moyenne du continent.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de la NOAA.

L’Afrique de l’Ouest a connu certaines de ses températures annuelles les plus élevées à ce jour, notamment au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, au Sénégal, en Guinée, au Bénin, au Togo et au Nigeria. Dans le nord, certaines parties de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et du Maroc ont également connu des températures record.

La chaleur n’est pas la seule cause du problème ; les changements dans les phénomènes climatiques régionaux et mondiaux font des ravages. Lorsque Éloïse, un cyclone tropical de catégorie 2, a frappé le Mozambique en janvier dernier, il a déversé en une seule journée l’équivalent d’un mois de pluie sur la ville côtière de Beira. Le pays se remettait encore du cyclone Idai qui s’est écrasé sur ses côtes en 2019, l’une des pires tempêtes à avoir frappé l’Afrique australe. Cette année-là, pour la première fois dans l’histoire documentée, deux puissants cyclones, Idai et Kenneth, ont frappé le Mozambique au cours de la même saison.

Dans le même temps, des catastrophes de longue date – des sécheresses à la désertification en passant par l’élévation du niveau de la mer – sapent la résilience. Une douzaine de pays, de l’Angola au Zimbabwe, connaissent actuellement des conditions de sécheresse. Des millions de personnes ont été touchées en 2021 et la misère persiste en cette nouvelle année.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Les coûts de ces catastrophes soudaines et prolongées ont augmenté au fil des ans. Au cours des 40 dernières années, les catastrophes liées au climat ont touché plus de 150 millions de personnes en Afrique australe, laissé environ 3 millions de personnes sans abri et entraîné des dommages économiques de plus de 14 milliards de dollars.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de la NOAA.

The " Rapport sur le déficit d’adaptation 2021 » des Nations unies a révélé que l’adaptation n’a pas été une priorité pour de nombreux pays du continent. L’Afrique du Nord est l’une des régions où la planification nationale de l’adaptation fait cruellement défaut, selon le rapport. Des pays comme la Libye, le Tchad et le Sud-Soudan n’avaient aucune politique d’adaptation en place en août 2021.

Les financements existants pour le climat sont insuffisants, et les efforts d’adaptation restent largement sous-financés. La plupart des pays africains dépendent des financements promis dans le cadre des accords climatiques pour relever les défis de l’adaptation. Lors du sommet sur le climat COP15 à Copenhague en 2009, les pays les plus riches, responsables de la majorité des émissions historiques, ont promis que d’ici 2020, ils mettraient chaque année 100 milliards de dollars à la disposition des pays en développement identifiés dans le cadre du GIEC. En 2019, les estimations les plus généreuses situent le chiffre réalisé à 80 milliards de dollars.

La plupart des financements climatiques de l’Afrique sont destinés à des activités d’atténuation visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre plutôt qu’à faire face aux conséquences. Le déséquilibre est le plus important pour l’Afrique du Nord, où 83 % des financements promis par les donateurs bilatéraux et multilatéraux sont destinés aux efforts d’atténuation entre 2014 et 2018, selon une study publiée l’année dernière. Et ce, bien que l’Afrique soit celle qui contribue le moins aux émissions historiques (moins de 5 %) ; aujourd’hui encore, le continent a une très faible empreinte carbone. Les émissions par habitant des États-Unis, historiquement le plus gros pollueur, sont 15 fois supérieures à celles de l’Afrique. Le financement engagé pour l’adaptation est estimé entre 2,7 et 5,3 milliards de dollars par an, mais le coût estimé de l’adaptation est presque le double.

La vulnérabilité des pays ne semble pas déterminer où va l’argent, selon une analyse de l’Institute for Security Studies, une organisation africaine à but non lucratif. L’indice mondial des risques climatiques de Germanwatch a révélé que le Mozambique et le Zimbabwe étaient les premier et deuxième pays les plus touchés en 2019. Mais dans le classement des pays recevant des financements climatiques, ils étaient classés respectivement à la 32e et 108e place.

Les dirigeants et les négociateurs africains ont fait pression pour que l’on se concentre davantage sur la gestion des conséquences à l’avenir et, dans le même temps, ont exigé une réparation des dommages déjà causés. Lors du sommet sur le climat COP26 à Glasgow l’année dernière, les pays en développement, y compris les nations africaines, ont demandé plus d’argent pour les pertes et dommages, en soulignant que les pertes et dommages et l’adaptation devraient être traités séparément. Cependant, l’opposition de l’UE et des États-Unis a empêché l’inclusion d’un mécanisme distinct pour le financement des pertes et dommages dans l’accord final de Glasgow.

Cette enquête, menée par Mongabay est publié dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
14 Zettajoules : l’équivalent de l’explosion de 7 bombes Hiroshima par seconde augmente la température des océans
Previous article

14 Zettajoules : l’équivalent de l’explosion de 7 bombes Hiroshima par seconde augmente la température des océans

Les candidats à la présidentielle interpellés sur leur (in)action climatique
Next article

Les candidats à la présidentielle interpellés sur leur (in)action climatique

Latest articles from Climate

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share50
Tweet
Share
WhatsApp
Email