Des défoliants chimiques pulvérisés sur l’Amazonie pour accélérer la déforestation

Des défoliants chimiques déversés sur l’Amazonie pour accélérer la déforestation

Start

En Amazonie, des agents chimiques défoliants sont pulvérisés par avion dans les zones forestières indigènes. Le glyphosate et le 2,4-D, entre autres, provoquent la défoliation des arbres, qui finissent affaiblis ou morts dans un processus qui prend des mois. Ensuite, les criminels enlèvent plus facilement les arbres restants et larguent des graines d’herbe par avion, consolidant ainsi la déforestation. L’agence brésilienne de l’environnement, IBAMA, a découvert qu’outre les accapareurs de terres, les éleveurs de bétail utilisent cette méthode afin de contourner les efforts de surveillance des forêts.

Depuis des années, des pesticides sont largués depuis des avions et même des hélicoptères dans le but de défricher des zones reculées et difficiles d’accès de la forêt amazonienne. Cette pratique – utilisée plus fréquemment depuis 2018 – prend plus de temps que la déforestation par coupe à blanc (suppression de toute la végétation existante à l’aide de machines lourdes). D’autre part, l’utilisation de pesticides ne peut pas être détectée via l’imagerie satellitaire en temps réel et échappe à IBAMA, l’agence environnementale brésilienne.

Selon l’IBAMA, certains pesticides fonctionnent comme des défoliants. La dispersion de ces produits chimiques sur la forêt indigène constitue le stade initial de la déforestation, provoquant la mort des feuilles – et d’une bonne partie des arbres. Les matériaux sont brûlés et les arbres survivants sont abattus à l’aide de tronçonneuses et de tracteurs.

« Bien que la dégradation des forêts par l’homme prenne quelques années à se produire, le processus est avantageux pour les criminels car les chances d’être pris sont très faibles. On ne peut voir les dégâts que lorsque la clairière est déjà formée », note un fonctionnaire de l’IBAMA qui s’est confié sous couvert d’anonymat. « Une forêt morte est plus facile à enlever qu’une forêt vivante. Certains pesticides (pas tous) ne laissent pratiquement que les grands arbres debout. »

Dans l’étape suivante, les délinquants larguent des graines d’herbe par avion. « C’est la grande monnaie d’échange pour l’accaparement des terres. Pour qu’un terrain illégal puisse être vendu comme une ‘ferme en formation’, le sol doit être recouvert d’herbe », ajoute l’agent.

Du glyphosate pulvérisé

Le glyphosate, le carbosulfan (interdit en pulvérisation aérienne) et le 2,4-D (un composant de l’agent orange, utilisé massivement pendant la guerre du Vietnam et qui entraîne encore des cas de malformations congénitales dans le pays) sont quelques-uns des pesticides trouvés par l’agence environnementale dans des clairières de l’Arc de déforestation (la zone de l’Amazonie légale où la frontière agricole avance vers la forêt), selon une survey de Repórter Brasil et Agência Pública.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

« Causer la dégradation des forêts par le biais des pesticides est une agression majeure pour l’environnement. L’herbicide 2,4D, par exemple, est capable de tuer de grands arbres, et l’insecticide carbosulfan est hautement toxique. Les animaux vont manger les feuilles et les fruits empoisonnés de la forêt [pendant que la végétation meurt]. Et c’est très dangereux pour quiconque se trouve à proximité lorsque des pesticides sont jetés », a déclaré Eduardo Malta, biologiste à l’ONG Instituto Socioambiental (ISA).

Dans une vidéo de l’IBAMA, deux inspecteurs montrent une propriété rurale sur laquelle ils ont détecté, lors d’un survol, une végétation sèche et brunâtre. En atterrissant sur le site, ils ont trouvé des dizaines de bidons vides de l’herbicide Planador XT – qui avaient été déversés dans la zone par hélicoptère à la demande du propriétaire. « Bien que ce produit soit autorisé à être appliqué par des avions agricoles, son utilisation est interdite dans les forêts indigènes », déclare l’un des agents de l’IBAMA dans la vidéo. « De plus, les récipients [jetés sur le sol] n’ont pas été lavés ou éliminés correctement, et les pluies pourraient finir par transporter les résidus. Des adultes, des enfants [des ouvriers agricoles] et des animaux vivent sur le site. Tout le monde voit sa santé mise en danger. »

Les éleveurs bovins grands utilisateurs de pesticides

Comme le montre la vidéo d’IBAMA, non seulement les accapareurs de terres libèrent des pesticides pour déforester, mais les agriculteurs le font aussi sur leurs propres propriétés. Face à l’augmentation du nombre de cas, IBAMA a commencé à cartographier ces zones grâce au système d’alerte de dégradation des forêts de l’INPE (agence spatiale brésilienne). En recoupant les données, l’agence environnementale a découvert que de nombreux défrichements étaient situés dans des exploitations agricoles qui achetaient des pesticides, principalement dans l’État du Mato Grosso. Or, ces propriétés étaient des exploitations d’élevage et non des exploitations agricoles, de sorte que l’achat de ces produits n’avait aucun sens.

« Les criminels ont remarqué que la dégradation des forêts n’était pas notre priorité, car nous ne sommes arrivés à ces endroits que bien plus tard, lorsque les clairières étaient déjà formées. Ils ont donc commencé à en pratiquer davantage », fait observer le représentant de l’IBAMA. « La vérité, c’est que nous étions plus concentrés sur la lutte contre la déforestation par coupe claire en raison de l’augmentation des taux ces dernières années. C’était une expérience d’apprentissage pour nous. »

Le nombre réduit d’agents de terrain pour couvrir les six biomes brésiliens, et pas seulement dans la zone de déforestation, est un gros problème. En 2019, ils n’étaient que 591, soit 55% de moins que par rapport à 2010 (où ils étaient 1 311).

« C’est malheureux l’irresponsabilité de ces personnes envers la vie humaine et l’environnement. Les pesticides ne sont pas faits pour ça, il n’y a pas d’études scientifiques sur les conséquences du déversement de ces produits dans la forêt native, et les effets sur les êtres vivants, l’eau et le sol », a déclaré l’agent. « Outre l’IBAMA, l’Embrapa [entreprise publique de recherche agricole liée au ministère de l’Agriculture] et le ministère de l’Environnement, entre autres, doivent participer à l’effort de sensibilisation et d’éducation des producteurs ruraux et de la population. L’agence seule dans cette bataille mène un combat ingrat ».

Cette enquête, menée par Mongabay est publiée dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Pollution chimique : le seuil de sécurité pour la survie de l’humanité est dépassé
Previous article

Pollution chimique : le seuil de sécurité pour la survie de l’humanité est dépassé

Amazonie maudite
Next article

Amazonie maudite

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share205
Tweet
Share
WhatsApp
Email